Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

CCAPV : Pays d'Art et d'histoire : Chaudon Norante

20 Novembre 2022 , Rédigé par verdon-info Publié dans #ASPC-thorame-Haute, #CCAPV

CCAPV : Pays d'Art et d'histoire : Chaudon Norante
CCAPV : Pays d'Art et d'histoire : Chaudon Norante
CCAPV : Pays d'Art et d'histoire : Chaudon Norante

La chronique des patrimoines « Du côté de chez nous »

Cette semaine, partons à ... Chaudon-Norante 
La Communauté de Communes Alpes Provence Verdon s’est engagée dans une démarche de candidature au label « Pays d’Art et d’Histoire ».
Objectif : déposer la candidature et obtenir le label en 2023.
plus d’informations sur le label :
 Découvrons Chaudon-Norante 
 Le saviez-vous 
👉 Nom des Habitants : les Norantaises et les Norantais
👉 Sainte Patronne : sainte Madeleine
👉 Fête patronale : 22 juillet
 Le 13 octobre 2021, la CCAPV a été reçue par les élus de Chaudon-Norante pour faire le point sur les projets de restauration et valorisation du patrimoine bâti, naturel, paysager de la commune et échanger sur le label Pays d’Art et d’Histoire.
La commune de Chaudon-Norante est à l’origine constituée de trois communes autonomes : Chaudon, Bédejun, qui englobait aussi La Clappe, et Norante. Dès le Moyen Âge, Chaudon s'est vu adjoindre la communauté de Norante et en 1908 celle de Bédejun. Le décret du 28 janvier 1919 a procédé au changement de nom de la commune de Chaudon-Bédejun en celui de Chaudon-Norante. En effet, Norante a pris de l’importance alors que Bédejun a décliné. A partir de la seconde moitié du 19ème siècle, le déplacement de la population s'est fait du haut (La Clappe, Chaudon) vers le fond de la vallée de l'Asse (Norante), à proximité de la voie de circulation menant à Digne. En de nombreux lieux dits de la commune, la présence humaine est attestée par des fragments de tegulae*remontant à l'époque romaine et au Moyen Âge. Chaudon-Norante était possession de l'abbaye Saint-Victor de Marseille, avant de devenir fief des seigneurs d’Oraison et de la famille des Castellane. Les fondations d'une tour médiévale subsistent encore au lieu-dit « Château-Plus-Haut ». L'agriculture constitue la principale source de revenus. La production fruitière, prunes mais aussi pommes, poires, pêches, amandes et noix, est un complément de revenus significatif et perdure jusqu’à la fin des années 1930. Trois écoles accueillaient les enfants à Bédejun, Norante et Chaudon, elles ont fermé dans les années 1960. Enfin, la commune est célèbre pour avoir reçu Napoléon, de retour de l’île d’Elbe. Entre le 3 et 4 mars 1815, Napoléon et sa troupe arrivent de Barrême et se dirigent vers Digne par le col du Corobin. Napoléon fait une halte à l’auberge de La Clappe où il déjeune d’une omelette. Il aurait déclaré : « Les œufs sont rares par ici ! », en référence au prix demandé pour l’omelette. On lui aurait répondu : « Non, ce ne sont pas les œufs qui sont rares, ce sont les Empereurs ! ».
Plus d’informations sur la traversée des Basses-Alpes par Napoléon : http://www.archives04.fr/.../articles/246/napoleon_doc.pdf
 Le territoire communal correspond à la vallée de l’Ivoire, affluent du Verdon, et à son bassin versant. Plusieurs sommets dominent et font limite avec les communes voisines : le Puy de Rent (1996 m), la Crête des Traverses et le Roncheret (1 617 m), la Crête de Chamatte et le Sommet de Montagnone (1 775 m). Le village d’Allons est à 1073 m d’altitude et a une superficie de 41,71 km². Il est adossé à la pente et regarde vers le sud. La forêt occupe la moitié du territoire communal, dont une belle forêt de hêtres.
 La commune de Chaudon-Norante occupe une superficie de 37 km². Le territoire offre un relief contrasté qui s’échelonne de 628 m à 1 612 m d’altitude et deux massifs marquent la limite nord de la commune : la Barre de Chaudon qui s’étage entre 1 496 m 1 571 m d’altitude, prolongée par la Montagne de Coupe qui atteint 1 612 m en limite communale.
 Chaudon-Norante fait partie du territoire de la Réserve Naturelle Nationale Géologique de Haute-Provence avec deux sites classés. Plus d’infos sur https://www.reserves-naturelles.org/geologique-de-haute...
