Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

La transhumance , le retour à Robion des brebis Martin après l'estive à Argens

3 Novembre 2009 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Nature - Environnement -Agriculture


La transhumance, du latin trans (de l'autre côté) et humus (la terre, le pays), est la migration périodique d'une partie du bétail (bovidés, équidés et ovins) de la plaine vers la montagne ou de la montagne vers la plaine, (c'est aussi celle des abeilles d'une région florale à une autre),  en fonction des conditions climatiques et donc de la saison. Ici, nous allons parler de la transhumance des ovins dont le cheptel est le mieux représenté dans notre département (pour plus d'informations voir l'article de la chambre d'agriculture : http://www.ahp.chambagri.fr/caracteristiques-productions-animales.html)

 

 

 

Nous allons parler de la transhumance ovine et plus particulièrement de celle de la famille Martin de Robion , hameau de la commune de Castellane. Il faut vous dire qu'à Robion, village perché à 1000 m c'est l'usage, quand viennent les chaleurs, d'envoyer le bétail à Argens. Bêtes et gens passent cinq ou six mois là-haut, logés à la belle étoile, dans l'herbe jusqu'au ventre

 

Tout commence au mois de juin... Chaque année , nous pouvons assister au passage dans les rues de Castellane, au départ du  troupeau vers  les  gras pâturages  de la montagne de Maurel sur la commune de la Mure Argens. 

 

Pendant tout l'été (2009), les ovins resteront sur les hauteurs du village d’Argens où Émile (le père de Thierry) aura la surveillance du troupeau dans les espaces verdoyants de la montagne de Maurel. Il semble que cette année l'estive se soit passée sans encombre ni préjudice notable. Un enneigement exceptionnel  avait permis d'alimenter favorablement les pâturages où les  brebis ont  trouvé tout l'été une nourriture abondante. puis, au premier frisson de l'automne, on redescend au Hameau, et l'on revient brouter bourgeoisement les petites collines où les portes  attendaient, ouvert à deux battants ; avec la bergerie  pleines de paille fraîche pour les protéger de la rûdeur de l'hiver .

C'est aujourd'hui, le 3 novembre, qu'ils ont décidé de ramener le troupeau vers Robion. En milieu de matinée, nous avons pu apercevoir le transhumant Martin, un des derniers à effectuer le trajet à pied par la route. Bien que très pittoresque, cette pratique à  tendance à disparaître. En effet, il devient de plus en plus difficile, voire dangereux, de circuler à pied avec un troupeau. Les règles de sécurité obligent à engager un nombre important d'accompagnateurs et la grande circulation sur la D955 est très contraignante pendant la journée, malgré le travail remarquable des chiens.

 

Tous les habitués et amis de Thierry Martin ont surveillé l'arrivée du  troupeau, annoncée par le tintement caractéristique des clochettes, notamment à la Mure Argens où Denise était présente pour les photographier et se remémorer le temps où elle pouvait s'adonner à sa passion de bergère.

 

À l'année prochaine pour la remontée  vers Argens.

 

 

 

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article