Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

La page poésie d'Odie ; Adieu

5 Décembre 2014 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Image et poésie

Pas très gai ce cher Musset ! Plein de grands envols et de beaux sentiments : « Vienne la voile qui t’emmène, en souriant je la verrai partir », on l’entend ce vent dans les voiles avec l’allitération en V ! Beaucoup de V d’ailleurs dans ce poème, peut-être pour appuyer le « tu t’en vas »…Cet « Adieu !» très sobre et répété s’oppose violemment au reste du poème, mais c’est un effet très employé, presqu’une parodie de tragédie antique. Personnellement, j’aime beaucoup, mais les Romantiques ne plaisent pas à tout le monde, il faut dire que les envolées lyriques ne sont plus tellement à la mode !

Adieu

Adieu ! Je crois qu’en cette vie
Je ne te reverrai jamais.
Dieu passe, il t’appelle et m’oublie ;
En te perdant je sens que je t’aimais.

Pas de pleurs, pas de plainte vaine.
Je sais respecter l’avenir.
Vienne la voile qui t’emmène,
En souriant je la verrai partir.

Tu t’en vas pleine d’espérance,
Avec orgueil tu reviendras ;
Mais ceux qui vont souffrir de ton absence,
Tu ne les reconnaîtras pas.

Adieu ! tu vas faire un beau rêve
Et t’enivrer d’un plaisir dangereux ;
Sur ton chemin l’étoile qui se lève
Longtemps encor éblouira tes yeux.

Un jour tu sentiras peut-être
Le prix d’un cœur qui nous comprend,
Le bien qu’on trouve à le connaître,
Et ce qu’on souffre en le perdant.

Alfred de Musset

Turner-Matins.jpg

Turner-Matins.jpg

J'aime de plus en plus Turner après l'avoir longtemps méconnu. Ce flou artistique pré-impressionniste m'impressionne beaucoup! Pourtant de son temps, seules ses premières toiles étaient appréciées, ces oeuvres plus tardives sont devenues les "délires" de Turner! Alors disons que j'aime les délires. Ce tableau me semble bien convenir à l'Adieu poignant de Musset.

Pour la musique, je ne vous ferai pas l'affront de vous en parler, tout le monde la connaît."

L'espace Verdon info a été créé pour le partage d'informations sur les communes, associations... Sur certains billets, des photos , des vidéos, des audio et des textes sont mis en ligne pour plus de convivialité. Cependant si des personnes sont opposées à certaines publications, ou si certaines informations s'avèrent erronées, il suffira de m'en informer en le notifiant directement sur le billet avec le commentaire, ou par mail ; je ferais mon possible pour y remédier , merci de votre compréhension.

Associations , Organisateurs , penser à nous prévenir , nous inviter à l'avance , autrement il reste difficile de partager votre actualité. Pensez aussi à nous fournir vos informations par courriel.

Je vous souhaite bonne visite sur cet espace , le webmaster

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Odile 10/12/2014 17:00

Je suis tout à fait d'accord avec toi, Jean-Michel, mais ce "presqu'une" ne m'a pas interpellée, peut-être fais-je la faute depuis longtemps sans le savoir, merci de m'avoir rappelé l'invariabilité des adverbes que je connais bien pourtant...Je vais me surveiller de plus près, promis!

Jean-Michel 06/12/2014 11:05

Rien à dire sur ce joli petit poème.
Une simple petite remarque, quand même j'y tiens, juste histoire de dire un petit quelque chose :
"Presque" est, en tant qu'adverbe, d'une invariabilité à toute épreuve, il ne supporte donc pas l'élision et est de ce fait le roi du hiatus.
Son élision n'existe que dans le substantif "presqu'île" en perdant alors son statut d'adverbe.
On peut s'en rendre compte en écrivant par exemple : une presqu'île est une presque île.

bilou 07/03/2015 13:41

souviens toi bill 01 aout 1997

bill 06/03/2015 18:03

lorsque le sage montre la lune l'idiot regarde le doigt