Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

La page poésie d'Odile : « Nos animaux à quatre pattes »

9 Juillet 2020 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Image et poésie

La page poésie d'Odile  : « Nos animaux à quatre pattes »

Quelques mots sur la page poésie « Nos animaux à quatre pattes »

Bon, ma petite-fille a choisi une fable de La Fontaine car elle en a appris une à l’école, et en plus, elle souhaitait que les peintures aient des chats pour sujets. Soit. Mais pour ma part je trouve que les fables de La Fontaine sont très difficiles, bien qu’on les fasse souvent apprendre aux enfants. Elles sont sophistiquées dans la forme et philosophiques sur le fond. Je pense que ce sont les parents qui devront plutôt les expliquer aux enfants. L’école à la maison est finie mais je propose une rallonge !! (Merci qui ?) Pour le récit global, c’est assez simple, il s’agit d’une belette qui vole le logis de Jeannot lapin et n’est pas près de rendre son bien au propriétaire. Ledit propriétaire du terrier demande au « juge » Raminagrobis le chat, de lui rendre justice et sa maison par la même occasion. Mais un chat est un chat, même s’il est plein de sagesse. Et pour les mettre d’accord il les croque tous les deux ! La morale de cette histoire est encore moins « enfantine » puisque La Fontaine compare cette justice bien cruelle à celle des hommes qui font appel au roi : ils se font « avoir » tous les deux ! Rien de bien nouveau sous le soleil. La difficulté de compréhension des textes de La Fontaine vient non seulement des termes choisis souvent désuets, mais aussi des figures de style originales et parfois peu lisibles car de tournure inversée. « Du palais d'un jeune Lapin Dame Belette un beau matin s’empara », l’ordre normal serait « un beau matin dame belette s’empara du palais d’un jeune lapin », ce qui serait nettement plus compréhensible. De même que les « souterrains séjours », « le paternel logis » ou « le dévot ermite » qui placent l’adjectif avant le nom, forme normale pour les anglosaxons mais inhabituelle pour les enfants. De plus, le langage du XVIIIème siècle n’est pas évident pour nous et encore moins pour les petits : « l’octroi *» « les pénates** » « agrée ***» « faisant la chattemite**** » ne sont pas des termes employés tous les jours ! Que dire de tous les petits noms donnés au chat : Raminagrobis, Grippeminaud, sa majesté fourrée, dévot ermite, le bon apôtre, n’en jetez plus ! Les pauvres plaignants, eux, sont juste des « plaideurs » ou des « contestants ». Bref, Ce langage est loin d’être facilement abordable. Ces quelques clés devraient permettre de le rendre accessible aux enfants. Quant aux peintures d’illustration j’ai mis Renoir à l’honneur car nos amis à quatre pettes sont souvent les rois du tableau ! Henriette Ronner, (peintre animalière belge du XIXème siècle) a été impérativement choisie par ma petite-fille qui adore les peintures d’animaux. (« Qu’il est migonnnnnnnnnn ! ») Henriette Ronner-Knip s’est spécialisée dans la peinture animalière, (personnellement ce n’est pas trop mon truc, pour les animaux je préfère les photos) au début elle peignait surtout des chiens puis, presque exclusivement des chats, pour lesquels elle parvient à représenter le détail du pelage avec grand talent. Elle reçoit de nombreuses commandes notamment de la Cour belge.

 

*Octroi : octroyer = donner, accorder

**Pénates : dieux de la maison chez les romains. Regagner ses pénates = retourner à sa maison

***Agrée : agréer = accepter

****Faire la chattemite : faire des manières, avec douceur, pour tromper les autres

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article