Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

Pas de répit pour Pierre Brocchi !

1 Août 2018 , Rédigé par verdon-info Publié dans #St André les Alpes -

Pas de répit pour Pierre Brocchi !
Pas de répit pour Pierre Brocchi !

 

Pas de répit pour Pierre Brocchi !

Qui d'entre nous a entendu parler d'"église à répit" ? Pour ma part je n'ai pas su répondre à cette question posée par l'auteur lui-même, Pierre Brocchi. Je l'ai posée depuis à d'autres personnes plus érudites qui n'étaient, pas plus que moi, au fait de cette pratique religieuse n'ayant apparemment pas fait couler beaucoup d'encre... cela rassure ! Maintenant que j'ai lu le livre "Aucun répit", je maîtrise un peu mieux le sujet ! Les enfants morts nés, depuis le XIIème, se retrouvaient dans une "mauvaise posture" comme dit l'auteur. En effet, ils étaient privés de Paradis et même de cimetière, n'ayant pu recevoir le sacrement du baptême; mais certains prêtres avaient trouvé la "solution miracle" si je peux m'exprimer ainsi : "L'enfant mort-né, mis le plus souvent au monde par une sage-femme assermentée par l'église, était conduit sur l'autel, au pied d'un saint ou de la Vierge. Le prêtre constatait alors le miracle de son bref retour à la vie. Juste le temps pour lui de le baptiser et de lui assurer ainsi la vie éternelle...et une place au cimetière qu'il n'aurait pu obtenir sans ce sacrement." Etonnant ? Certes, d'autant plus lorsque l'on sait que cette petite supercherie a survécu jusqu'en 2006, (Benoît XVI), notamment en l'église de Moustiers Sainte Marie. Ce fait historique et dérangeant a inspiré à l'auteur un roman troublant, il a mis ses recherches à profit pour élaborer une énigme policière peu banale. Alysée, après la mort de sa mère Thérèse, intriguée par ses dernières paroles, accède à des secrets de famille terrifiants. Au travers de carnets laissés par Thérèse, elle apprend que sa naissance a été entourée de mystère et de mort, et fidèle au souvenir et aux dernières volontés de la défunte, elle partira dans un périple sanglant qui la mènera en Ecosse et dans diverses régions de France. Ce récit sombre qui met en évidence des faits peu connus de l'histoire religieuse, est mené tambour battant dans un style épuré, moderne, dont les phrases elliptiques peuvent parfois surprendre le lecteur de littérature classique. Personnellement j'ai aimé cette écriture sobre, facile à lire tout en étant didactique, qui m'a parfois fait penser aux phrases "flash" de Marguerite Duras. Pas de verbe. Des images. Des précisions. Un détail. Et la scène est visualisée en un instant par le lecteur. 

J'ai moins apprécié les métaphores souvent inspirées des divinités mythologiques : Icare, Thésée, Charon, Ariane, Bacchus, ou un peu alambiquées -on dirait de façon un peu familière "too much"-. Cette opposition dans le style, alternant sobriété de l'écriture et descriptions dithyrambiques, renforce le mystère qui entoure le récit.

Roman sans conteste à amener en vacances. Peu banal, qui sort des sentiers battus et fera frissonner et transportera le lecteur dans les dédales des secrets de famille et des histoires de l'église, pas toujours catholiques. Odile Boetti

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article