Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon, Pays A3V

Mercredi 2 février, à La Palud-sur-Verdon,réunion de consertation sur la préservation des milieux aquatiques

31 Janvier 2011 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Parc Régional du Verdon

st-andre-les-alpes_19_1.JPG

Mercredi 2 février, à La Palud-sur-Verdon, se tiendra la seconde réunion de concertation organisée dans le cadre de la consultation sur la conciliation des usages et la préservation des milieux aquatiques dans les gorges du Verdon. Rappelons que cette consultation lancée cet été s’adressait à plus de 150 organismes, experts, professionnels, associations, citoyens, etc. Consultation par écrit et également par oral puisque des rencontres et des entretiens d’écoute ont eu lieu au cours de l’automne. La première réunion de concertation rassemblant une grande partie des personnes consultées avait eu lieu le 1er décembre 2010.

La rencontre de ce mercredi 2 février 2011 entre les élus, les services de l’Etat, les professionnels, les associations, va permettre de vérifier sur quelles dispositions il y a convergence et sur quels scénarii il y a divergence des points de vues. Après cette dernière apposition des points de vue de chacun, les élus du Parc naturel régional du Verdon proposeront un plan de gestion qui tiendra compte des enjeux pour chacun des 5 tronçons des gorges. Les autorités qui ont la responsabilité des mesures réglementaires, à prendre et à faire appliquer (communes, départements, Etat), pourront alors s’appuyer sur les propositions des élus du Parc.

Vous trouverez, ci-dessous  une interview du président du Parc naturel régional du Verdon, Bernard Clap, qui explique l’importance du long travail d’études, de sensibilisation de consultation, de conciliation, mené par le Parc depuis plusieurs années. Pour lui, comme pour ceux qui ont inventé les Parcs naturels régionaux à Lurs en 1966, la voie du dialogue est la seule voie possible. Imposer de façon autoritaire la protection de l’environnement n’est ni digne, ni démocratique, ni efficace. Ce n’est en aucun cas dans la culture et la philosophie des Parcs naturels régionaux.

Ce que l’on veut faire collectivement de ce territoire, de sa rivière, de ses richesses naturelles ou culturelles, de sa qualité de vie et de son développement social et économique, ne pouvait se décider sans consulter tous ceux qui sont concernés.

Il est rassurant d’entendre de nombreuses personnes saluer l’existence de cette consultation et la façon dont elle s’est déroulée.

La voie du dialogue

Au cours de l’été 2010, le Parc naturel régional du Verdon a lancé une grande consultation sur la conciliation des usages et la préservation des milieux aquatiques dans les gorges du Verdon. Ce travail de concertation arrive à son terme et va déboucher sur une proposition de plan d’actions mi février. Bernard Clap, le président du Parc du Verdon, explique que c’est à la fois le respect de l’environnement et le respect des hommes qui sortiront grandis de la seule voie possible aujourd’hui : celle du dialogue.

 

- Après une première réunion de concertation le 1er décembre dernier, une seconde va se tenir mercredi 2 février. Pourquoi cette démarche ?

- « Dès sa naissance, le Parc a cherché à protéger l’environnement dans les gorges du Verdon. Il s’est trouvé confronté à la présence de l’homme et à ses multiples activités. N’ayant pas de pouvoir réglementaire mais des missions complémentaires de protection, de développement économique et d’éducation, il a fait son métier : observer, compléter les connaissances, écouter, sensibiliser, former, réunir autour de la table toutes les personnes et tous les intérêts concernés.

La concertation que nous avons lancée cet été sur la conciliation des usages et la préservation des milieux aquatiques dans les gorges du Verdon, arrive à son terme. Cette deuxième rencontre va permettre de valider les points sur lesquels tout le monde et d’accord et de dialoguer sur ceux pour lesquels il y a encore désaccord. L’analyse de toutes les réponses à la consultation et ces débats vont éclairer le plan d’action que le Parc du Verdon va arrêter et proposer avant la fin février. »

 

- Le Parc naturel régional du Verdon a donc choisi le dialogue et la concertation pour résoudre cette question. Est-ce réaliste ?

