Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

La page poésie d'Odile : Les enfants qui s'aiment

22 Juillet 2014 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Image et poésie

 

 

Poème frais et pur de Jacques Prévert, quoi de plus émouvant que des enfants qui s’aiment !… « Les enfants qui s’aiment ne sont là pour personne », mais je pense que les gens qui s’aiment, en général, ne sont là pour personne …

 

Les enfants qui s'aiment

Les enfants qui s'aiment s'embrassent debout
Contre les portes de la nuit
Et les passants qui passent les désignent du doigt
Mais les enfants qui s'aiment
Ne sont là pour personne
Et c'est seulement leur ombre
Qui tremble dans la nuit
Excitant la rage des passants
Leur rage leur mépris leurs rires et leur envie
Les enfants qui s'aiment ne sont là pour personne
Ils sont ailleurs bien plus loin que la nuit
Bien plus haut que le jour
Dans l'éblouissante clarté de leur premier amour.

 

Jacques Prévert

Bouguereau-Le premier bijou romantique

Bouguereau-Le premier bijou romantique

J'étais décidée à vous présenter le plus célèbre couple d'"enfants qui s'aiment" du monde: Roméo et Juliette, mais la fraîcheur de ce Bouguereau m'a stoppée dans mon élan. La délicatesse de ces adolescents est une merveille. A savourer sans modération ainsi que le poème de Prévert. Ce concerto n°4 de Beethoven, sublime de force et de douceur mélangées, accompagne magnifiquement nos jeunes amoureux romantiques.

L'espace Verdon info a été créé pour le partage d'informations sur les communes, associations... Sur certains billets, des photos , des vidéos, des audio et des textes sont mis en ligne pour plus de convivialité. Cependant si des personnes sont opposées à certaines publications, ou si certaines informations s'avèrent erronées, il suffira de m'en informer en le notifiant directement sur le billet avec le commentaire, ou par mail ; je ferais mon possible pour y remédier , merci de votre compréhension.

Associations , Organisateurs , penser à nous prévenir , nous inviter à l'avance , autrement il reste difficile de partager votre actualité. Pensez aussi à nous fournir vos informations par courriel.

Je vous souhaite bonne visite sur cet espace , le webmaster

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
O
Belle analyse, Jan-Michel, d'accord sur tout!
Oui, c'est presque trop parfait!
Répondre
O
Je ne suis pas trop d'accord pour les émois de l'amour, car le bouleversement qu'il apporte est le même à 16 ans qu'à 60! Toujours briseur de volonté ,d'amitié...et de couple...C'est plutôt le temps qui fait la part des choses, la passion s'use vite, malheureusement.
Oui, "toujours c'est longtemps", comme je le disais hier, ça n'existe pas.
Effectivement, le décor du tableau est comme flouté, mais c'est une volonté du peintre pour mettre les jeunes gens en relief, montrer qu'ils sont seuls au monde, donc respect!
Répondre
J
Le bouleversement n'est pas tout à fait le même, il y a forcément, adulte, une part de calcul car l'inconnu n'existe plus ; On peut être pris au dépourvu mais on n'en reste plus autant désemparé.
Souhaite-t-on à soixante ans retrouver un peu de ses seize ans ?... Qu'on aime !
Il est certain que rien n'est, chez ce peintre, dû au hasard. On pourra l'accuser de tout, selon ses goûts et ses aspirations, sauf de maladresse.
J
J'aime beaucoup cette peinture, très agréablement léchée, même si les contours trop nets des personnages les font s'extraire du paysage.
Il n'y a que les enfants pour aimer, bouleversés par cet émoi incongru, inconnu, inexplicable, aussi fort qu'une armée, briseur d'amitiés et de volonté.
Plus tard, la part des choses est vite accomplie.
"M'aimerez-vous encore demain ?
Toujours.
Toujours, c'est bien longtemps. Dites-moi un peu moins pour que je vous croie."
Ainsi Pierre Louÿs faisait dialoguer Thierrette et Giglio dans "Les aventures du roi Pausole".
Répondre