Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon, Pays A3V

La Page Poésie d'Odile : Soupirs épars, sanglots en l'air perdus

5 Mai 2016 , Rédigé par Odile-verdon-info Publié dans #Image et poésie

Agrippa d'Aubigné (comme chacun sait grand père de Françoise d'Aubigné alias Mme de Maintenon), montre ici tout son côté sombre. La désillusion et le chagrin apportent à ce poème une dimension très noire. Le poète est lui même intransigeant et belliqueux, il est un protestant convaincu et un soldat, il en veut à mort à son ancien compagnon Henri IV pour avoir "retourné sa veste". Aussi on peut comprendre qu'il ait pu être fâché par une femme. Le champ lexical de la trahison et de la douleur est énorme, on pourrait même le trouver exagéré, mais le poème d'un auteur baroque n'est-il pas par définition exagéré ?

Soupirs épars, sanglots en l'air perdus

Soupirs épars, sanglots en l'air perdus,
Témoins piteux des douleurs de ma gêne,
Regrets tranchants avortés de ma peine,
Et vous, mes yeux, en mes larmes fondus,

Désirs tremblants, mes pensers éperdus,
Plaisirs trompés d'une espérance vaine,
Tous les tressauts qu'à ma mort inhumaine
Mes sens lassés à la fin ont rendus,

Cieux qui sonnez après moi mes complaintes,
Mille langueurs de mille morts éteintes,
Faites sentir à Diane le tort

Qu'elle me tient, de son heur ennemie,
Quand elle cherche en ma perte sa vie
Et que je trouve en sa beauté la mort !

Agrippa d'Aubigné(1552 - 1630)

La Page Poésie d'Odile  : Soupirs épars, sanglots en l'air perdus

L'œuvre de Girodet est elle aussi bien sombre, elle illustre souvent les tragédies classiques. Elle se situe à la charnière des deux grands courants artistiques du début du XIXe siècle : la peinture néoclassique et la peinture romantique. La recherche de la beauté idéale selon les canons classiques l'inscrit dans la lignée des peintres néoclassiques davidiens dont il est l'un des principaux représentants, cependant, par une forte volonté d'innovation, il imprègne ses peintures d'une grâce et d'une poésie qui préfigurent le romantisme. Cette toile représentant la mort de Camille (Horace-Corneille) s'harmonise bien avec l'aspect tragique du poème d'Aubigné. Comme musique, pourquoi pas l'extrait du Don Juan de Mozart qui nous a été proposé hier au concert en l'église de Saint André ("Deh, vieni alla finestra").

 

L'espace Verdon info a été créé pour le partage d'informations sur les communes, associations... Sur certains billets, des photos , des vidéos, des audio et des textes sont mis en ligne pour plus de convivialité. Cependant si des personnes sont opposées à certaines publications, ou si certaines informations s'avèrent erronées, il suffira de m'en informer en le notifiant directement sur le billet avec le commentaire, ou par mail ; je ferai mon possible pour y remédier , merci de votre acompréhension.

Les commentaires sont mis à votre disposition pour vous donner la parole. Merci de prendre le soins et le temps pour les formules de politesse ; . Penser aussi à vous relire et ne pas indiquer de formulation ambiguë ou diffamatoire, se cacher derrière un speudo ne procure pas d’impunité , chacun est responsable de ces formulations publiées sur cette espace . La franchise et la cordialité sont tout à fait compatible, pensez-y,  Merci

Associations , Organisateurs , penser à nous prévenir , nous inviter à l'avance , autrement il reste difficile de partager votre actualité. Pensez aussi à nous fournir vos informations par courriel.

Je vous souhaite bonne visite sur cet espace , le webmaster

Partager cet article

Commenter cet article