Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

La page poésie d'Odile : Les Rois de janvier 

12 Janvier 2020 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Image et poésie

 La page poésie d'Odile  : Les Rois de janvier 

Commentaire sur la page « Les Rois de janvier »

Edmond Rostand. Chaque fois que je le cite je pense à mon père qui était un grand fan. Lui qui réfutait tout culte de personnalité envers quiconque, avait une vénération pour Rostand et Hugo. Il en connaissait des pages entières par cœur. Marrant car le reste du temps il lisait Frédéric Dard…ou ses revues scientifiques entomologiques. Il est vrai que Cyrano de Bergerac est non seulement le plus long texte en vers de la langue française mais l’un des plus beaux. Les vers sont sublimes. Le poème que je vous propose est certes plus modeste, un petit conte philosophique émouvant. Plein de bons sentiments pour noël. Le texte de Hérreidia va dans le même sens, aussi simple, aussi touchant. Un sonnet plein de respect et de déférence envers l’enfant Jésus (les rois ôtent humblement la couronne de leur tête) mais où le page, donc le serviteur, est toutefois un enfant noir… 

D’ailleurs, dans les tableaux que j’ai retenus au milieu d’une multitude de représentations des Rois mages*, j’ai remarqué que le roi noir était souvent dans l’ombre, parfois complètement dissimulé, très rarement mis en avant au premier plan…Je dois dire que j’ai un peu choisi en fonction de cela. Même les peintres les plus chrétiens avaient une réticence envers les gens de couleur, fussent-ils des rois !! J’ai pu admirer la chapelle des Scrovegni dans l'église de l'Arena à Padoue, décorée par Giotto, je n’ai pas été entièrement conquise. Il faut dire qu’elle date du…XIIIème siècle !! avant la Renaissance ! j’ai choisi Bruegel, Bosch, Giotto, Stom pour élargir la gamme des styles mais j’ai une préférence pour Bosh qui me rappelle toujours Dali, bien qu’il soit son aîné de plusieurs siècles (1450). J’ai toujours vénéré Dali jusqu’à ce que je rencontre le peintre flamand Bosch et que j’y perçoive quelque inspiration peu discrète…Cela n’enlève rien à son immense talent, mais on éprouve toujours une petite déception lorsque le grand maître n’est pas le premier génie que l’on croyait et qu’il a une source…Ridicule, je sais, même un génie a le droit d’être un disciple et avoir un modèle… (à condition de le reconnaître)

 La page poésie d'Odile  : Les Rois de janvier 

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article