Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

La page poésie d'Odile : J'arrive où je suis étranger

7 Avril 2016 , Rédigé par Odile-verdon-info Publié dans #Image et poésie

Magnifique poésie d'Aragon sur le temps qui passe, la vieillesse, la mort. C'est poignant. Les cinq vers du début sont repris à la fin: commencement/fin, introduction/conclusion, tout est dit. le passage de l'homme sur terre est concentré en cinq vers ! Pas de ponctuation mais des rimes choc, des rimes chic...Des allitérations incroyables (en K pour la dureté de notre destin: "C'est comme une honte qui croît Un cuir à crier qu'on corroie", en T pour le martellement des secondes: " Et sur le toi-même d'antan Tomber la poussière du Temps" et des anaphores en veux-tu en voilà. ("c'est long", "c'est comme"). Si Aragon est parfois hermétique, ici il est limpide ! J'adore.

J'arrive où je suis étranger

Rien n'est précaire comme vivre
Rien comme être n'est passager
C'est un peu fondre pour le givre
Et pour le vent être léger
J'arrive où je suis étranger
Un jour tu passes la frontière
D'où viens-tu mais où vas-tu donc
Demain qu'importe et qu'importe hier
Le cœur change avec le chardon
Tout est sans rime ni pardon
Passe ton doigt là sur ta tempe
Touche l'enfance de tes yeux
Mieux vaut laisser basses les lampes
La nuit plus longtemps nous va mieux
C'est le grand jour qui se fait vieux
Les arbres sont beaux en automne
Mais l'enfant qu'est-il devenu
Je me regarde et je m'étonne
De ce voyageur inconnu
De son visage et ses pieds nus
Peu a peu tu te fais silence
Mais pas assez vite pourtant
Pour ne sentir ta dissemblance
Et sur le toi-même d'antan
Tomber la poussière du temps
C'est long vieillir au bout du compte
Le sable en fuit entre nos doigts
C'est comme une eau froide qui monte
C'est comme une honte qui croît
Un cuir à crier qu'on corroie*
C'est long d'être un homme une chose
C'est long de renoncer à tout
Et sens-tu les métamorphoses
Qui se font au-dedans de nous
Lentement plier nos genoux
Ô mer amère ô mer profonde
Quelle est l'heure de tes marées
Combien faut-il d'années-secondes
À l'homme pour l'homme abjurer
Pourquoi pourquoi ces simagrées
Rien n'est précaire comme vivre
Rien comme être n'est passager
C'est un peu fondre pour le givre
Et pour le vent être léger
J'arrive où je suis étranger

*corroyer: traiter et travailler le cuir (cf.corrosion)

Louis Aragon
La Diane Française

Quel peintre (à part Dali et ses "montres molles") pourrait mieux illustrer le temps qui nous échappe qu'Edward Hopper ? Hopper et ses personnages figés, toutes ces personnes en attente qui ont l'air de surveiller un train qui n'arrive pas...Hopper et ses fenêtres ouvertes, et ses rais de lumière, dans lesquels le temps est suspendu, immobile, ce temps qui va nous broyer d'un coup d'un seul. La désespérance du poème d'Aragon se marie bien avec cette résignation triste des personnages d'Hopper. Je vais y joindre l'incontournable et merveilleuse "Tristesse" de Chopin, déjà proposée mais à écouter mille fois...

La page poésie d'Odile  : J'arrive où je suis étranger

 

L'espace Verdon info a été créé pour le partage d'informations sur les communes, associations... Sur certains billets, des photos , des vidéos, des audio et des textes sont mis en ligne pour plus de convivialité. Cependant si des personnes sont opposées à certaines publications, ou si certaines informations s'avèrent erronées, il suffira de m'en informer en le notifiant directement sur le billet avec le commentaire, ou par mail ; je ferai mon possible pour y remédier , merci de votre acompréhension.

Les commentaires sont mis à votre disposition pour vous donner la parole. Merci de prendre le soins et le temps pour les formules de politesse ; . Penser aussi à vous relire et ne pas indiquer de formulation ambiguë ou diffamatoire, se cacher derrière un speudo ne procure pas d’impunité , chacun est responsable de ces formulations publiées sur cette espace . La franchise et la cordialité sont tout à fait compatible, pensez-y,  Merci

Associations , Organisateurs , penser à nous prévenir , nous inviter à l'avance , autrement il reste difficile de partager votre actualité. Pensez aussi à nous fournir vos informations par courriel.

Je vous souhaite bonne visite sur cet espace , le webmaster

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

BILOU 09/04/2016 13:43

Pourquoi avoir illustrer ce merveilleux poème par Chopin????Jean Ferrat également très grand poète egalement à magnifiquement interprètes et mis en musique ce poème et bien d autres d' Aragon Ferrat et Aragon deux immense talent qui lorsqu'il s'additionnent touche au sublime
Peu importe l'obédience politique le beau n'est ni de droite ni de gauche