Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

Saint André les Alpes : La CCAPV a un nouveau visage

20 Novembre 2019 , Rédigé par verdon-info Publié dans #CCAPV

Saint André les Alpes : La CCAPV a un nouveau visage

Saint André les Alpes : La CCAPV a un nouveau visage

 

M. Olivier Dusautois, 41 ans, marié, père de 4 enfants est le nouveau Directeur général de la CCAPV. Après 17 ans au service des Collectivités, dont les trois dernières années à la direction de la Communauté de communes Châteaubriant-Derval, il a choisi de venir prendre la direction de la CCAPV sur le poste de Bernard Molling parti à la retraite depuis le mois de juillet.

Le nouveau directeur des services a bien voulu répondre à quelques questions de Verdon-Info :

 

-Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à candidater pour la direction de la CCAPV ? 

« C’est un double choix à la fois professionnel et familial.

Professionnel tout d’abord car j’avais le souhait de m’engager dans un nouveau challenge pour sortir un peu de la zone de confort qui était la mienne dans mon poste précédent. Le choix d’un territoire rural était également une priorité pour être au plus près des réalités et parce que je suis intimement persuadé que les enjeux de l’avenir sont dans la ruralité.

C’est aussi un choix familial avec la volonté partagée avec mon épouse d’offrir à nos enfants l’occasion d’un déracinement, dont leurs vies professionnelles futures seront sans doute émaillées. C’est aussi le choix de les voir grandir dans un environnement préservé et dans un contexte à taille humaine, à l’écart des métropoles ».

 

-Quel est votre ressenti vis-à-vis de ce territoire (et de ses habitants) si éloigné et différent de Chateaubriant ?

« C’est un territoire fabuleux par la richesse de son environnement comme de son patrimoine, mais c’est aussi un territoire riche de l’authenticité de ses habitants. Châteaubriant avec ses racines bretonnes affichait également cette caractéristique d’avoir des habitants fiers de leurs racines, de leurs traditions, et engagés pour faire vivre et défendre leur territoire. Ce sont en tout cas des valeurs auxquelles je suis très attaché et qui ont marqué notamment mon passé sportif de rugbyman ».

 

-Quelles sont les différences les plus marquantes avec votre ancien poste ?

« Les différences les plus marquantes sont sans doute celles en lien avec le modèle économique et la structuration de l’intercommunalité. Ma collectivité précédente était forte d’un très dense tissu industriel qui la caractérisait et sur lequel reposait tout son projet de développement. Ici, c’est le tourisme qui joue ce rôle majeur et sur lequel nous devons porter toute notre attention.

Bien que née d’une fusion en 2017, l’intercommunalité de Châteaubriant était aussi beaucoup plus importante en termes de population et donc par voie de conséquence en termes d’effectifs de personnel et de structuration. Mais le contexte ici est tout autre et les exercices de comparaison dans des cadres totalement différents n’ont que très peu de sens ». 

 

-Quelles ont été les premières difficultés, les premières démarches engagées ?

« Je n’aime pas parler de difficultés mais plutôt de challenges à relever. Cette intercommunalité est née d’une situation historique complexe et non choisie, il convient donc de lui donner désormais une identité et un projet. Je me suis attaché depuis mon arrivée à aller à la rencontre de tous les Maires en me rendant dans chacune des 41 communes. On ne peut efficacement servir un territoire qu’en le connaissant le plus précisément possible et en mesurant avec justesse les ressentis et les attentes des uns et des autres. Cette démarche m’était d’autant nécessaire qu’il me revient la lourde tâche de succéder à M. Bernard MOLLING dont l’implication, les compétences et les qualités faisaient l’unanimité. Je le remercie d’ailleurs publiquement de son aide et de sa disponibilité précieuse pour me transmettre les dossiers dans les meilleures conditions et m’accompagner dans leur prise en main. »

 

-Quels sont les dossiers d’actualité à traiter en urgence pour les prochains mois ?

« La période à venir avec les élections de mars prochain et le renouvellement à suivre du conseil communautaire est une période particulière. Dans cette phase préparatoire, il convient de boucler les dossiers déjà engagés et de préparer dès à présent l’installation du nouveau conseil et toutes les formalités qui l’accompagnent. C’est également une période à mettre à profit pour structurer notre organisation, ce que nous faisons actuellement tant en termes d’organigramme que d’organisation de nos instances.  

