Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

La page poésie d'Odile : Vénus

11 Mars 2016 , Rédigé par Odile-verdon-info Publié dans #Image et poésie

La déesse de l'amour et de la beauté, Vénus - Aphrodite pour les grecs - a fait couler beaucoup d'encre, elle est le sujet d'innombrables œuvres, poèmes, sculptures ou peintures, dans la mythologie elle est une des déesses les plus célèbres et les plus aimées, détestées aussi, causant la jalousie des autres déesses dont Junon - Hera - elle a même été la cause de la guerre de Troie dans le mythe grec. Dans ce texte de Victor Hugo, le thème est le même que dans "L'hymne à Vénus" de Delavigne, proposé dernièrement. La nature fourmille d'amour, Vénus rayonne et sème l'amour parmi les plantes, les animaux et les hommes. On pourrait en faire un exercice comparatif intéressant au collège, bien que Hugo reste, bien entendu...incomparable. Je pense qu'il faudrait deux jours pour analyser ce poème, le champ lexical sur la nature immense, les allitérations, les rejets en bout de vers, les alexandrins fluides ou hachés, bref,...contentons-nous de le lire et de le sentir....

Vénus

Ciel ! un fourmillement emplit l'espace noir,
On entend l'invisible errer et se mouvoir ;
Près de l'homme endormi tout vit dans les ténèbres.
Le crépuscule, plein de figures funèbres,
Soupire ; au fond des bois le daim passe en rêvant ;
A quelque être ignoré qui flotte dans le vent
La pervenche murmure à voix basse : je t'aime !
La clochette bourdonne auprès du chrysanthème
Et lui dit : paysan, qu'as-tu donc à dormir ?
Toute la plaine semble adorer et frémir ;
L'élégant peuplier vers le saule difforme
S'incline ; le buisson caresse l'antre ; l'orme
Au sarment frissonnant tend ses bras convulsifs ;
Les nymphéas, pour plaire aux nénuphars pensifs,
Dressent hors du flot noir leurs blanches silhouettes ;
Et voici que partout, pêle-mêle, muettes,
S'éveillent, au milieu des joncs et des roseaux,
Regardant leur front pâle au bleu miroir des eaux,
Courbant leur tige, ouvrant leurs yeux, penchant leurs urnes,
Les roses des étangs, ces coquettes nocturnes ;
Des fleurs déesses font des lueurs dans la nuit,
Et, dans les prés, dans l'herbe où rampe un faible bruit,
Dans l'eau, dans la ruine informe et décrépite,
Tout un monde charmant et sinistre palpite.
C'est que là-haut, au fond du ciel mystérieux,
Dans le soir, vaguement splendide et glorieux,
Vénus rayonne, pure, ineffable et sacrée,
Et, vision, remplit d'amour l'ombre effarée.

Victor Hugo

La page poésie d'Odile  : Vénus

Dali a multiplié les fantaisies sur la Vénus de Milo. Ces manipulations de la Vénus sont dues nous dit le commentaire du musée "aux inquiétudes topologiques générales chez Dali: Vénus à tiroirs, coupée, taillée, tordue, étirée, hystérique, affublée d'un cou de girafe ou d'une oreille sur le nez. Les tiroirs font directement référence à une réflexion de Freud qui parle des "tiroirs de l'âme humaine". celle-ci aux longs tiroirs a été conçue pour le Japon en 1964. Nous l'associerons comme chaque jour à Tchaïkovsky, "Souvenir de Florence" Op. 70 (Cela collera bien avec la Vénus de Milo).

L'espace Verdon info a été créé pour le partage d'informations sur les communes, associations... Sur certains billets, des photos , des vidéos, des audio et des textes sont mis en ligne pour plus de convivialité. Cependant si des personnes sont opposées à certaines publications, ou si certaines informations s'avèrent erronées, il suffira de m'en informer en le notifiant directement sur le billet avec le commentaire, ou par mail ; je ferai mon possible pour y remédier , merci de votre compréhension.

Associations , Organisateurs , penser à nous prévenir , nous inviter à l'avance , autrement il reste difficile de partager votre actualité. Pensez aussi à nous fournir vos informations par courriel.

Je vous souhaite bonne visite sur cet espace , le webmaster

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article