Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon, Pays A3V

La fête du pain a Peyroules

21 Août 2017 , Rédigé par Farigoulette Publié dans #Peyroules

(Photo Bastien Curzi ): Le Boulanger Michel Scipion devant le four

(Photo Bastien Curzi ): Le Boulanger Michel Scipion devant le four

La fête du pain a Peyroules

Mes pierres brûlent, mes pierres chauffent, mes pierres transpirent, mes pierres noircissent, mes pierres blanchissent, mais que m’arrive-t-il ?

Je me suis endormi voilà une année, durant laquelle je n’ai fait qu’entrevoir « le bonhomme en rouge » fin décembre, lorsqu’il s’est assis près de moi pour manger le gâteau et boire le petit verre de vin avant de reprendre sa tournée.

Je n’ai accueilli que mesdames les araignées qui s’en sont donné à cœur joie pour tisser leurs belles toiles dans les coins des poutres, ou sous la hotte noircie en août dernier. Je n’ai entrevu que les petits mulots venus se réchauffer et s’abriter quelques instants au plus froid de l’hiver ; seules les illuminations des guirlandes de noël, de la crèche provençale et du sapin de Noël trônant à ma porte m’ont éclairé lors de cette belle fête de fin d’année.

Et voilà que dans la semaine, on m’a nettoyé, balayé, secoué, et enfourné dans ma « gueule froide » les bûches coupées par les hommes du quartier. Pas beaucoup le premier jour, un peu plus le deuxième, et voilà que vendredi et samedi ils n’ont pas arrêté de me garnir, des grosses bûches, des moins grosses, jusqu’à ce que mes pierres blanchissent…..

Dimanche matin, 7h.00, les tables sont mises et Michel, l’enfant du pays, boulanger, arrive et dépose sur les tables des petites boules bien régulières, bien gonflées. Il m’ausculte précautionneusement, vérifie avec sa main, donne un dernier coup de balayette sur ma sole prête à accueillir « la fournée 2017 », la troisième année que moi, le four communal de Peyroules, ouvre mes entrailles et les offre pour la cuisson du pain de l’année, et de la fougasse aux anchois si délicieuse.

Heureux, je suis heureux de sentir les agréables odeurs qui montent dans mon ventre, qui montent dans la cheminée, qui embaument le quartier de Peyroules. Les villageois s’approchent vers onze heures pour acheter les belles boules dorées à point, gonflées à cœur, et portant sur leur face la croix du boulanger du pays.

Quelques touristes attirés par la fumée s’arrêtent, visitent, bavardent avec les Peyrouliens partageant le verre de l’amitié de la fête du pain, pour repartir avec leur pain à partager en famille.

Je n’oublie pas de cuire délicatement les plats Peyrouliens aussi beaux à regarder que délicieux à cuire, tartes sucrées, tartes salées, sans oublier les petites boîtes en bois contenant le précieux fromage que je rends coulant à souhait pour qu’ils puissent ensembles tremper quelques tranches de ce bon pain Peyroulien du 20 août 2017.

Je les entends parler, de plus en plus fort au fur et à mesure que le repas s’allonge, les rires montent vers moi, je les sens heureux, contents d’avoir partagé cette belle journée du 20 août 2017.

Je peux laisser mes pierres refroidir, je peux laisser mon antre retrouver sa solitude, je peux laisser mon cœur affaiblir son rythme, je peux me refroidir, mais je vais garder jusqu’à l’an prochain, les odeurs, les senteurs, les rires des Peyrouliens qui ont partagé cette journée près de moi.

Un grand Merci à Michel, qui malgré son travail ne dis jamais non pour venir à Peyroules faire le pain.

A l’année prochaine. LA FARIGOULETTE

 

 

Partager cet article

Commenter cet article