Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

La page poésie d'Odile : CHANSON DU VA-ET-VIENT DU VENT

3 Septembre 2014 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Image et poésie

Allez, encore un joli poème de Paul Fort pour faire plaisir à Jean-Michel ! Celui-ci est composé comme une comptine pour enfant (d’ailleurs il l’a appelé « chanson »), il est presque entièrement basé sur une répétition des mêmes mots qui ne changent de sens que grâce aux adjectifs possessifs (ma, ta, nos) ainsi qu’une allitération en V ou S qui évoque le souffle du vent. Le simple changement des mots à consonance identique: passé, glissé et glacé en fin de vers est très bien trouvé.

CHANSON DU VA-ET-VIENT DU VENT


Sur ma joue un baiser.
Oui, le vent passe.
Sur ma joue nulle trace
du vent passé.

Sur ta joue un baiser.
Oui, le vent passe.
Sur ta joue nulle trace
de vent glissé

Sur nos joues un baiser.
Oui, le vent passe.
Sur nos joues nulle trace
du vent glacé.

Paul Fort. Ferveur française. Le cahier d'amour

Corot (Jean-Baptiste)- Coup de vent.

Corot (Jean-Baptiste)- Coup de vent.

Ce tableau de Jean-Baptiste Corot est un peu trop gris pour être gai, il est moins gai en tout cas que le poème de Paul Fort qui a tout de même un petit air de valse. Mais ne nous y trompons pas, ce texte est plus profond qu'il en a l'air; sur le fond ils se rejoignent: la fuite des saisons et du temps, ce vent glacé qui un jour soufflera pour de bon sur notre vie et l'éteindra comme une simple flamme...Alors pour concilier les deux, voici la "Valse triste" de Jean Sibelius: très belle, très valse, mais très triste!

L'espace Verdon info a été créé pour le partage d'informations sur les communes, associations... Sur certains billets, des photos , des vidéos, des audio et des textes sont mis en ligne pour plus de convivialité. Cependant si des personnes sont opposées à certaines publications, ou si certaines informations s'avèrent erronées, il suffira de m'en informer en le notifiant directement sur le billet avec le commentaire, ou par mail ; je ferais mon possible pour y remédier , merci de votre compréhension.

Associations , Organisateurs , penser à nous prévenir , nous inviter à l'avance , autrement il reste difficile de partager votre actualité. Pensez aussi à nous fournir vos informations par courriel.

Je vous souhaite bonne visite sur cet espace , le webmaster

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
O
Donc, j'ai associé Paul Fort et Corot, vos préférés, sans le savoir, si ça ce n'est pas de la communion artistique je n'y comprends rien!! Je vais m'empresser d'observer cette "douce lumière italienne" qui m'intrigue beaucoup et je reviendrai vers vous pour une autre prochaine illustration...
Répondre
J
C'est sûr, elle me fait plaisir cette comptine, comme vous avez raison de la nommer. On peut la retenir par coeur le temps d'un soupir, sans effort, et ce va-et-vient sur les joues n'estampe des giroflées que leur odeur.
En plus, illustrée par un Corot, le peintre de la douce lumière ! C'est, pour les paysages, mon préféré et vous ne le saviez même pas ! Bon, c'est vrai qu'il triche un peu sur le réel puisque tous ses paysages sont baignés par la même lumière italienne qui se peut remarquer également sur ceux représentant Ville-d'Avray ou la Normandie. Et même sur ce coup de vent il ne peut s'empêcher de représenter un horizon éclairci.
Répondre