Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

Quatre agriculteurs en lice pour le concours des pratiques agro-écologiques « agroforesterie » en Région Sud !

19 Décembre 2019 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Parc Régional du Verdon

Quatre agriculteurs en lice pour le concours des pratiques agro-écologiques « agroforesterie » en Région Sud !
Quatre agriculteurs en lice pour le concours des pratiques agro-écologiques « agroforesterie » en Région Sud !
Quatre agriculteurs en lice pour le concours des pratiques agro-écologiques « agroforesterie » en Région Sud !

Quatre agriculteurs en lice pour le concours des pratiques agro-écologiques « agroforesterie » en Région Sud !

 

 

Le Parc naturel régional du Verdon et le Groupement régional des CIVAM en PACA ont organisé le 16 décembre 2019, la journée d’évaluation des quatre candidats de la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, inscrits au Concours général agricole pour la mise en valeur des systèmes agroforestiers. Les candidats sont notés sur les propriétés agro-écologiques de leur parcelle agroforestière et sa gestion, sur l’insertion de cette parcelle dans leur système d’exploitation et enfin sur l’effet de la parcelle sur le paysage ainsi que l’impact territorial.

Pour départager les candidats, le jury est composé d’un expert en arboriculture, Pierre Michelot (DDAPEV Environnement), d’un expert en agro-écologie, Stéphane Jézéquel de l’institut ARVALIS, et d’un expert en environnement, Martine Vallon de FNE 04.

 

L’agroforesterie désigne tout système de production associant l’arbre à l’agriculture (plantations en grandes cultures, haies, bocages, prés-vergers,…). Les pratiques agroforestières protègent les parcelles (vents, ruissellements), augmentent le confort animal et humain, et permettent la valorisation de la biomasse et la protection de la biodiversité, entre autres services.

 

Dans la matinée, le jury a visité une chênaie pâturée par des chevaux chez François Atger à Gréoux-les-Bains ainsi qu’un verger de pêches et abricots pâturé par des volailles et des canards chez Francis et Christine Chaix à Manosque. L’après-midi était consacrée à la visite d’une parcelle de safran sous des oliviers chez Mathieu Weirich à Entrevennes, puis d’une parcelle en lavandin pâturée par des ovins sous des amandiers chez Yann Sauvaire à Saint-Jurs.

 

Les pratiques agroforestières sont désormais reconnues par le Concours général agricole, au sein du Concours des pratiques agro-écologiques. Le Concours général agricole récompense les producteurs et soutient les filières agricoles françaises depuis 150 ans. Déjà en 2014, ce concours récompensait les agriculteurs sur la qualité de leurs prairies comme pratique agro-écologique. En 2020, c’est l’agroforesterie qui sera à son tour représentée en devenant une nouvelle catégorie du Concours des pratiques agro-écologiques, aux côtés de la catégorie Prairies et Parcours.

 

La catégorie Agroforesterie du Concours porte des valeurs de préservation des paysages, d’amélioration de l’équilibre agro-écologique des exploitations agricoles et de valorisation du savoir-faire des agriculteurs. Les objectifs du concours sont de :

 

· Valoriser des pratiques agricoles d’intérêt général : les exploitations mises en valeur par le concours représentent des systèmes agricoles multi-performants répondant notamment aux enjeux environnementaux actuels (lutte contre le réchauffement climatique, préservation de la biodiversité et des paysages ruraux, lutte contre l’érosion des sols,…).

 

· Mettre en avant les agriculteurs qui préservent et valorisent l’arbre sur leur exploitation : l’agroforesterie est une pratique agro-écologique qui mérite toute l’attention des agriculteurs. En plus des services environnementaux rendus, elle est bénéfique à leur activité économique par de nombreux aspects (confort animal et humain, fourniture de produits variés, protection des parcelles, limitation du ruissellement des eaux,…).

· Encourager la prise en compte de l’arbre dans les politiques publiques : le concours vise à favoriser la reconnaissance et la prise en compte par les politiques publiques des pratiques agroforestières existantes, afin que les agriculteurs et les organismes au service des agriculteurs puissent développer ensemble une agriculture durable, associant performance économique et performance environnementale.

 

Le concours se déroule en 3 étapes. Tout d’abord, les agriculteurs qui pratiquent l’agroforesterie depuis au moins plus de 5 ans et qui se situent sur le territoire sélectionné pour chaque Région de France s’inscrivent en ligne au concours. Pour la Région Sud, le territoire cette année est composé des six intercommunalités recoupant le Parc du Verdon (Durance-Luberon-Verdon Agglomération, Provence-Alpes Agglomération, Communauté de communes Alpes-Provence-Verdon, Communauté d’Agglomération Dracénoise, Communauté de communes Lacs et Gorges du Verdon, Communauté de communes  Provence Verdon). Ensuite, et c’était l’objet de cette journée du 16 décembre, un jury local se rend sur les parcelles des différents candidats afin de sélectionner un lauréat régional. Tous les lauréats de chaque Région seront ensuite invités au Salon de l’Agriculture où aura lieu la remise des prix pour 3 lauréats nationaux désignés par un jury national.

 

Après délibération du jury, c’est Yann Sauvaire, producteur de plantes à parfum, aromatiques et médicinales à Saint-Jurs qui a été désigné comme le lauréat de la Région Sud. Le jury a fortement apprécié la complémentarité entre production végétale et animale. Dans un contexte de dépérissement du lavandin et de sols très pauvres en matière organique, l’agriculteur a fait le choix d’enherber les interangs de lavandins, puis de substituer la gestion mécanique de cet enherbement à une gestion par le pâturage d’un petit troupeau d’ovins, qui apprécient tout particulièrement de pouvoir chaumer au pied des vieux amandiers encore présents sur la parcelle, ainsi qu’à l’ombre des haies diversifiées qui la bordent. L’agriculteur mise sur la résilience du système en réintégrant de nouveaux oliviers et amandiers pour compléter les arbres déjà présents en intraparcellaire, essences historiquement présentes sur le plateau de Valensole. Cette logique agricole, pionnière dans le secteur, se fait par ailleurs en conciliant production agroécologique diversifiée (huiles essentielles, fruits, amandes, légumes, farines, céréales, confitures, prochainement agneaux) et lien avec le public (vente à la ferme, camping et gîte à la ferme, parcelle agroforestière en refuge LPO, randonnées sur le plateau...).

 

Marlène ÉCONOMIDÈS

Chargée de communication

 

 

Groupement Régional des CIVAM en PACA : Florian Carlet, florian.carlet@civampaca.org 04 90 78 35 39

Parc naturel régional du Verdon : Alexandra Charreyron, acharreyron@parcduverdon.fr  04 92 74 68 00

Marlène Economidès, chargée de communication, meconomides@parcduverdon.fr

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article