Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

La Mure Argens un peu d'histoire avec l'ouvrage de Jean Montagnier

28 Décembre 2021 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Association-verdon-info

La Mure Argens un peu d'histoire avec l'ouvrage de Jean Montagnier

Un ouvrage écrit par Jean Montagnier “si St André m’était conté “  recueille des informations historiques instructives sur les villages de notre territoire avec des croquis. Il a été produit en 1981 l’auteur nous indique que c’est André Boeuf , président du syndicat d’initiative de l’époque qui lui a demandé de condenser dans cet ouvrage ses recherches. Une nouvelle belle idée pour la sauvegarde historique.   Jean Montagnier indiquait à l’époque “il faut reconnaître , malgré tout l’amour que l’on peut avoir  pour son pays , St André et ses environs ne possèdent  que très peu  d’histoire consignée par écrit."  On retrouve dans cet ouvrage des informations historiques connues, mais aussi d’autres qui peuvent être utiles pour mieux connaître notre histoire locale. 

La Mure 

Jean Montagnier nous indiquait  que le village avait été baptisé par les moines de Saint Victor  et qu’il avait fondé une petite Abbaye.

La localité apparaît pour la première fois dans les chartes vers 1030, alors qu’elle appartenait à l’abbaye Saint-Victor de Marseille et s’appelait Morerius. Par la suite, le castrum prend le nom de l’église, Sainte-Marie de Mura.

Le nom de La Mure (ipsa mura en 1089) vient de l’occitan mura, qui désigne les murs d’une maison, probablement en ruines, selon Ernest Nègre, ou les murs qui protégeaient le village

Le village était alors perché plus en hauteur. Il appartient ensuite aux prieurs de la Mure, puis aux Bourguignon (XVIIe-XVIIIe siècles). La communauté relevait de la viguerie de Castellane. 

Les terrains avaient été donnés aux moines par Aldebert de Castellane  qui possédait toute la région. La Mure dépendait de la baronnie de Moriez. En 1278 on compte 50 feux , soit 250 habitants environ. Trois seigneurs possédaient le pays en 1351. Le village entièrement détruit par Raymond de Turenne en 1389 sera reconstruit à l’emplacement actuel.La Mure est aux comtes de Provence  en 1480 puis passe  à la famille  de Bourguignon Busson. L’église date de 1700. Elle a dû remplacer une église plus ancienne. M. Pascal y a fondé une fabrique de drap  qui employait 62 ouvriers. Son activité cesse en 1900 et les bâtiments seront utilisés pour abriter la minoterie. La Mure était aussi une place forte pour la fabrication des sonnailles pour les troupeaux. Cette activité disparaît après 1860.

Argens 

Le nom d’origine Celte Argento. Le village a été occupé par les Gallo Romains. Argens, cité vers 1200, prendrait le  nom propre romain, “Argenteus” qui rappellerait  l’existence de mines d’argent. Après la destruction du premier établissement , vraisemblablement par les Wisigoths , la reconstruction s’est effectuée sur un éperon rocheux protégé au Nord par un mur de défense . Ce mur a presque complètement disparu, mais le village conserve cet emplacement. Un couvent des templiers aurait existé à Argens. En 1278 on compte 40 feux (200 personnes) et quatre Seigneurs dont on retrouve également  les noms dans les villages voisins. Puis ce sera d’autres Seigneurs : Des Vintimiles, Villeneuve de Vauclause et finalement De Surle qui fait construire la nouvelle église en 1664.Boyer d’Equilles épouse en 1700 Jean Marie de Surle . Un de leur fils Jean Baptiste est nommé Marquis d’Argens en 1722. Ce fut un écrivain connu. Argens passera à 60 feux en 1717 : soit environ 300 personnes. Un ancien officier de Napoléon, Monsieur Petout se retire à Argens et devient maître d’école. Le village d’Argens est associé à la Mure depuis le 31 août 1973.  

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article