Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon, Pays A3V

Cinéma de pays la séance du 14 octobre 21 h "victoria"

16 Octobre 2016 , Rédigé par verdon-info Publié dans #St André les Alpes -

Cinéma de pays la séance du 14 octobre 21 h "victoria"Cinéma de pays la séance du 14 octobre 21 h "victoria"

 

Le Cinéma de Pays reprenait son cycle à St André les Alpes, le choix de la séance de 21 heures s’est porté sur “Victoria” de Justine Triet : un cinéma qu’on pourrait décrire comme subtil, intelligent, caustique, un mélange de comédie et de drame, piochant brillamment dans les deux camps pour en extraire les plus beaux clichés et montrer la vie actuelle avec le mélange complexe et plein de nuances de la vie professionnelle et de la vie privée dont la gestion dans le quotidien est parfois étouffante, voire angoissante…

 

C’est un portrait cinématographique explorant malicieusement la psychologie pour nous le rendre intéressant à comprendre et à observer… Avocate pénaliste en plein questionnement existentiel, Victoria (Virginie Efira) ne voit que ses problèmes, sans voir vraiment les êtres qui l’entourent. Consommatrice effrénée de sexe, d’ami(e)s, de confrères, de clients, tous défilent dans sa vie sans qu’aucun ne semble compter vraiment ! Addiction quand tu nous tiens… Elle, et elle seule l’intéresse, au point de vampiriser complètement le seul qui saura un jour lui accorder un peu d’attention au milieu de ce joyeux désastre… Dans ce rôle particulier, Vincent Lacoste est impeccable en tant que sauveur inespéré, juste comme il faut, face à une Virginie Efira épatante, rayonnante, avec une aisance naturelle qui semble couler de source. En alternant, voire en mélangeant, les moments de la vie personnelle : enfants, psychanalyste, voyante et ceux de la vie professionnelle, Justine Triet parvient à mettre en place un savant équilibre qui décrit parfaitement l’état d’esprit et de confusion dans lequel est plongée Victoria au point de l’aveugler jusqu’à même complètement déraper ! Pour ce faire, l’humour presque noir tend la perche à des moments tendres, des moments d’abandon et de faiblesse assez touchants qui plongent les personnages dans une certaine fragilité. Si on ajoute quelques seconds rôles qui apportent vraiment, des dialogues très bien écrits, et même un dalmatien et un singe, le tour est joué… Un film surprenant, grave et loufoque qui renouvelle les codes de la comédie, une sympathique soirée en perspective. On a aussi compris que pas tous les spectateurs ont trouvé la clef pour apprécier ce moment de cinéma. chacun sa perception , chacun son analyse, son appréciation personnelle...  

Partager cet article

Commenter cet article