Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon, Pays A3V

Premières rencontres littéraires à Peyroules

5 Septembre 2017 , Rédigé par farigoulette Publié dans #Peyroules

Premières rencontres littéraires à Peyroules

Premières rencontres littéraires à Peyroules

Levée aux aurores, je sors regarder le ciel, car je voudrais qu’il soit bleu, je voudrais qu’il soit clair, je voudrais que les nuages ne l’habitent pas ce matin. Et puis mon regard est attiré par un vol d’oiseaux, un vol de nombreux oiseaux en ce dimanche 3 septembre, prêts à se poser, mais leur vol est un peu désordonné, leur vol est un peu chaotique, leur vol me paraît surnaturel…j’observe de plus près et….

Surprise !...Ce ne sont pas des oiseaux, ce sont des livres, des livres de papier, des livres petits, des livres grands, des livres colorées, des livres en noir et blanc, des livres pour les petits, des livres pour les grands. Mais d’où viennent-ils ? 

Chuuuttt….faut pas le dire….ils se sont échappés de la belle affiche qui est venue se poser sur tous les murs de la région, dans tous les tableaux d’affichage, dans les abris bus, dans les médiathèques, dans les offices du tourisme, aux carrefours importants rejoignant la côte à la montagne du Teillon et même sur le mur virtuel que fréquentent de si nombreuses personnes….

Et oui, ils se sont échappés pour se poser dans la salle des fêtes où les attendaient des rangées de tables aux nappes blanches, et dans le barnum installé sur le terrain de boules, où là aussi se pressaient les tables blanches.

Oh, ils ne sont pas venus seuls, les femmes et les hommes qui ont noirci ces pages de leur écriture fine, guidée par une inspiration débordante, les ont déposés, arrangés, classés, de façon à ce qu’ils soient tous accueillants, attirants, prêts à être feuilletés, regardés, apprivoisés par les visiteurs du jour.

Les organisateurs de cette manifestation étaient inquiets : y aura-t-il des visiteurs, avons-nous fait assez de pub, avons-nous fait les bons choix ?

La journée se déroule lentement, le soleil envahit la montagne, envahit le village et les stands s’animent, les gens circulent, les enfants grignotent quelques bonbons offerts si gentiment par un couple d’auteurs. Les exposants se découvrent, les exposants se retrouvent, les exposants se cherchent, les exposants partagent leur écriture, partagent leur plaisir et les conversations se déroulent gentiment autour des tables.

En fin de matinée je découvre dans la petite salle sous la mairie un homme du pays qui raconte des histoires dans une langue qui chatouille mes oreilles mais qui me laisse un peu triste de ne pas pouvoir comprendre, à l’inverse des autres spectateurs qui sourient et partagent cette langue provençale.

A nouveau dans la salle, sur la scène, défilent chacun leur tour certains exposants pour un entretien de découverte un peu plus approfondie. Et pour ceux qui ne monteront pas sur la scène, un jeune homme les interviewera à leur place au milieu de leurs ouvrages. 

Et la promenade littéraire, vous l’avez parcourue ? Déambuler dans le village, sous les pas du lecteur qui lit à voix haute, passer devant le lavoir, parcourir le petit chemin sous les feuillages, s’arrêter pour profiter de la vue sur le Teillon enrubanné de lumière et du vieux village de Peyroules, « Ville » et sa chapelle du 11° siècle, la chapelle St Pons. 

Je voudrais être un elfe pour parcourir les stands plus vite, pour m’infiltrer entre les pages, pour dévorer chaque livre, pour les enregistrer dans ma mémoire et cet hiver au coin du feu, rouvrir chaque tiroir pour en extraire toute leur inspiration qui me fera vibrer de plaisir en les lisant.

Oh, me voilà redevenue enfant, me voilà redevenue prête à écouter la conteuse. Je ne la vois pas, je suis seulement attirée par les lumières qui brillent et éclairent une boîte en bois. Soudain, un instrument de musique chatouille nos oreilles, et attire notre attention. La voix s’élève et nous emmène dans son sillage, elle nous appelle, et nous invite à la suivre en ouvrant les portes de la boîte en bois, le Kamishibaï…..Kami, qui veut dire papier, shibaï qui veut dire théâtre : le théâtre de papier. Les images défilent lentement tandis que la voix les accompagne, nous voilà au pays de « piou-piou et cui-cui » ou au pays des chevaliers….magie du théâtre, magie de la voix, magie des images, nous sommes tous redevenus des gamins…..

Les heures ont passé, les exposants sont fatigués, mais tous nous remercient de cette journée. Mes amis les livres retournent dans leurs cartons….Finies les vacances, finis les partages, finies les papouilles, il faut à nouveau se retrouver serrés les uns contre les autres, en attendant le prochain festival où ils pourront à nouveau profiter de leurs amis lecteurs, petits et grands.

Les tables sont toutes nues, les chaises vides…..Ah non, voilà nos amis illustrateur et auteur italiens qui nous ont laissé quelques dessins rigolos et colorés, et tiens là aussi, la nappe blanche a des hiérogliphes, des lettres qui se croisent, des lettres qui s’enroulent pour déposer des jolis mots qui remercient.

Un grand coup de balai, tout a disparu, mais non, ce n’était pas un rêve, juste une journée bien remplie de lettres, de mots, de pages, de livres, de sourires, de partage.

Peyroules « littéraire d’un jour » redevient simplement « Peyroules le village où l’on se sent bien ».

farigoulette

Partager cet article

Commenter cet article