Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

La page poésie d'Odile : "Sorcières et fantômes"

31 Octobre 2017 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Image et poésie

La page poésie d'Odile : "Sorcières et fantômes"

Commentaire de la page "Sorcières et fantômes"

Lorsqu'on pense aux fantômes ou autres créatures fantastiques, on ne peut s'empêcher d'évoquer Bosh, de son vrai nom Jheronimus van Aken. Jérôme Bosch, du nom de son village, est un peintre néerlandais, du 15ème siècle. Lorsque j'ai "fait sa connaissance" il y a quelques années j'ai été scotchée, je croyais que c'était un surréaliste (avec son style aux faux airs de Dali), certains de ses tableaux font d'ailleurs penser que le maître s'est inspiré de lui. "C’est dans ses lectures et dans l’atmosphère d’hérésie et de mysticisme régnant à son époque que Bosch puise une inspiration nouvelle, qui lui fait délaisser l’iconographie traditionnelle de ses débuts pour s’orienter vers des œuvres « sacrilèges » où le religieux se confronte au péché et à la damnation"*.  Si ses œuvres sont la plupart du temps orientées vers des représentations religieuses, elles n'en sont pas moins d'une modernité incroyable. "Le Jardin des délices" serait, une vision de ce que le monde pourrait être, s'il n'avait été corrompu par le mal et condamné à l'enfer éternel. Le péché et l'enfer sont une obsession. (Les Sept Péchés capitaux). Vous comprendrez que l'on montre souvent des détails de ses toiles, car prise dans son ensemble, chaque œuvre est difficilement lisible et complexe. (Composition de personnages de Fantasy et d’animaux hybrides délirants). A la limite je dirais que ses oeuvres sont effrayantes, parfois hideuses, mais d'une laideur sublime.

Ses toiles ne peuvent qu'accompagner les maîtres de l'allégorie : les romantiques. Qui d'autre que Lamartine, Musset, Vigny ou Hugo pourrait célébrer avec autant de talent les "ombres aux corps flottants", les morts chers à notre cœur, les âmes perdues, les êtres mystérieux qui planent autour de nous. Je trouve cette anaphore de Musset "Ils volaient" saisissante. Aussi flippants, le style haché aux vers courts, inhabituel chez Hugo, et la rumeur vrombissante des djinns** évoquée par de magnifiques allitérations sonores et un énorme champ lexical sur le bruit ("rumeur, cloche, tonne, bruit de chaîne, gronde, murmure" etc. On s'y croirait !) Splendide, ou plutôt, fantastique !

* Citations Wikipédia

**créatures surnaturelles issues de croyances de tradition sémitique. Ils sont en général invisibles, et peuvent prendre différentes formes (végétale, animale, ou anthropomorphe) 

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article