Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

La page poésie d'Odile : il y a le ciel , le soleil et la Mer

23 Août 2019 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Image et poésie

La page poésie d'Odile  : il y a le ciel , le soleil et la Mer

 « Le ciel, le soleil et la mer »

Ce magnifique texte de Charles Baudelaire je vous l’ai déjà proposé bien sûr, mais j’avais envie de le comparer à celui d’Emile Verhaeren car il me semblait que, sinon dans les termes, mais du moins dans l’esprit et les évocations, ils avaient des points communs. Surtout, ce qui frappe le plus c’est que tous deux font ressortir le côté sauvage de l’univers océanique. De nombreux termes soulignent cet univers farouche et violent : « sauvage, combattez, carnages, morts, implacables… » pour l’un, « effroi, fouets, mordent, sauvages… » pour l’autre ; la violence est plus présente dans le texte de Baudelaire, ceci est certainement dû à la différence de tempérament des deux poètes, mais ils ont les mêmes élans, les mêmes invocations comme s’ils divinisaient la mer, la vénéraient : « oh ce regonflement de vie », « ô lutteurs éternels ». Et bien entendu ils ont en commun l’évocation du voyage (cf. « l’Invitation au voyage » de Baudelaire). Bref, je vous conseille vivement de vous référer au poème entier de Verhaeren qui est en réalité beaucoup plus long. (https://www.poetica.fr/poeme-2003/emile-verhaeren-le-voyage)

Pour accompagner ces beaux voyages en mer, Turner avait toute sa place, je suis sûre que vous l’attendiez, mais de nombreux peintres ont tâté des évocations marines. N’oublions pas que c’est le tableau « Impression soleil levant » de Claude Monet qui a lancé l’impressionnisme. Ici Van Gogh et Matisse prêtent leurs tons dorés aux plages, et même aux vagues, car l’écume pour van Gogh est orangée… Un mot sur Henri Le Goff qui a été moins souvent évoqué. C’est un peintre contemporain, breton bien entendu, et peintre de marines également. Breton il l’est dans son attachement à sa terre, plutôt à sa mer, dans sa sensibilité vis-à-vis des paysages de son enfance et dans sa persévérance à les représenter, les immortaliser, les sublimer. Son talent l’a fait accepter à l’Académie des Arts et Sciences de la Mer. Si vous n’êtes pas convaincus, je vous en rajoute une couche (de peinture).

La page poésie d'Odile  : il y a le ciel , le soleil et la Mer

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article