Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

SAINT-ANDRE LES ALPES : «Les maquettes ferroviaires d’Adrien » ou «Le merveilleux monde de la miniature»…

31 Mars 2010 , Rédigé par verdon-info Publié dans #St André les Alpes -

SAINT-ANDRE LES ALPES : «Les maquettes ferroviaires d’Adrien »

ou  «Le merveilleux monde de la miniature»…

 

 

 

 

Les débuts d’un rêve :

 

Adrien Coullet est un jeune retraité de 54 ans qui consacre tous ses loisirs au mystérieux chantier qui occupe le sous-sol de sa villa adossée aux pentes de Chalvet Non, il ne pratique pas les sciences occultes dans le secret de sa maison, il ne recherche pas un trésor enfoui dans sa cave ou  n’élabore pas un élixir magique. Adrien a transformé son atelier en cabane du Père Noël.

En effet, le sous-sol de sa villa de St André renferme un grand réseau ferroviaire miniature encore en construction. Ancien cheminot, Adrien a été chef de district à la SNCF pendant trente et un ans (il a été notamment conducteur de travaux pour le TGV d’Aix en Provence), autant dire que le train « ça le connaît »… Outre la maquette, cette caverne d’Ali Baba renferme une collection de centaines de modèles de trains électriques miniatures glanés dans tous les pays, chinés sur Internet principalement.

Il est étonnant de réaliser combien de talents différents nécessite une telle entreprise : il faut être à la fois informaticien (tout le réseau est géré par ordinateur), dessinateur, menuisier, électricien, décorateur, mais quand on demande à Adrien quelle qualité principale il faut posséder pour mener un tel projet à terme, il répond : la patience. On le croit volontiers, d’autant que la mise en œuvre de ce rêve a commencé il y a 8 ans, et qu’il compte encore une année pour finir les voies, puis quatre ou cinq ans pour terminer le décor…

 

Visite guidée :

 

On entre dans l’atelier comme dans un sanctuaire, sur la pointe des pieds… Nous sommes impressionnés par cet environnement si différent d’un magasin de jouets : ici c’est le domaine d’un artiste… La maquette mesure huit mètres sur quatre, et contrairement aux maquettes exposées d’ordinaire, elle est créée en volume, c’est-à-dire que le circuit grimpe en colimaçon à l’intérieur de la montagne. Pour l’instant la montagne est en partie virtuelle car sur la moitié du circuit la maquette est à nu. Adrien nous explique que tout est créé sur dessin.

Au commencement furent les croquis, puis l’ossature, puis la pose des voies, et enfin le décor. Celui-ci se construit en bois, en polystyrène, en plâtre et en grillage. Le tout sera peint et agrémenté d’arbres et de verdure. Des bâtiments parsèment le paysage et des véhicules sillonnent les routes : Adrien a « bricolé » des modèles réduits de voitures, de bus et de camions pour les télécommander par ordinateur. Il y a même un chantier où s’activeront pelleteuses et bulldozers.

Quatre gares sont prévues dont une «underground». Sur cette maquette ne court qu’un seul circuit, c’est pourquoi les trains attendent leur tour avant de pénétrer sur une voie occupée : il n’est pas question de provoquer un accident ferroviaire, même miniature, tout est prévu. Les aiguillages sont actionnées par ordinateur et évitent les catastrophes… Bref, c’est presque «pour du vrai ». Il faut dire qu’avec cent-vingt mètres de voies prévues (il en reste une cinquantaine à poser) et douze convois, il s’agit de bien gérer le trafic !! Et même, des feux rouges et des barrières empêcheront les véhicules de traverser les voies. (Sans oublier le véhicule de police et les motards qui surveillent le trafic ! A quand un radar ?) 

Il est fascinant de voir cohabiter sur ce réseau des modèles de toutes les origines et de toutes les époques : le train à vapeur siffle et crache de la fumée tout en croisant une loco des plus modernes tous feux allumés et wagons éclairés. Le bruitage est important pour Adrien, il nous confie vouloir entendre sonner la cloche de l’église et se promet d’enregistrer le carillon de Saint-André. Vous l’aurez compris, Monsieur Coullet est un perfectionniste, il nous dit que c’est aussi une qualité nécessaire pour ce travail minutieux et de longue haleine et nous avoue casser parfois un assemblage dont il n’est pas satisfait et le recommencer plusieurs fois.

Pour ceux qui aiment les chiffres et les détails techniques, la maquette est réalisée au 1/87ème et la pente maximum est de 4% (au-delà de cette inclinaison les moteurs de loco souffrent). Quarante ans de passion ont conduit cet amoureux des trains à ce projet immense, et il pense que sa maquette ne sera jamais vraiment finie, car il la peaufinera encore et encore jusqu’à la perfection.

Nous le remercions chaleureusement pour nous avoir permis d’accéder à son «antre» et nous pouvons dire que, si le père Noël allume des étoiles dans les yeux des enfants, lui allume de la joie dans le cœur des grands.

 

                                                                                                        (Odile Rémy-Boetti)

 

 Pour les intéressés, Adrien Coullet accepte d’ouvrir son atelier aux visiteurs pour un voyage dans son monde magique de la miniature, vous serez les bienvenus  en appelant le :

  04 92 89 08 61  ou en contactant son e-mail : house.coullet@free.fr

  

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article