Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

La Mure Argens : un peu d'histoire sur la chambrette

26 Avril 2020 , Rédigé par verdon-info Publié dans #La-Mure-Argens

La Mure Argens  : un peu d'histoire sur la chambrette
La Mure Argens  : un peu d'histoire sur la chambrette

Faisant référence au texte de ma grand-mère Marie Maurin épicière et seule maire féminin de la commune de 1947 à 1949, nous allons évoquer ici la chambrette et le cercle de la Mure à travers le temps. Dans ses mémoires elle évoque ces lieux de rassemblement et d’animation masculine; à l’époque dont elle parle, la gent féminine n’était pas admise dans le cercle des animations tout du moins au début. Par la suite, des gérantes pourront être présentes dans l’administration et l’organisation... Puis les centres qui auront perduré ouvriront les portes à une plus large clientèle.

Pour ceux qui ont le souhait de mieux connaître ces institutions présentes sur les territoires entre les années 1800 et 1950, un ouvrage y fait référence :  “Les chambrettes en Hautes Provence” de Lucienne A Roubin où de nombreuses informations et anecdotes  sont décrites.

 

Ces lieux de rencontres et d’amusement étaient réservés aux hommes avec des règles strictes pour une organisation optimale, voire militaire .Aux XIXème et XXème siècles les hommes avaient  beaucoup de privilèges au fil du temps les barrières sont tombées et l’égalité des sexes a essayés de faire surface pour une plus grande équité et logiquement plus de joie et de partage commun .  

Les chambrettes c’est un peu l’ancêtre  du cercle actuel du Riou, bien que l’organisation et les règles y soient beaucoup plus souples. Créée  dans  les années 2000 par Pierre Hurtevent et son équipe,l’association le Riou et le cercle permettent un rassemblement de convivialité du village (hors confinement) tous les soirs pendant l’hiver, et qui bascule le reste de l’année avec les animations festives pour l’animation du village accessible à tous et qui a permis de créer des activités de coeur de village dans une grande cordialité.    

 

Revenons sur l’histoire de La Chambrette de la Mure par Marie Maurin  ( la chambrette fut active de 1900-1944) 

La commune de la Mure possédait au siècle dernier(1900-1944) une maison des hommes, institution interdite au sexe féminin, autrement dit chambrette ou cercle qui s’est éteinte en 1944. Il était dénommé, “cercle du réveil fraternel” la devise de l’époque était la suivante : “ ni étoupe* près du feu ni femme près  de l’homme”. D’après les souvenirs de Denise Reboul, le cercle se situait au bord de la route , le bâtiment est devenu un garage. Il semblerait aussi qu’un autre  bâtiment dans la grand rue ait été utilisé antérieurement. La famille Giraud et Benoît nous indique "En 1923 le grand-père de maman, Henri Bonnet, a racheté une maison pour agrandir la sienne. Il est noté dans l'acte qu'elle appartenait à la veuve et à la fille de feu André Léon Michel, décédé en 1900 et qu'elle était alors louée au cercle de la Mure pour 100 Francs." 

Un conseil restreint assumait la gestion de cette institution qui comprenait un président , un trésorier , un secrétaire , 2 commissaires renouvelables chaque année. Toutes les semaines, à tour de rôle, 2 sociétaires sont chargés de veiller à la bonne marche de l’association. Ils sont chargés de tenir le local en état de propreté, de balayer, d’éclairer la lampe suivant la saison allumer le poêle et servir les clients. Ils sont passibles d’amende en cas de manquement à ces tâches quotidiennes  et  pour infraction aux règlements.Les servants rendent leurs comptes au  trésorier à la fin de la semaine. Ils sont tenus de laisser tous les ustensiles culinaires , verres et tous les objets confiés à leurs soins dans un état irréprochable. Le service court d’un dimanche à l’autre. Dès l’arrivée des premiers habitués, le service est mis en place, les consommations se paient en pièces de monnaie ou de jetons mis dans une cassette fermée qui est ouverte et comptabilisée au changement  de semainier. Bien entendu,  cela ne va pas toujours sans histoires . Parfois  le servant  a un peu bu avant l’ouverture  en faisant le ménage du cercle  et les commissaires  doivent intervenir ; mais cela s’arrange toujours. Veillées en hiver,  jeux de cartes , jeux de boules en été  . Le dimanche vers midi, quelques habitués décident d’un déjeuner improvisé, entièrement constitué d’apports extérieurs prélevés en dernières minutes par les compères sur le repas familial qui emportent les meilleurs morceaux à la chambrette au détriment  des femmes et des enfants. Les chats capturés par équipées nocturnes fournissaient aussi les civets dominicaux. Toutes les familles avaient un surnom qui se rapportait à leur activité ou aux noms de famille,  très nombreux, par exemple les Simon, disparus,  les Honnorat , les Coullet , les Augier et les Audemar tisseurs de toile . Le budget annuel  de cette petite association  reposait  sur les ressources internes dont la contribution  de chaque sociétaire  formait l’essentiel : 2 francs au début du siècle. Les semainiers fournissaient le bois . Quand un nouveau  venu voulait  se faire admettre      au cercle, il devait verser un droit d’entrée et présenter les qualités de fidélité à l’association. Le bureau avait le droit de refus s’il le jugeait utile. L’ensemble des catégories professionnelles : cultivateurs , forgerons , bergers, chasseurs, s’y trouvaient pour relater leurs performances , leurs marchés,  et leurs exploits. St Joseph,  le 19 mars, était le patron de la chambrette dignement fêté à cette occasion. Tout commence  pour le semainier quelques jours auparavant  par un grand nettoyage du local .Il peut se faire assister  par quelques enfants qui assurent le transport de l’eau . Le jour venu, il fait chauffer la salle de bon matin, dresser la table,  regrouper  les tables  de jeux de cartes, transporter le vin de la cave nécessaire  pour cette journée de bombance,  prévoir l’arrivée des victuailles cuisinées dans le village, ce qui nécessite de ce fait de nombreuses  allées et venues. En fin d’après midi,  le fameux semainier doit mettre en train  la préparation  du souper  par lequel s’ouvrira le second temps du banquet  qui ne s’achève qu’au petit matin avec des chansons et des libations. Le temps de carnaval donnait  également lieu à de nombreuses    réjouissances pour le mardi gras. La jeunesse se déguise, chacun à sa manière  faisant grand usage de miel et de plume dont ils se barbouillent  le visage pour se rendre méconnaissables. Un ancien gai luron  mène la bande  armée d’une baïonnette pour embrocher  les petits salés ou le lard, d’un grand panier pour récolter oeufs et farine  en faisant la tournée de toutes les maisons. En principe, cette troupe  était bien reçue, arrosée de la traditionnelle goutte de fine ; aussi, inutile de vous dire dans quel état  se trouvaient  ces messieurs en fin de tournée... Heureux et gais, ils emportaient leur butin à la chambrette où ils dégustaient beignets(crespeau) et crêpes durant plusieurs jours . Cette tradition s’est terminée avec la guerre de 1939. 

 

Le partage de l’histoire locale reste tout à fait instructif sur l'évolution de notre société avec ses avantages et ses inconvénients ….Sommes-nous plus heureux au XXIème siècle vaste question surtout en ces périodes sanitairement troubles.


 

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article