Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon, Pays A3V

L’hiver n’a pas dit son dernier mot

12 Avril 2010 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Nature - Environnement -Agriculture

L’hiver n’a pas dit son dernier mot

Sur la commune de la Mure Argens, le 12 avril 2010 en fin d’après midi après de multiples averses ; nous avons eu la surprise de voir fondre sur le bitume de gros flocons de neige. Ce rafraîchissement  soudain  a surpris beaucoup de monde . Entre autres

les mésanges qui cherchaient un abri de fortune pour ce protéger de ces gros flocons en forme de papillons qui , se posant sur leur plumage, les obligeant à s'ébrouer



 

Le climat nous joue des tours! est-ce un changement climatique qui ce prépare ? Ou comme le disent certains écologiques et scientifiques le réchauffement de la planète qui dérègle le climat. Quoi qu’il en soit, un début d’année 2010  frais et humide, cela fait bien longtemps que de la neige ne s’était pas invitée si tard dans notre calendrier.

Cela permet la création photographique avec un panaché de couleurs insolites ; bien sûr, à cette période de l’année, le manteau blanc ne sera visible que quelques heures et se transformera bien vite en eau  qui viendra grossir les nappes phréatiques

 

 

 

 


Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Paul 19/04/2010 16:24



Pourtant rien de nouveau sous le soleil.


Ce phénomène porte même un nom ici : "la neige du coucou", dernière (?) chute de neige après le retour du coucou.  Ce qui n'a rien ç voir avec un quelconque réchauffement ou
refroidisement... On n'a jamais vu ça ? :)



Claudeton Du Jardin 13/04/2010 05:31



Merci pour ces belles et surprenantes images. 


Probablement, il ne faut pas oublier que la France appartient à une zone de climat tempérée. C'est dire que la variabilité est comme inscrite dans ses gènes. L'oscillation fait partie du
jeu. Cette période sera donc assez singulière. Assez seulement. Pendant ce temps, d'autres zones de la planète connaissent une chaleur supérieure à leurs moyennes saisonnières. Quant on considère
toutes les zones, ceux qui ont les moyens de "moyenner" découvrent que les températures d'ensemble de notre immense engin spatial planétaire s'envolent d'apparemment peu mais elles le
font de façon impérieuse. Elles font dans l'inexorable. Les gens du métier climatique incriminent l'activité humaine et ses effets secondaires. Comment se débarrasser du cadeau empoisonné du CO2
? Difficile de le pousser sous le tapis avec son petit balai. Il s'esbigne, le CO2, il nous fait la nique.


On redécouvre parfois l'importance des forêts dans le cycle de de vie du CO2. On savait que le processus de photosynthèse permettait de capturer du CO2 et se focalisait sur la capacité de
transformation chimique des arbres capables d' entasser dans leurs fibres mais il semblerait que l'humus est aussi un excellent coffre-fort à CO2.


Les villages comme le tien pourrait participer à la régénération de l'humus des sols. Le compostage bien sûr. Probablement bien meilleur que le brûlis généralisé des déchets végétaux. Vive le
compost et les compostiers !


Un gros souci, une forte inquiétude,  c'est la prédominance des résineux autour de nous. Cette invasion bien réelle me semble exister par un choix humain, par un calcul. Les pins poussent
vite, et cela flattent l' idée de la rentabilité à court terme. Mais les aiguilles sont lentes à se dégrader et je suis porté à croire que l'humus sous les pins est une chose médiocre qui
n'améliore pas les sols et en renforce parfois la sinistre acidité. Partout où l'altitude le permet, les feuillus devraient être encouragés. Enfin comme disent les deux comiques autour d'un
guichet de gare :"C'est vous qui voyez."