Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon, Pays A3V

Page poésie d'Odile  Le Carnaval à travers les époques artistiques

10 Février 2017 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Image et poésie

Page poésie d'Odile  Le Carnaval à travers les époques artistiques

odile copie

 Le Carnaval à travers les époques artistiques

J'ai choisi Théophile Gautier pour illustrer le carnaval car il a dédié à cette fête plusieurs poèmes dont ce petit bijou extrait de "Émaux et Camées" (1852). Trois grandes figures sont liées à "Théo" : Baudelaire, son fervent admirateur, qui lui a dédié ses Fleurs du mal et l'appelait le « poète impeccable », (venant de lui ça déchire !) Hugo, qui est son maître à penser et Nerval qui est son ami. Gautier est un précurseur des Parnassiens* par la recherche du beau (« l'art pour l'art »), il valorise le travail de la forme (« Sculpte, lime, cisèle »)**, et comment ! ! Ecoutez ce tempo et faites vibrer les sons (les quatre premiers vers : sublime !) Admirez la farandole de cette Commedia dell'Arte, gargarisez-vous avec la richesse des rimes et des termes : magnifique de musicalité ce poème !

Pour l'accompagner j'ai pensé à Miro car, bien qu'étant un peintre surréaliste, il reste accessible, même aux enfants. (J'ai travaillé avec eux sur Miro à l'école). On reconnaît sur cette toile de nombreux motifs que l'on retrouvera souvent dans son œuvre : l'œil, l'étoile, l'oiseau etc. Dans ce joyeux chaos bariolé, on peut reconnaître les instruments de musique qui évoquent la fête et l'arlequin avec de grandes moustaches. Ce n'est pas étonnant que ces peintures ressemblent souvent à des fragments de rêves, car lui même parle d'hallucinations : "J'ai essayé de traduire les hallucinations que la faim produisait. Je ne peignais pas ce que je voyais en rêve, comme diraient aujourd'hui Breton et les siens, mais ce que la faim produisait : une forme de transe ressemblant à ce que ressentent les orientaux". 

En remontant le temps, on retrouve le même charivari dans Scène de Carnaval, (tableau nommé aussi Le Menuet) de Giovanni Tiepolo, toile Rococo*** du XVIIIème siècle qui évoque surtout la danse, et pour cause ! Et dans le tableau "combat de Carnaval et de Carême" de Bruegel l'Ancien au XVIème siècle. Cette scène est moins festive que les autres, on peut y voir plutôt une évocation des guerres de religion (catholiques contre protestants). 

*Le parnasse (mouvement poétique de la seconde moitié du XIXè s.)  apparaît en réaction au lyrisme et aux sentiments du romantisme. L'art n'aurait pas à être utile ou vertueux, son but en serait uniquement la beauté. (d'où travail acharné et minutieux de l'artiste)

**"L’Art", poème que je vous ai déjà proposé et dernière pièce de Émaux et Camées, édition de 1872.

***Le terme rococo est souvent utilisé à tort et à travers, mais c'est une véritable époque artistique basée sur l'illusion et qui se situe entre 1725 (date de notre toile du jour) et la révolution française. Elle est inspirée par le baroque italien; sous son apparente légèreté, elle cache les angoisses d'un l'avenir incertain (et pour cause !)

Partager cet article

Commenter cet article