Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

Conférence « Cala en Provenço l’émigration des Castellanais dans le Var autrefois » par Jean-Luc Domenge

13 Juin 2019 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Castellane

Conférence « Cala en Provenço l’émigration des Castellanais dans le Var autrefois » par Jean-Luc Domenge
Conférence « Cala en Provenço l’émigration des Castellanais dans le Var autrefois » par Jean-Luc Domenge
Audio de la conférence pour ceux qui l'aurait loupé

 

Conférence « Cala en Provenço l’émigration des Castellanais dans le Var autrefois » par Jean-Luc Domenge.

Les connaisseurs, les amateurs de l’orateur, du conteur, de l’ethnologue,  du quêteur de mémoire… s’étaient déplacés pour cette conférence. Jean Luc Domenge revient tout d’abord sur l’origine de ces veillées autour du pastoralisme qui ont permis des échanges autour des métiers de bergers(2007) , bergères(2008), des tondeurs(2009) , métiers de la laine diaporama de transhumance  de André Abbe(2010)…

Cette année ce sera sur la transhumance hivernale des habitants de la Baume à travers les souvenirs des vieux de ce village nés entre 1900 et 1917 basés sur des entretiens audio en Provençal traduit, en partie, pour l’occasion.

Les récits qui nous racontent la vie en ce début de XXème siècle mettent en évidence une rudesse qui  était loin d’être simple pour survivre sur ce territoire agricole. Jusque dans les années 1920 le territoire évoqué vit en autarcie avec la culture de blé. L’exode rural est déjà présent, il a commencé vers 1850 pour atteindre son pic vers les années 1910. Il y a eu jusqu’à 80 % de dépopulation sur l’arrondissement de Castellane entre 1850 et 1900.

Il fallait donc trouver des emplois à la mauvaise saison pour certains : les grandes villes, les ports apportaient certaines solutions de travail et donc de rémunération.

Pendant l’été c’était plutôt les travaux de la moisson avec une transhumance des groupes de travailleurs(euses) entre la mer et la montagne de juin à août septembre pour les moissons sur les hautes altitudes. Le plus souvent c’était des groupes de trois qui se louait ( deux faucheurs et une lieuse).

Généralement le déplacement s’effectuait à pied (moyen plus économique et souvent tout aussi rapide que la diligence). La diligence pour aller à St Tropez par exemple  c’était le tarif de 2 jours de travail.La diligence de Draguignan à Castellane mettait 8 heures pour parcourir les 61 km en 1912.

Il est vrai à cette époque les chemins muletier étaient entretenus, souvent en ligne droite à travers les montagnes et les marcheurs étaient vigoureux, la moyenne était de 6 à 7 km/h. En 15 h ils arrivaient à parcourir 70 à 80 km, le repas se faisait aussi en marchant. Les soucis que pouvaient rencontrer les marcheurs étaient : le mauvais temps, les brigands et les loups entres autres .

Une riche conférence qui aura ravi les spectateurs avec 1h45 de dialogue informatif sur l’histoire du territoire avec de multiples anecdotes riches en couleur. Rien de bien étonnant avec Jean Luc Domenge, l’orateur intarissable…

 

Vidéo sur la conférence sur la tonte en 2011

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article