Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon, Pays A3V

La page poésie d'Odile " jardin"

20 Avril 2017 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Image et poésie

La page poésie d'Odile " jardin"

Commentaire de la page poésie "Jardin"

Toute une page illustrée par du Monet, il méritait bien cela notre peintre jardinier !  L'immense Claude Monet disait : "A part la peinture et le jardinage, je ne suis bon à rien !", et aussi : " Qu'y a-t-il à dire de moi ? Que peut-il y avoir à dire, je vous le demande, d'un homme que rien au monde n'intéresse que sa peinture - et aussi son jardin et ses fleurs ?" je pense que beaucoup de monde aimerait être aussi peu intéressant que lui !! 

Le fondateur de l'impressionisme ("Impression soleil levant") n'a pas peint que des nymphéas... mais les fleurs et la nature l'ont fortement inspiré, il peignait de nombreuses fois le même sujet car son intérêt se portait surtout sur les effets de lumière qui changent suivant les heures et les saisons (son principal sujet d'études : « la mobilité de ses lumières changeantes »). 

Les poèmes dédiés au jardin sont également pléthore, car le printemps et les fleurs servent souvent de cadre aux histoires d'amour romantiques. L'un des plus célèbres est le "Calme jardin" de Léopold Sédar Senghor dont voici quelques vers. Jolie la personnification du jardin aux yeux baissés le soir !!

Jardin de France 

Calme jardin, 

Grave jardin, 

Jardin aux yeux baissés au soir 

Pour la nuit, 

Peines et rumeurs, 

Toutes les angoisses bruissantes de la Ville 

Arrivent jusqu’à moi, glissant sur les toits lisses, 

Arrivent à la fenêtre...

 

Quant à Frederico Garcia-Lorca, c'est le matin qu'il célèbre au jardin, y ajoutant la source et le rossignol pour faire bonne mesure. Les anaphores et allitérations donnent à ce poème une musicalité qui évoque le balancement des branches, le chant de la source et du rossignol, en même temps qu'elles rappellent à loisir le M du mot amour... 

Prévert voit plutôt la lumière du jardin en hiver, pour Marceline Desbordes-Valmore c'est le parfum des roses qui prédomine... (A propos de roses, les reines du jardin, faisons un clin d'œil à Ronsard) :

 

A Cassandre

Mignonne, allons voir si la rose

Qui ce matin avait déclose

Sa robe de pourpre au soleil,

A point perdu cette vesprée,

Les plis de sa robe pourprée,

Et son teint au vôtre pareil.

 

A chacun l'aspect du jardin qui l'inspire, pour ma part c'est le calme et la paix que procure la nature, je préfère le bruissement du vent au bruissement du monde.

 

Partager cet article

Commenter cet article