Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

Peyroules : Procession de la St Pierre et pour les moissons

4 Mai 2016 , Rédigé par Farigoulette Publié dans #Peyroules

 

Procession de la St Pierre et pour les moissons

Samedi 30 avril, le hameau La Batie de Peyroules s’éveille doucement sous l’écharpe de brume qui l’enveloppe. Pourtant, tôt le matin, les petites mains du comité des fêtes se démènent pour préparer un petit déjeuner copieux. Pour qui ? Pourquoi ?

Et bien aujourd’hui, l’ensemble des hameaux de la commune de Peyroules s’est donné rendez-vous pour fêter la St Pierre, et perpétuer ainsi la tradition de la procession pour la protection des futures moissons. Cette procession, vieille de tant d’années, va amener les pèlerins du jour, avec la présence de Jacky Joubert, le prêtre et ami, qui sera cette année accompagné pour la matinée du Prêtre de la Paroisse de de Barrême sur l’ensemble des hameaux de la commune.

Copieusement rassasiés par les délicieuses victuailles préparées, ils sont une petite quarantaine de courageux qui avancent lentement, sous le froid et les rafales de vent qui se sont aussi invités à la fête. Chaque croix, chaque oratoire, sera salué de chants et de la bénédiction des abbés. Le cortège des habitants s’étire et c’est vers les onze heures qu’ils arrivent à Peyroules. Là, après quelques instants de repos bien mérité, la messe sera co-célébrée dans l’église, rutilante et joliment fleurie. Les chœurs et les cœurs sont à l’unisson pour prier, chanter, implorer le ciel de sa clémence pour les cultures et les champs Peyrouliens. La messe finie, les pèlerins prennent les véhicules pour se diriger vers Le Moustereit. Une halte à la croix du plateau pour les prières et la bénédiction, puis direction le Moustereit où les attendent, après la halte à la dernière croix, un bon petit apéro agrémenté des petites gâteries salées traditionnelles. Tout le monde est heureux, enfants et grandes personnes, de partager ces agapes, prémices du repas « tiré du panier » qu’ils vont partager dans la salle des Fêtes de Peyroules.

Les tables sont dressées, de belles nappes rouges les recouvrent, et chacun sort de son panier les victuailles préparées pour ce partage. Qui offrira… pour goûter…petits farcis niçois, tourte aux légumes, melon bien frais ….. un joli moment où les langues vont bon train, et où chacun récupère des forces pour la fin de la procession. Le café accompagné des gâteaux du comité des fêtes de Peyroules, annonce le moment du prochain départ.

Jacky sonne le rappel, et revoilà la quarantaine de pèlerins qui se déploie en file indienne sur le macadam, le pas un peu plus lourd, les doudounes ont remplacé les polaires, et les parapluies font office de canne…. Le temps est triste, le temps est noir, le temps est froid, et soudain, après la halte à l’oratoire de Ste Anne, les gouttes commencent à tomber… tant pis, on continue, et au moins, les demandes des pèlerins au ciel ont été entendues, les semailles seront arrosées : puissent-elles, durant la saison, l’être encore un peu pour qu’à la fenaison, les chariots soient remplis de ballots de paille pour nourrir les bêtes tout l’hiver : tel était le souhait de nos ancêtres lorsqu’ils participaient à la procession. Les pèlerins ouvrent les parapluies, mettent les couvre-chefs, et les pieds continuent leur cadence un peu ralentie. Jacky Joubert, toujours alerte malgré les gouttes qui l’inondent, reste stoïque devant la colonne hésitante. Mais il finira quand même par être abrité sous un immense parapluie de pêcheur, heureusement pour lui, car la pluie froide et glacée ne l’a pas épargné.

La montée du petit col est difficile, et puis, on y est, on reprend le sourire, la descente vers La Foux s’amorce, et le temps, lui aussi, paraît moins froid. Les pas se font plus alertes, les pas se font plus vifs, les forces reviennent, et on a hâte de se retrouver dans la petite église. Elle accueille ses pèlerins dans ses murs colorés, elle leur ouvre ses bras emplis d’amour, et les chants montent dans sa nef. La paix règne dans les cœurs et dans les corps à l’abri, si bien que c’est Jacky Joubert qui leur dit que la fête spirituelle est finie, et que l’heure du gouter à sonné.

Les pèlerins, les amis, les anciens, les jeunes, tout le monde se retrouve dans « le four Foussien », où les tables dressées sont emplies de trésors doux et sucrés pour le bonheur de tous : petits gâteaux, roses des sables chocolatées, ganses, tant de douceurs préparées par les habitants et le Comité des Fêtes de La Foux. Les langues se délient, les souvenirs affluent, les Peyrouliens sont heureux d’être tous réunis, et savent que les prochains mois apporteront encore des moments aussi précieux de partage et d’amitié.

Farigoulette.

 

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article