Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

La page poésie d'Odile : Les chats vus par Maurice Carême 

28 Juillet 2020 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Image et poésie

La page poésie d'Odile  : Les chats vus par Maurice Carême 

Quelques mots sur les chats vus par Maurice Carême 

Je veux me faire pardonner par les enfants pour la fable de La Fontaine trop difficile pour eux. Je vais donc leur offrir aujourd’hui du Maurice Carême pour sa simplicité. Ces poèmes sont des comptines que l’on apprend aux enfants à l’école. Le Chat est aussi une fable, plus courte, plus facile, mais il faut en comprendre le sens caché. Comme tous les poèmes de cet auteur belge, il est d’une grande simplicité, mais plein de poésie et de sens : 2 quatrains -8 vers de 6 syllabes-, construit en 2 strophes aux rimes croisées1. On ne peut faire plus simple dans la versification, le style et le vocabulaire, alors comment peut-il faire passer autant d’émotion ? C’est la question que l’on se pose toujours avec ce poète. Comment le sommeil du chat durant le jour et son réveil pendant la nuit peuvent créer du fantastique ? Pourtant cela suffit au narrateur, et c’est sa force. Dans ce poème, les yeux du chat sont comparés à deux morceaux de soleil, ce qui représente la lumière, la chaleur et peut-être la sécurité. Le chat, au contraire de l’homme, semble pouvoir regarder le soleil en face et l’absorber pour le restituer la nuit. C’est le principe de la phosphorescence. Le fantastique est créé par ce soleil qui reste à l’intérieur du chat. Or le chat et le soleil sont deux entités mystérieuses qui faisaient l’objet d’un culte chez les Egyptiens2. Tout cela reste sous forme d’allusion dans le poème, mais chacun le ressent. L’auteur crée donc une histoire imaginaire pour expliquer pourquoi les yeux du chat brillent dans la nuit. Le chat apporte au poète la lumière que l'on peut comparer à l'inspiration. L’expression « Voilà pourquoi », sépare les 2 strophes et amène une sorte d’explication fantaisiste qui s’adresse au lecteur incrédule et qu’il doit parvenir à convaincre de cette réalité magique. Tout est possible avec le chat, il est un être surnaturel à part -chez Carême comme chez Baudelaire3-

(C'est l'esprit familier du lieu ; Il juge, il préside, il inspire Toutes choses dans son empire ; Peut-être est-il fée, est-il dieu ?) mais ici avec beaucoup moins de moyens stylistiques.

J’ai accommodé les chats de Maurice Carême à la sauce surréaliste, puisque sur ma dernière page ils étaient impressionnistes. Je vous accorde que la Marguerite de Matisse n’est pas très jolie, pas plus que la dame peinte par Léger, mais les deux chats noirs sont semblables et très mignons. La toile de Miro est étrange, regardez sa fermière, observez ses pieds, ils sont nus, rouges et énormes : ceux de quelqu’un qui travaille la terre, bien planté sur ses deux pieds. Quant au chat, lui, il est…énigmatique et mystérieux, tout son contraire.

 

 

1 (ab-ab puis cd-cd)

2 Bastet et Râ. D'après une légende égyptienne, dans l’antiquité les chats éprouvaient des difficultés pour chasser la nuit. Un jour, le célèbre Zeus arriva de l'Olympe sur son nuage et convoqua tous les animaux du royaume. Il leur promit d'exaucer un vœu par animal. Les tigres réclamèrent des rayures et les éléphants souhaitaient une trompe, les chats lui demandèrent tout simplement de pouvoir voir en pleine nuit. Aussi, Zeus lança un éclair dans les yeux de chacun des chats du monde qui s'allumeraient seulement la nuit.

poesie.webnet.fr

 

 

 

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article