La préparation budgétaire commence également. Elle doit traduire les décisions des élus notamment sur la maitrise des taux de fiscalité et la continuité des opérations engagées. Dans le même temps, et après 3 dernières années caractérisées par des transferts de compétences, des évolutions de fiscalité et la réalisation d’importants investissements, il s’avère aujourd’hui nécessaire de stabiliser la situation financière de l’intercommunalité et d’en optimiser l’organisation. C’est une étape importante pour pouvoir projeter ensuite à nouveau la CCAPV dans l’avenir, et lui donner une plus grande capacité encore à accompagner le développement du territoire au service des habitants ».

 

-En fin d’année, le domaine de la collecte des déchets évolue, on va vers des solutions qui se voudraient économiquement plus rentables et plus écologiques. Cependant des interrogations arrivent déjà sur les hameaux où les camions de 26 t ne peuvent pas manœuvrer. Pouvez-vous nous donner quelques informations sur les nouvelles idées qui émergent, sur les nouveaux tris, les nouvelles collectes et si des aménagements seront possibles pour les lieux non desservis ?

« La Communauté de Communes a validé en effet dès 2018, une évolution notable de son organisation de collecte, d’une part pour harmoniser les modalités sur l’ensemble des 41 communes mais aussi pour optimiser son coût environnemental et financier. Ce changement se traduit en cette fin d’année par l’installation de nouvelles colonnes d’apports volontaires, la disparition progressive des bacs roulants, et l’extension des consignes de tri. La Communauté de Communes confie par ailleurs dans le même temps au SYDEVOM la gestion de la collecte qui demande désormais des véhicules et équipements spécifiques. Ces décisions sont courageuses et responsables car elles anticipent les décisions de l’Etat sur l’augmentation de la Taxe Générale sur les Activités Polluantes dont le coût va tripler dans les prochaines années et permettent ainsi de maitriser, malgré ce contexte fiscal, le niveau des redevances. Pour 2020, les élus délibéreront ainsi le 25 novembre prochain pour n’appliquer aucune augmentation aux tarifs en vigueur. Bien évidemment, comme tout changement, cela nécessite d’importantes transformations des habitudes. L’implantation des nouveaux points de collecte a été validée avec chaque mairie mais les décisions sont contraintes tant par les caractéristiques techniques des véhicules de collecte que par les autorisations d’implantation sur les emprises privées, ou encore par les obligations de distance avec les routes départementales et le respect des prescriptions des Bâtiments de France. Un travail au cas par cas est engagé et nécessitera certainement encore quelques ajustements dans les prochaines semaines. Dans tous les cas, l’extension des consignes de tri doit faire l’objet d’un large travail de communication d’ores et déjà engagé. Le transfert de nos déchets vers des filières de valorisation diminuera d’autant les volumes collectés en ordures ménagères et se traduira par une diminution de l’empreinte environnementale du territoire et une meilleure maitrise des dépenses de traitement ».

-Vous avez entrepris des réflexions sur les budgets de la CCAPV, une bonne chose pour les contribuables. Les priorités sur l’attribution des subventions vont évoluer mais les associations du territoire sont des forces vives souvent utiles pour la dynamique au cœur des communes. Or on le sait, le tissu associatif reste fragile et manque de bénévoles, quels seront les changements pour lui dans les mois à venir ?   

« Si j’ai engagé dès mon arrivée un travail d’analyse de la situation financière de la communauté de communes et de ses capacités, c’est afin de pouvoir apporter aux élus communautaires tous les éléments nécessaires à leurs prises de décisions sur le budget 2020. Les priorités des subventions font partie de ces décisions, mais le premier effort est déjà à porter sur le fonctionnement de nos services et leur optimisation. L’action associative est quant à elle primordiale à la dynamique du territoire et au bien vivre ensemble. Chacun en est conscient et tous les moyens disponibles sont mis en œuvre pour soutenir les bénévoles qui la font vivre ». 

 

Merci à Olivier Dusautois pour avant répondu si précisément et longuement à nos questions. Nous espérons avoir éclairé nos lecteurs avec ces informations « à la source »

 

Contact : olivier.dusautois@ccapv.fr

Verdon info 

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article