Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

La Page poésie d'Odile : Le joli mois de mai

8 Mai 2019 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Image et poésie

La Page poésie d'Odile  : Le joli mois de mai

Je veux dédier cette page aujourd’hui à un de nos lecteurs, Yves Dominoni d’Annot, qui m’a complimenté sur ma page. Qu’il en soit mille fois remercié car cette rubrique était faite au départ pour les échanges, mais peu ont répondu à l’appel. Je sais que je suis lue quand on m’en parle dans la rue, mais je ne reçois pas souvent de commentaires. C’est dommage pour la discussion littéraire qui aurait pu en découler. Alors encore merci à Yves et à tous ceux qui m’ont manifesté leur intérêt en partageant mes publications (merci Christian, Éric et Ama).

Je la dédie aussi à tous ceux qui luttent pour un avenir meilleur pour leurs enfants, les blessés de la rue, que ce soit d’un bord ou de l’autre cela m’est égal, d’ici ou d’ailleurs, sur les barricades ou sous les tirs des snipers, ce sont tous des humains et le sang qui coule a la même couleur.

Le « joli mois de mai » est le mois des symboles, surtout le premier mai, jour de nombreuses célébrations, une symbolique d’autant plus forte cette année ; c’est aussi le mois des mamans, de Marie*, donc de la femme. 

De la superstition (muguet porte-bonheur) à la religion (« Mois de Marie ») en passant par l’amour ou le printemps, tous les thèmes s’en mêlent ou s’emmêlent. Non, le muguet n’a pas toujours été le symbole des travailleurs, la coutume est beaucoup plus ancienne, il était offert comme porte-bonheur depuis le Moyen âge.  C’est la fleur d'églantine rouge, qui était arborée par les militants et syndicalistes, symbole du 1er mai en 1891, elle a cédé sa place au muguet à la Libération, le maréchal Pétain récupérant cette tradition en rien politique. En fait, les deux n’ont pas de rapport historique, à part le fait d’être chacun fêté le 1er mai**.

Le poème du jour signé Eluard, sans ponctuation comme la plupart de ses œuvres, est un hymne à l’espoir. Il nous renvoie à cet autre poème de l’auteur « Et un sourire » que j’aime beaucoup et que je ne peux m’empêcher de citer : 

« La nuit n’est jamais complète
Il y a toujours, puisque je le dis
Puisque je l’affirme
Au bout du chagrin
Une fenêtre ouverte
Une fenêtre éclairée
Il y a toujours un rêve qui veille
Désir à combler, faim à satisfaire
Un cœur généreux
Une main tendue, une main ouverte
Des yeux attentifs
Une vie, la vie à se partager… »

Beaucoup d’anaphores chez Eluard, dans celui-ci c’est : « il y a », et dans le poème du jour on retrouve aussi « il y a » ainsi que « Entre », « toi », « tu », « j’entends » … alliés à l’absence de ponctuation et aux termes forts comme « fumier », « injure », « mort », « désespoir », ils donnent à ce poème une force poignante. Notez les antinomies constantes entre la première partie du poème et la seconde. Tout bascule à partir de « Mais le printemps », soit à la moitié exactement. De nombreux termes s’opposent, je dirais même s’entrechoquent violemment. Notez l’opposition récurrente entre la nuit -ou le noir-, et la lumière- ou la chaleur- : Ombre/clarté ; mort/vie ; espoir/désespérance etc. 

C’est drôle on m’a appris au cours de mes études que la ponctuation était très importante et qu’il fallait éviter les répétitions, on peut constater qu’en dérogeant à la règle avec talent on peut approcher le génie.

Un petit mot sur les peintres du jour : je les ai réunis autour de plusieurs thèmes pouvant illustrer le mois de mai. Tous les styles, toutes les époques. Une mention spéciale pour Klimt qui pour moi est le plus féminin de tous les hommes peintres. Mais pour rassurer les machos, je parle d’un point de vue artistique, cela n’engage que moi et ne met aucunement en doute sa virilité en tant que mâle dans la vraie vie.

*Origine : mois associé à la beauté de Marie (XIIIè S), et aussi plus tard (XIVè S), aux fleurs dont on faisait des tresses à offrir à la Vierge
**Origine du choix de la date : Le 1er mai 1886 à Chicago, près de 350 000 salariés américains firent grève pour réclamer une journée de travail de 8 heures, déclenchant les fameuses émeutes de Chicago faisant morts et blessés.. 

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article