Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

La page poésie d'Odile : Adam et Eve

15 Novembre 2019 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Image et poésie

La page poésie d'Odile  : Adam et Eve

Commentaire de la page « Croquons la pomme ! »

Pour comprendre ce poème, il faut savoir qu’il s’agit d’une transposition, il n’est  pas vraiment question d’Adam et Eve mais de la sœur de la poétesse et un évêque ; ni de pommes mais plutôt de figues. En effet, Marie-Anne-Henriette Payan de l’Estang, épouse Bourdic, puis Viot, auteure française du XVIIIème siècle, née en Allemagne, a dédié ce poème à sa sœur Mme la Baronne d'A. L'auteure l’invite à offrir des figues à un certain évêque, ami commun (le « charmant prélat »), comme Ève a offert la pomme à Adam. Aucun outrage à la pudeur en apparence, l'argument étant que la feuille du figuier a été choisie par Dieu pour couvrir la nudité de nos premiers parents. Mais il ne faut pas être dupe : le fruit lui-même (figue) a une connotation sexuelle et l’innocence clairement affichée ne sert qu’à cacher les allusions érotiques. L’impertinence de cette poésie comme celle de son contemporain Voltaire, fait partie de l’art de vivre en société à cette époque. Langage châtié, tout en sous-entendu. Au premier abord on trouve le poème abscons car on ne connaît pas l’histoire. Et puis les métaphores (« la honte de nos premiers pères » = la nudité des premiers humains. Ou « Le malin esprit » = le diable représenté par le serpent), les allusions, l’ironie à peine voilée, le vocabulaire du XVIIIème siècle (« saillie », « femme de bien ») donnent au texte un air très sophistiqué. Disons que c’est un « exercice de style », et certains vers doivent être relus pour être compris. Il ne manque pas de charme cependant.

J’ai choisi quelques représentations d’Adam et Eve bien différents les uns des autres. Celle de Michael Ange représentée au plafond de la chapelle Sixtine est un peu violente avec le serpent personnifié et le couple chassé du paradis, celle du Dominiquin aussi, admirez l’expression des visages avec l’air suppliant d’Adam, qui a l’air d’excuser Eve, ou de l’accuser, on ne sait trop ; mais les autres tableaux représentent le « crime » de la pomme. Il y a avant et après ; moment paisible au jardin d’Eden avant la colère divine ou le châtiment. Le contraste est saisissant. Vous croyez que Joanna Chrobak est une artiste du Moyen Age ? ben, non, elle est contemporaine et sa peinture est inspirée par l’art médiéval. Contrairement à Lucas Cranach le Jeune qui est bien du XVI ème siècle. Je ne vous ferai pas l’offense de vous présenter le sublime tableau de Rubens ; Quant à celui de William Blake, il est absolument rayonnant. La lumière de l’or est partout. 

Détail amusant : notez comme la nudité du couple originel est cachée de diverses manières : on est loin de la classique feuille de figuier évoquée par la poétesse ! Je vous laisse les découvrir. (Chez Blake le sexe d’Eve est caché par le serpent lui-même : double analogie !)

  

 

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article