 A la fin du 19ème siècle, des campagnes de reboisement sont menées sur le territoire communal par le biais de la Restauration des Terrains de Montagne (RTM). Cette politique active de reforestation sert à atténuer les effets désastreux des torrents sur le relief et à stabiliser les sols des pentes. Ainsi dans les années 1950, le secteur de La Clappe est reboisé et une large partie des habitants, notamment les jeunes du village, sont mobilisés pour replanter. La reforestation spontanée, due au déclin des activités agricoles et à l’abandon des terres, participe également à la modification des paysages. Par exemple, des pentes, situées entre le Bau de Gilly et le Ponchon, bien exposées à l’adret*, servaient à la culture de la vigne. Elles sont aujourd’hui investies par la forêt domaniale des Trois Asses. En parcourant le terroir, on peut encore trouver beaucoup de pieds de vigne qui poussent et se multiplient spontanément, vestiges d’une culture passée.
 L'église paroissiale Saint-Antoine, située dans le hameau de Norante remonte à la seconde moitié du 17ème siècle. Les visites pastorales nous indiquent que dès 1750, les réparations à faire sur l’église sont importantes. En 1840, une partie de l'extérieur menace ruine et la visite pastorale de 1884 décrit l'église comme étant dans un état déplorable, surtout la voûte. Un tremblement de terre survient en février 1887. Dans un devis datant du même mois, signé par l'architecte M. Bellon, le constat est sans appel : la toiture est dans un délabrement complet et la voûte est fissurée. L'église est quasi entièrement remaniée à cette époque. On peut donc dire qu’elle date véritablement de 1887, date inscrite au-dessus de la porte d'entrée. La chapelle Saint-Christophe, anciennement appelée chapelle Saint-Sébastien, est mentionnée dans la visite pastorale du 2 octobre 1712 en ces termes : « La chapelle de Saint-Sébastien, sur le chemin à gauche en allant de Chaudon à Barrême, est assez bon en état pour les murailles, le toit et le blanchissage, et elle ferme bien… ».
Depuis la chapelle, une belle vue s’ouvre à 360°.
 L'actuelle chapelle de la Clappe doit correspondre à ce qui est appelé par les archives, l'église paroissiale de Bédejun. L’origine de l’édifice n’est pas connue. Une délibération du conseil de fabrique datée du 24 avril 1881 précise que l'édifice est dans un état fâcheux, que la voûte, tombée en partie, menace ruine et que la toiture laisse tomber l'eau sur la voûte. Par conséquent, la nécessité de reconstruire entièrement le sanctuaire est exprimée et des travaux ont dû avoir lieu à la fin du 19ème siècle. La chapelle fait aujourd’hui partie du domaine de la Clappe et ne peut être utilisée du fait de son état sanitaire inquiétant. La commune souhaite faire des travaux de restauration, la communauté de communes l’accompagne dans ce projet.
🔎Perché sur un éperon rocheux à 1 100 m d’altitude, le Château-Plus-Haut domine le village de Norante et une partie élargie de la vallée de l’Asse. Les vestiges indiquent que l’édifice comportait probablement trois étages. Une importante citerne souterraine creusée dans la roche et aux parois maçonnées et lissées servait de réserve d’eau. Cet ensemble désigne sans doute l’ancien emplacement du castrum de Norante, remontant au 15ème siècle. L’histoire veut que Jean-Antoine Riquetti, oncle de Honoré Gabriel Riquetti, comte de Mirabeau, représentant du Tiers-État pour la commune d’Aix-en-Provence en 1789 et mort en 1791, se mariât dans ce « Château » en 1708 avec une certaine Françoise de Castellane…
Une agréable randonnée vous mène sur ce lieu : https://www.verdontourisme.com/.../chateau-plus-haut.../
👥 Le plus vieux recensement de la commune de Chaudon-Norante date de 1315 et donne 40 feux soit environ 200 habitants. En 1698, il y a 78 feux soit 390 habitants. En 1765, la population s’élève à 541 âmes. Le maximum démographique est atteint en 1821 avec 694 habitants. On observe ensuite une baisse constante jusque dans les années 1970 et seulement 72 habitants en 1975. Depuis, la population remonte et compte 185 habitants en 2018.
* Le coin des cruciverbistes 
* Une tegulae ou tegula  était dans l’Antiquité une tuile plate qui servait à couvrir les toits, faite d’argile cuite au four.
*En montagne, l’adret est le versant le plus ensoleillé d'une vallée, opposé à l'ubac.
Service Communication de la CCAPV 

reportage lors du bicentenaire de la venu de Napoléon

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article