Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

Projection à la salle municipale de la Mure Argens du documentaire fiction El Regalo de la Pachamama, Le cadeau de la Terre Mère, de Toshifumi Matsushita

30 Mars 2010 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Art et Culture Fabri de Peiresc



Projection à la salle municipale de la Mure Argens du documentaire fiction El Regalo de la Pachamama, Le cadeau de la Terre Mère,  de
Toshifumi Matsushita



C'est le dernier rendez-vous de la programmation "Ciné d'hiver" en 2010. Ce 28 mars était une des rares journées où le soleil et le ciel bleu étaient vraiment présents ce qui n'a semble-t-il pas servi favorablement la programmation d’Art Culture Fabri de Peiresc. Peu de représentants de notre village et de Saint André-les Alpes s'étaient déplacés , et malgré là présence de quelques  habitants de la vallée de l'Asse (Barrême, Clumanc etc.) et quelques  personnes du Haut Verdon il restait bien quelques chaises vides. Pourquoi si peu de monde ?  trop d'animations au même moment ou bien  le sujet n'a-t-il pas retenu l'attention sur les  affiches  pourtant nombreuses sur le canton?   Difficile de répondre ici à cette question.

Quoi qu'il en soit, pour notre part nous avons passé un  moment enrichissant tant sur le plan  visuel qu'intellectuel,  un moment très agréable. La projection sur la civilisation amérindienne de Bolivie a été fort instructive.



Vers 17 h 30, le président de l'Association Art Culture Fabri de Peiresc, Bernard Molling,  a pris la parole pour annoncer le thème du film documentaire suivant les informations avisées des membres de l'association Apatapela. L'Association Art Culture Fabri de Peiresc avait, par l'intermédiaire de Géraldine Dedieu, mis en place le matériel de projection et avait  organisé  la salle pour la pose gourmande prévue à la fin du spectacle, une pose gourmande  qui facilitait la bonne interaction et favorisait les échanges avec les intervenants.



Le film documentaire fiction nous a montré de magnifiques images avec des effets de contre jour,  des jeux de lumière et de couleurs  qui mettent en valeur l'immensité de ces hauts plateaux. Les gestes executés nous semblent venir "d'un âge ancien" pour notre civilisation de confort où la  mécanisation des travaux manuels peut être source de stress au quotidien. Nous avons suivi la vie rude et intense de ce peuple très attachant à la vie simple et limpide. Il va de soi que la modernisation est apparue depuis et une partie de ces gestes ancestraux et pénibles sont en voie de disparition : la caravane à dos de lamas n'est plus vraiment d'actualité, le bruit et la rapidité des camions les ayant remplacés. D'après les explications post projections, même les lacs salés sont menacés par l'exploitation industrielle des richesses cachées dans le sous sol sous la couche saline .
 

 Marie Boisson et German Vidal


 

Près de six ans ont été nécessaires au réalisateur, Toshifumi Matsushita, pour mettre en scène ces habitants-acteurs sur ces vastes plaines de sel près du salar Uyumi ; le lac salé s'étend à perte de vue , les autochtones  l'utilisent pour l'extraction des briques de sel. Un printemps, un jeune enfant, Kunduri, va faire son premier apprentissage de la caravane du sel avec son père sur cette route empruntée depuis des millénaires par les indiens Quechua et Aymara des Andes Boliviennes.  Le voyage initiatique dure plusieurs mois ; l'histoire nous raconte les différents rencontres au cours du chemin où la caravane échange ses ballots de  la précieuse subtance contre diverses denrées alimentaires et autres produits nécessaires à la vie courante ; on découvre la bonne utilisation du troc où la notion d'argent ne vient pas perturber les transactions. Comme le voyage arrivera à sa fin, le jeune garçon fait la rencontre d'une jeune fille à un festival en costumes traditionnels dans un lieu sacré pour son peuple. Les deux jeunes gens ressentent les palpitations fébriles de leurs cœurs et leurs esprits partagent le rêve tout simple mais grandiose  de parcourir  à vélo les immenses étendues du lac salé. À la fin, Kunduri  découvre ce que son grand-père veut dire par le don de la Pacha Mana (la Pacha Mana est la déesse de la vie).

Après ce documentaire émouvant et plein de sensibilité,reflet du quotidien de ce peuple captivant et authentique , une petite séance de questions-réponses aura lieu entre les  membres de l'association partenaire et le public.Ils donneront des informations sur le déroulé du tournage,  ils mettront l'accent sur la détermination du réalisateur qui a tenu cette oeuvre "à bout de bras"  malgré les multiples contraintes de la réalisation (problème de  langage,  de budjet ...). Ils parleront également de l'actualité et donneront des informations sur leur prochain festival :

Au mois de juin prochain, l’association Apatapela en partenariat avec Film Flamme, proposera un atelier international de cinéma destiné à de jeunes vidéastes venus du Chili, de Bolivie, d’Espagne et de la Région PACA. Réunis trois semaines durant à Marseille, ils auront l’occasion de réaliser un court-métrage en 16 mm ou super 8. Ce projet a bénéficié du soutien de la Communauté Européenne à travers le programme "Jeunesse dans le monde" , Programme Européen de la Jeunesse en Action. Toutes les informations et documentations sont accessibles sur le site http://www.apatapela.org/spip.php?article102

Si cette expérience de partage de culture et d'apprentissage de la vidéo et du son...  vous intéresse veuillez prendre contact avec l'association.



Toshifumi Matsushita  est un réalisateur japonais résidant
à New York. Il y étudie le cinéma à l’Université
avant de fonder sa société de production de documentaires
indépendants.

photo Toshifumi Matsushita et Luzmila Carpio (musique du documentaire )
http://farm4.static.flickr.com/3601/3487575803_7e4451753a.jpg



L'espace Verdon info a été créé pour le partage d'informations sur les communes, associations... Sur certains billets, des  photos , des vidéos,  des audio et  des textes sont mis en ligne pour plus de convivialité. Cependant si des personnes sont opposées à certaines publications, il suffira de m'en informer en le notifiant directement sur le billet avec le  commentaire, ou par mail ;   merci de votre compréhension.


Je remercie tous les lecteurs journaliers qui permettent de penser que ce concept d’informations locales doit être poursuivi et amélioré ; d’ailleurs, toutes initiatives et implications sont les  bienvenues,

Je vous souhaite bonne visite sur cet espace , le webmaster

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article