Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

La page poésie d'Odile : « Sortir… Enfin »

27 Mai 2020 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Image et poésie

La page poésie d'Odile  : « Sortir… Enfin »

Quelques mots sur la page du mois : « Sortir… Enfin »

 

Pour évoquer ce « sortir » que l’on attendait tant, je vous propose un poème trépidant du belge Maurice Carême qui délivre un autre aspect de son œuvre, pas uniquement pour les enfants comme on le voit ici. Souvent simplissime et cristallin, il nous offre ce texte plus profond où la vie moderne et son « inhumaine indifférence » est joliment évoquée avec un style saccadé et un certain pessimisme (« on ne sait plus bien qui on est ») masqué par son habituelle facilité de lecture et d’apparente gaité. 

Eluard et son style épuré bien particulier (il supprime volontiers ponctuation, articles, verbes, avec lisibilité malgré tout) nous fait faire un bond plus loin dans le modernisme avec sa promenade, plus bucolique, mais dans le même esprit que la promenade en ville de Carême : la vie bondissante et jamais ralentie, les allées ou les rues grouillantes, les gens éparpillés ou groupés comme des fourmis, sur des petites parcelles de terre momentanément appropriées. Que du bonheur avec ces mises en vers de notre vie trépidante !

Je ne crois pas vous avoir déjà parlé d’August Macke, c’est un peintre du XIXème-début XXème siècle, de nationalité allemande ; il a d’abord été influencé par l’impressionnisme, surtout par Cézanne, puis par les peintres fauves (Matisse). Ensuite, comme Van Gogh, il est passé de l’impressionnisme à l’expressionnisme (« l’art de l’émotion »), s’attachant à décrire le monde extérieur dans un langage plus émotionnel que réaliste. Le résultat donne des images dont le contour n’est pas net, voire sans contour du tout, et qui ressemblent plutôt à des taches de couleurs vives très contrastées. Il me fait penser à Emil Nolde*, expressionniste allemand lui aussi, qui représente de grandes flaques de couleurs flashies sans contour. Macke a été tué à la guerre de 14 à l’âge de …27 ans ! Je ne vous ferai pas l’affront de vous parler de Claude Monet que l’on ne présente plus et qui paraît à côté de Macke d’une minutie et d’une délicatesse extrême dans les détails et les drapés ! Tout un abîme de différences entre des peintres quasiment contemporains, mais tous deux à son stade d’évolution vers le modernisme, comme Cézanne ou Van Gogh. J’adore le Moulin de la galette de Renoir et son camaïeu de bleus ! Amusez-vous à compter les différents tons du violet au bleu ciel…Le peintre belge Théo Rysselberghe fait également partie des impressionnistes mais plutôt tendance pointilliste comme son ami Paul Signac et Georges Seurat. Il a évolué ensuite vers de larges touches allongées quittant le pointillisme de ses débuts. Mais quelle douceur dans tous ces tons de blanc-mauve sur fond ocré ! 

 

 

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article