Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

La page poésie d'Odile : Extrait de "Hélène ou le règne végétal"

1 Août 2014 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Image et poésie

René Guy Cadou restera toujours pour moi ce poète pour petits enfants que j’avais appris dans la classe de mon père et qui disait « La vieille classe de mon père pleine de guêpes écrasées, sentait l’encre, le bois, la craie, et ces merveilleuses poussières amassées par tout un été » ; comme je m’y retrouvais alors dans ce poème ! Avec étonnement, avec reconnaissance! De la même manière que je me retrouvais dans le Marcel de « La gloire de mon père ». De ce fait, je l’ai toujours appris à mes élèves, par nostalgie. Mais René Guy Cadou n’a pas écrit que cela (D’ailleurs je vous le proposerai un de ces jours, en souvenir !), c’est un vrai poète, et un poète du cœur, jugez-en !

Paysage de mon amour
Tout entier dans ce village
Dont je défais journellement
Les liens de chanvre et de fumée

Tuiles baignées de tourterelles
Qui chantez sous la main du soir
Écailles des saisons nouvelles
Plaques tournantes de l’espoir

Prairies des peintres du dimanche
Passerelles des bois dormants
Ô bêtes qui remuez les hanches
Dans un long rêve de froment

Et toi rivière sous les saules
Blanche fenêtre caressée
Par une truite et mon épaule
Et tous les jours qui sont passés

Je crois en vous en toutes choses
Qui par souci de vérité
Parlent pour moi trouvent réponse
Dans la raison de mon silence.

 

Extrait de "Hélène ou le règne végétal"

René Guy CADOU

(1920 - 1951)

Paul Cezanne. La Ste Victoire

Paul Cezanne. La Ste Victoire

On ne peut citer Pagnol , comme je l'ai fait dans la présentation de ce poème, sans y joindre un petit bout de Provence, pour le plaisir...Regardez la Sainte Victoire dont Césanne a peint toutes les faces de pierre, toutes les arêtes aigues, les lignes pures et sobres, les pentes arides et...écoutez crisser les cigales...

Pour les accompagner en douceur je vous propose cette symphonie de Mozart (n°21) que j'adore et qui est la musique du film "Elvira Madigan", les deux sont superbes

L'espace Verdon info a été créé pour le partage d'informations sur les communes, associations... Sur certains billets, des photos , des vidéos, des audio et des textes sont mis en ligne pour plus de convivialité. Cependant si des personnes sont opposées à certaines publications, ou si certaines informations s'avèrent erronées, il suffira de m'en informer en le notifiant directement sur le billet avec le commentaire, ou par mail ; je ferais mon possible pour y remédier , merci de votre compréhension.

Associations , Organisateurs , penser à nous prévenir , nous inviter à l'avance , autrement il reste difficile de partager votre actualité. Pensez aussi à nous fournir vos informations par courriel.

Je vous souhaite bonne visite sur cet espace , le webmaster

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
O
Ce commentaire me va droit au cœur. Je pense que décidément nous avons eu le même parcours! je suis fille des deux seuls instituteurs du village et je sens encore cette odeur de "la vieille classe de mon père", je ne l'oublierai jamais, ainsi que l'odeur de l'encre fraîche que nous fabriquions nous-mêmes et que nous versions dans nos encriers! Cette classe était effectivement mon havre de paix pendant les vacances, j'y ai même bossé mes examens de fac, à l'ombre des grands platanes de la cour! Puis, J'ETAIS le petit Marcel quand je venais retrouver Lili à Courchons (St André), je m'y retrouverai perpétuellement, désespérément...et j'y suis revenue, physiquement revenue, pour toujours!
Répondre
J
Seuls les enfants d'instituteur (trice) peuvent avoir à ce point la nostalgie chevillée au corps car eux seuls ont vécu le silence assourdissant des salles de classe transformées en salles de jeu, de lecture ou de rêve, eux seuls ont perçu l'odeur de craie débarrassée de celle des élèves, eux seuls ont vu les vacances comme une absence.
Je le sais, j'y étais aussi. :-)
Répondre