Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

La Page poésie d'Odile : Fruits d'automne

8 Novembre 2021 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Image et poésie

La Page poésie d'Odile  : Fruits d'automne

Quelques mots sur Arcimboldo

Arcimboldo est un peintre italien du XVIème siècle, né et mort à Milan. C’est un peintre « maniériste », (« de la bonne manière »), c’est-à-dire qui se détache de la Haute Renaissance de Vinci ou Raphaël, pour faire preuve de plus d’originalité.  La particularité du peintre est de composer des portraits avec des fruits, des légumes, des fleurs et même des objets. Il pense que le tout prévaut sur les parties, c’est-à-dire qu’il faut considérer l’ensemble du tableau et non les détails. En effet pour le tableau Flora, par exemple, si on le regarde de loin, l’ensemble est presque harmonieux, avec les fleurs mêlées dans les tons de rose. Ses deux « séries » connues sont les 4 saisons et les 4 éléments. Je vous avouerai que ces portraits composés ne sont pas ma tasse de thé. Je n’aime pas trop l’effet rendu, cela me fait penser à un écorché. Mais je ne peux contester son talent, son génie de l’assemblage et de la couleur. Son tableau « le bibliothécaire » composé avec des livres est très étonnant et correspond mieux à mon sens de l’esthétique, mais c’est une question de goût. Pour illustrer ces peintures, il m’est tout de suite venu à l’esprit le poème très connu de Verlaine, « Green » qui, lui aussi met les végétaux à l’honneur (dès le premier vers) mais pour rendre hommage à l’amour. « Les fruits, les fleurs, les feuilles et les branches » sont présentés comme des offrandes. La rosée et le vent s’ajoutent au tableau servant de cadre à l’amour. La nature joue un rôle symbolique  pour évoquer également les différentes émotions de l’amoureux. Dans les 2 cas, les végétaux mettent en valeur l’être humain : dans les tableaux d’Arcimboldo ils sont une partie du tout, s’accordant, s’imbriquant, pour arriver à la perfection d’un visage, d’une personnalité qui apparaît ; et dans le poème de Verlaine ils servent d’écrin pour la personne physique de l’être aimé, pour l’embellir, la combler, tout en magnifiant également les sentiments exaltés de l’amant. La nature en complément essentiel de l’être humain, voilà qui n’est pas nouveau. Dans ce petit poème (3 quatrains d’alexandrins aux rimes croisées), les éléments, l’eau et l’air, apaisent l’âme agité de l’amoureux que l’on entend haleter dans les premiers vers grâce au rythme haché, puis se calmer avec les rimes douces qui suivent. A noter que la couleur et la lumière (« fruits », fleurs »,"blanches", "rosée", « green ») font penser à une aquarelle. De plus elles sont placées à petites touches, à la manière d’un peintre impressionniste. On peut observer également que dans la dernière strophe, seul l’amour charnel et la présence physique sont évoqués, contrairement à la première strophe entièrement symbolique. Finalement, cette étrange association ne fonctionne pas si mal !

La Page poésie d'Odile  : Fruits d'automne
Partager cet article
Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article