Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

La page poésie d'Odile ; Tête à chapeau

23 Juillet 2019 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Image et poésie

La page poésie d'Odile  ; Tête à chapeau

Commentaire sur la page poésie : « Avez-vous une tête à chapeaux ?»

Pourquoi parler de chapeaux aujourd’hui ? Tout simplement parce que par ce soleil brûlant je porte souvent un chapeau (j’aime les chapeaux, surtout en paille) et que le vent me l’a emporté. Cela m’a tout de suite fait penser au « chapeau de Mireille » de Marcel Amont car c’est une chanson écrite par Brassens que j’aime beaucoup. Je la trouve d’une poésie exquise. Notamment les fins de couplet :

« Je ne mouds plus mon blé
Qu'à des moulins à vent »

« Je lui laisse emporter
Mes tuiles en passant ».

« Aussi, dessus mon toit
Y' avait un' seul' girouette
Y' en a maintenant trois ».

« Je mis un' voil' de plus
A mon petit bateau ».

« Je lui donne toujours……...
Mes bœufs à décorner ».

Evidemment, c’est du Brassens. Et il peut rivaliser avec n’importe quel poète reconnu.  Voilà donc l’idée de départ.

Quant aux peintures, il va de soi que les impressionnistes ont fourni une gamme impressionnante (notez l’humour) de modèles à chapeaux, surtout Renoir et Manet, qui les ont sublimés sous toutes leurs formes, mais notamment les canotiers et les capelines richement ornées de fleurs, d’oiseaux et autres motifs souvent énormes … J’ai joint à ma petite collection un Modigliani très célèbre qui, si le couvre-chef de la demoiselle est beaucoup plus sobre, montre une jouvencelle cependant très gracieuse. La symétrie du tableau est tracée par la ligne de la main et du doigt, aussi effilés que le cou de cygne. Notez l’harmonie entre la courbe du chapeau et la ligne droite du doigt. Quant à la tenue de la mondaine de Tatiana De Tempicka, je la trouve juste d’une sublime élégance. J’aime beaucoup cette peintre polonaise représentative du mouvement Art déco (ses œuvres reflètent le style et la mode des années folles de l'entre-deux-guerres), avec une tendance néo-cubiste, pourtant je ne suis pas particulièrement fan du cubisme . Quelle délicatesse ici ! La posture du corps en torsion, tout en courbes, qui s’oppose aux lignes droites et aux angles aigus du ruban, la finesse des doigts, la pose de « top model » : presque une affiche de cinéma ! Sa gamme de couleurs n’est pas très variée mais elles sont vives et acidulées, comme ce vert cru. Un régal !

                                           

Tamara De Lempicka.  Du vert et du cubisme (un peu)…

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article