Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon, Pays A3V

La page poésie d'Odile : Au Bois

11 Avril 2016 , Rédigé par Odile-verdon-info Publié dans #Image et poésie

Au bois Poème hyper romantique, plein de fleurs et de petits oiseaux, d'exclamations énamourées, mais ce n'est pas de la poésie de midinette, c'est du Victor Hugo, grandiose même dans la "fleur bleue". ? Les alexandrins sont superbement césurés, rythmés, et donnent leur fraîcheur aux fleurs, la clarté à l'eau, le tranchant aux rochers. Admirez les allitérations dans la dernière partie du texte: on entend le gazouillis de l'eau, le chuintement des chauve-souris dans la grotte, même si ce n'est pas clairement dit, et le mystère inquiétant des surplombs rocheux. Une pure merveille ! L'évocation mythologique (naïades, Diane), parachève le tableau.

Au bois.

Nous étions, elle et moi, dans cet avril charmant
De l'amour qui commence en éblouissement.
Ô souvenirs ! ô temps ! heures évanouies !
Nous allions, le cœur plein d'extases inouïes,
Ensemble dans les bois, et la main dans la main.
Pour prendre le sentier nous quittions le chemin,
Nous quittions le sentier pour marcher dans les herbes.
Le ciel resplendissait dans ses regards superbes ;
Elle disait : Je t'aime ! et je me sentais dieu.

Parfois, près d'une source, on s'asseyait un peu.
Que de fois j'ai montré sa gorge aux branches d'arbre !
Rougissante et pareille aux naïades de marbre,
Tu baignais tes pieds nus et blancs comme le lait.
Puis nous nous en allions rêveurs. Il me semblait,
En regardant autour de nous les pâquerettes,
Les boutons-d'or joyeux, les pervenches secrètes
Et les frais liserons d'une eau pure arrosés,
Que ces petites fleurs étaient tous les baisers
Tombés dans le trajet de ma bouche à ta bouche
Pendant que nous marchions ; et la grotte farouche
Et la ronce sauvage et le roc chauve et noir,
Envieux, murmuraient : Que va dire ce soir
Diane aux chastes yeux, la déesse étoilée,
En voyant toute l'herbe au fond du bois foulée ?


Victor Hugo.

La page poésie d'Odile  : Au Bois

A cette poésie idyllique de Hugo, on ne pouvait associer qu'une pastorale de Boucher, le doute n'était pas permis. Aussi difficile soit le choix pour certaines pages, aussi simple est-il pour celle-ci. La similitude est grande entre le décor somptueux des oeuvres de Boucher et le texte aussi somptueux d'Hugo. Aujourd'hui j'y joindrai le duo des masques du Don Juan de Mozart, pour la part de mystère qui s'en dégage et l'ambiance grandiose du Don Juan"

 

L'espace Verdon info a été créé pour le partage d'informations sur les communes, associations... Sur certains billets, des photos , des vidéos, des audio et des textes sont mis en ligne pour plus de convivialité. Cependant si des personnes sont opposées à certaines publications, ou si certaines informations s'avèrent erronées, il suffira de m'en informer en le notifiant directement sur le billet avec le commentaire, ou par mail ; je ferai mon possible pour y remédier , merci de votre acompréhension.

Les commentaires sont mis à votre disposition pour vous donner la parole. Merci de prendre le soins et le temps pour les formules de politesse ; . Penser aussi à vous relire et ne pas indiquer de formulation ambiguë ou diffamatoire, se cacher derrière un speudo ne procure pas d’impunité , chacun est responsable de ces formulations publiées sur cette espace . La franchise et la cordialité sont tout à fait compatible, pensez-y,  Merci

Associations , Organisateurs , penser à nous prévenir , nous inviter à l'avance , autrement il reste difficile de partager votre actualité. Pensez aussi à nous fournir vos informations par courriel.

Je vous souhaite bonne visite sur cet espace , le webmaster

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article