Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon, Pays A3V

La page poésie d'Odile : La Saint Valentin

14 Février 2017 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Image et poésie

La page poésie d'Odile  : La Saint Valentin

odile copie

"Fragonard est un de nos peintres chouchous, puisqu'il est grassois ! Il a traversé le XVIIIème siècle à mi-chemin entre le rococo et le romantisme, avec sensualité, douceur, fraîcheur dans le libertinage. Qui peut mieux que lui représenter l'amour et la Saint Valentin à part l'incontournable Peynet ? (Je vous l'ai épargné cette année, préférant changer de répertoire). Dans cette époque de révolution (s), de concert avec les philosophes du Siècle des lumières, il évoque la vie, la liberté, la quête du bonheur. Son registre est très large, toujours avec le même bonheur, mais il excelle surtout dans le genre érotique. Je vous propose une autre photo du tableau de Fragonard qui montre encore mieux la lumière autour des corps. Tout le reste est dans l'ombre. On dirait que le couple brûle de l'intérieur, il irradie.

 

 

 

 

Quant à Louis Lagrenée il est de la même époque, cela se voit, mais il reste plus souvent cantonné à la scène mythologique très en vogue jusque là. (cf. son très célèbre "Mars et Vénus surpris par Vulcain" -déjà proposé je crois-).

Aux peintres français, j'ai associé Nolde, peut-être de façon un peu étrange, mais ses couleurs de prédilection, la plupart du temps très vives, (souvent à dominante rouge et jaune, ici rouge orangé) tranchent sur le fond noir et sombre, et représentent bien la couleur de la passion, du cœur, du sang.

Je ne vous présente plus l'emphase amoureuse de Marceline Desbordes-Valmore, elle échappe à la mièvrerie grâce au talent et à un style impeccable : oui, c'est "à l'eau de rose", mais extrêmement féminin et c'est beau ! Une femme donc mais aussi un homme, Albert Samain, deux poètes pour La Saint Valentin : parité absolue dans le talent et la fluidité du style. La musicalité de ce poème n'a d'égale que la délicatesse de l'évocation en filigrane de la vieillesse qui vient. ("soir", amère","j'épuise", "mon soleil décroît", "arrière-saison"). Du grand art !"

La page poésie d' Odile - 14 février 2017

Partager cet article

Commenter cet article