Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

18 Juillet Barrême se souvient

19 Juillet 2020 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Canton de Barrême

18 Juillet Barrême se souvient
18 Juillet Barrême se souvient

Samedi matin les membres de l’Amicale Fort de France se sont réunis pour assister à la messe célébrée par l’abbé Jean à l'église de Barrême, puis participer au dépôt de gerbes à la stèle du capitaine Gérard Pierre Rose et du Capitaine Victor Arnoux à la Barre d’Auran, et enfin au monument aux  morts et aux carrés de combattants au cimetière de Barrême .

‘’Je vous remercie toutes et tous d’être présents pour commémorer ce 76 éme anniversaire de la disparition tragique de Gerard Pierre Rose dit ‘’Manfred’’ et du Capitaine Arnoux.

Il y a 76 ans jour pour jour, ils tombaient lâchement assassinés sous les balles Nazies

Aujourd’hui ayons aussi une pensée et rendons hommage à trois de leurs fréres qui viennent de nous quitter, André VALENTINI, alis Hervé, président de votre amicale jusqu’en juillet dernier, Paul COLLOMP et Freddy OCURTI 

76 ans aprés les rangs s’ éclaircissent mais leur dernier frère d’armes, René FLESSELLE, ici présent se souvient.

Avec lui souvenons nous tous :

Commémorer n’est pas anodin : c’est refuser de voir un moment de l’histoire, un geste, une attitude, se diluer dans la grande histoire et dans l’oubli

Commémorer, c'est mettre en évidence des valeurs qui incarnent la liberté, la citoyenneté, la démocratie et les droits de l'homme.

Commémorer, c’est inciter fortement les femmes et les hommes à garder mentalement présent dans leurs esprits le souvenir et les raisons de ce moment de ce geste et de cette attitude

Commémorer c’est garder quelque chose à proximité de nous, qui, sinon va s’éloigner avec le temps et la disparition des principaux acteurs

Commémorer, c'est un temps qui permet d'évoquer la dette que nous avons à l'égard des résistants, dont l'action fut cruciale pour libérer notre sol.

Commémorer c’est mettre en évidence des valeurs qui incarnent la liberté la citoyenneté la démocratie et les droits de l’homme. Ces valeurs et ces idéaux qu’ils défendirent au péril de leurs vies

Commémorer c’est se rappeler leur combat leur courage et les fondements de leurs idéaux.

La France n’a pas gagné sa liberté du jour au lendemain : le sacrifice de ces hommes et de ces femmes doit demeurer vivant et vivace .

À notre tour maintenant de porter haut les valeurs de nos glorieux combattants, même si les combats ont changé : la xénophobie, le racisme ,le dénie des différences…. hantent toujours notre société au plus profond d’elle même

À nous de transmettre à nos jeunes et les générations nouvelles, ce formidable message d’espoir à travers le devoir de mémoire, pour que leur sacrifices ne soient pas vains . C'est en ces termes que J L Chabaud, maire de Barrême, s’exprimait ce samedi 18 Juillet au prés de la stèle, édifiée à la Barre d’Auran, lieu de leur supplice, en présence de nombreux participants, porte drapeaux et du représentant du Souvenir Français. C'est à cette stèle que chaque année, les représentants de l'Amicale Fort de France et les représentants de la commune, viennent avec émotion et recueillement déposer une gerbe au monument érigé à la mémoire de ces deux hommes.

La ‘’Marseillaise’’ qui clôturait cette cérémonie fut reprise en cœur par toute l’assistance qui était fidèle à ce rendez vous.

La suite de la cérémonie se déroula au cimetière de Barrême, face à la pierre souvenir érigée par le regretté Charles Pellegrino, souvenir de ceux qui :

VENUS D'ICI VENUS D'AILLEURS ENSEMBLE ILS SONT MORTS AU COMBAT POUR NOTRE LIBERTÉ 

Le chant des partisans mettait un terme à cette cérémonie avant que tout ce monde ne se retrouve à la Mairie pour un hommage à ceux de leurs frères qui les avaient quitté cette année.

Cette année encore ce devoir de mémoire s'est déroulé le jour même de l'anniversaire de cet assassinat après que la veille, les acteurs survivants, parents et amis , se soient rendus en "pèlerinage" , à la Chapelle puis à la Haute Melle , sur les traces du maquis Fort de France, là où pendant de longs mois ils eurent l'occasion de forger des liens de camaraderie à jamais inoubliables. 

Fernand Blanquet 

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article