Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon, Pays A3V

La Page poésie  "Au travail, pas au bagne !"

19 Septembre 2017 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Image et poésie

Commentaire de la page : "Au travail, pas au bagne !"
Après l'apologie du travail, et surtout des travailleurs, dans la dernière page dédiée à Emile Verhaeren, je tenais à publier un autre aspect du travail qu'on oublie souvent : le travail des enfants, le boulot de misère, le dur labeur qui écrase. Je sais, c'est la fête de l'Huma ce week-end, mais en dehors de toute considération politique, le travail tel qu'on l'impose encore parfois, même dans notre pays pourtant "évolué", ne devrait plus exister. J'oppose à l'idyllique hommage de Verhaeren, ce magnifique poème d'Hugo, poignant, exalté, passionné, violent même :  "Travail mauvais qui prend l'âge tendre en sa serre, Qui produit la richesse en créant la misère". "Travail mauvais", "travail maudit !" L'adjectif maudit est répété 4 fois à la suite. Le champ lexical pour traduire cette malédiction est énorme. ("hideux", "bagne", "enfer", "prison", "vice", opprobre", "mauvais", "brise", "haï" et j'en passe...)
A tout le thème hyper négatif du poème, s'opposent les deux derniers vers lumineux et forts qui remettent en quelques mots les vertus du travail à leur place : "Au nom du vrai travail, sain, fécond, généreux, Qui fait le peuple libre et qui rend l'homme heureux." Il faut être Victor Hugo pour produire un tel effet de sublimation après un tel raz de marée lugubre.
Pour accompagner cette violente diatribe, j'ai choisi quelques autres toiles de travailleurs en plein effort, histoire de retrouver le goût et la beauté du geste, même si ces métiers d'antan sont présentés par les peintres plus comme un esclavage que comme une partie de plaisir... On ressent la fatigue des gestes las, des dos courbés...L'impression que laisse ces tableaux est dans l'ensemble mélancolique, ils ne respirent pas vraiment la joie. et transpirent plutôt le labeur harassant. Pour ceux qui ne connaissent pas Théodore Jourdan, c'est un peintre bien de chez nous (Salon) de la fin XIXème/ début du XXème S. et qui affectionne les peintures pastorales. Son tableau est d'ailleurs le seul de cette page (sans doute grâce à la luminosité) qui est un peu moins déprimant. Julien Dupré est son contemporain parisien qui peint le monde rural dans un style réaliste selon la filiation Millet et Breton.

La Page poésie  "Au travail, pas au bagne !"
La Page poésie  "Au travail, pas au bagne !"

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article