- « Non seulement c’est la seule voie réaliste mais c’est aussi la seule voie digne et démocratique. Il faut se rappeler de quelle façon le Parc et un grand nombre d’associations du territoire se sont mobilisés pour s’opposer à la décision par décret de construire une ligne à très haute tension en travers du Parc. Dans cette opposition, il y avait la nécessité de préserver des paysages et un environnement remarquables et fragiles. Il y avait également le refus d’une façon de faire brutale.

Le territoire du Verdon a de la mémoire. Il a eu à souffrir de la façon dont de grands aménagements lui ont été imposés au nom de l’intérêt collectif. Qu’il s’agisse des 5 barrages qui ont domestiqués le Verdon et noyés de nombreuses terres cultivées ou du plus grand camp militaire d’Europe qui occupe désormais le plateau de Canjuers, ces aménagements ont été réalisé avec beaucoup de violence. Ces pratiques sont d’un autre temps. Il serait déplacé de faire la même chose au nom de l’environnement, d’user de violence à nouveau sur les hommes pour une cause qui est aussi noble. »

 

- Pourtant, une association de défense de l’environnement demande l’interdiction des activités de loisirs dans les gorges du Verdon.

- « Chacun est dans son rôle. C’est le rôle des associations de défense de l’environnement de crier au loup. Nous devons les écouter et nous devons les protéger. Ce sont nos capteurs sensibles. Ces capteurs sensibles ont un rôle essentiel dans nos sociétés. Ce sont nos garde-fous, ceux qui nous alertent. Toute société doit se méfier d’elle-même comme tout individu doit se méfier de lui-même. C’est le rôle des professionnels et de leurs organismes de défendre leurs métiers et leurs emplois. C’est le rôle de l’Etat, des départements et des communes de prendre les mesures réglementaires et de les faire appliquer.

Le rôle du Parc naturel régional du Verdon lui vient des missions qui lui ont été confiées. Il doit, en même temps, protéger l’environnement et permettre le développement économique et social. Car le Parc est un territoire habité qui doit faire vivre ses habitants. Or toute activité humaine est susceptible d’avoir des impacts sur l’environnement. Nous ne sommes pas en guerre. L’environnement ne doit pas être ennemi de l’Homme, même si l’Homme a souvent été l’ennemi de l’environnement. L’être humain fait partie intégrante de l’environnement. C’est en sensibilisant, en éduquant, en dialoguant, en construisant collectivement que l’on parvient à trouver le bon équilibre. La voie du dialogue est la seule voie possible car nous devons absolument éviter qu’il y ait un perdant et un gagnant, un humiliant et un humilié, des mesures mal comprises et appliquées de façon autoritaires. Ce serait une catastrophe pour le territoire et encore plus pour la cause de l’environnement. »

 

- Quelles formes pourrait prendre ce plan d’action ?

- « Ce qu’il faut savoir, c’est que la consultation proposait de réfléchir à des solutions spécifiques à 5 tronçons différents. En effet, les enjeux comme les activités ne sont pas les mêmes partout dans les gorges du Verdon. C’est donc pour chacun de ces 5 tronçons que les élus du Parc établiront un plan d’actions en tenant compte des enjeux environnementaux et des enjeux économique et sociaux, comme c’est notre devoir. Dans les Parcs naturels régionaux c’est une autre vie qui s’invente en s’appuyant sur une autre culture. Cette culture est né dès la fondations des Parcs en 1966. On les retrouve dans deux citations qui gardent toute leur force :

« Pour protéger, il faut d’abord convaincre. C’est la méthode la plus longue, la plus dure, mais aussi la plus solide, la plus démocratique et la plus digne. »

Henri Beaugé, Lurs-en-Provence, septembre 1966

« Le Parc naturel régional ne vivra que de l’effort et de la foi des habitants et des usagers, sinon n’importe quelle réglementation restera lettre morte. »

Jean-François Théry, Lurs-en-Provence, septembre 1966

 

L'espace Verdon info a été créé pour le partage d'informations sur les communes, associations... Sur certains billets, des  photos , des vidéos,  des audio et  des textes sont mis en ligne pour plus de convivialité. Cependant si des personnes sont opposées à certaines publications,  ou si certaines informations s'avèrent erronés, il suffira de m'en informer en le notifiant directement sur le billet avec le  commentaire, ou par mail ; je ferais mon possible pour y remédier ,   merci de votre compréhension.


Je vous souhaite bonne visite sur cet espace , le webmaster

Partager cet article

Commenter cet article