Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

La page poésie d'Odile : Far niente

17 Février 2016 , Rédigé par Odile-verdon-info Publié dans #Image et poésie

Quelle douce tiédeur dans ce poème de Théophile Gautier, et quelle indolence ! Tout invite à la paresse ! Qui n’a pas, couché dans l’herbe, pendant les vacances, regardé le soleil entre ses cils ? Deux champs lexicaux se partagent le poème : celui de la nature et celui de la lumière. Tous les deux sont au service de la somnolence et le but est atteint : nous avons a cette lecture une irrésistible envie de faire la sieste un après-midi d’été ! A noter que la dernière strophe est consacrée aux bruits, ou plutôt aux musiques : « murmure, gémir, chanter, gazouiller »…Ce qui nous fait une structure parfaite : 1/ l’environnement moelleux, 2/ les bestioles qui s’affairent (décrites avec beaucoup de réalisme) 3/ la lumière diffuse, 4 /la musique de la nature. Comment faire mieux, et en toute simplicité….

Far niente*

Quand je n'ai rien à faire, et qu'à peine un nuage
Dans les champs bleus du ciel, flocon de laine, nage,
J'aime à m'écouter vivre, et, libre de soucis,
Loin des chemins poudreux, à demeurer assis
Sur un moelleux tapis de fougère et de mousse,
Au bord des bois touffus où la chaleur s'émousse.
Là, pour tuer le temps, j'observe la fourmi
Qui, pensant au retour de l'hiver ennemi,
Pour son grenier dérobe un grain d'orge à la gerbe,
Le puceron qui grimpe et se pende au brin d'herbe,
La chenille traînant ses anneaux veloutés,
La limace baveuse aux sillons argentés,
Et le frais papillon qui de fleurs en fleurs vole.
Ensuite je regarde, amusement frivole,
La lumière brisant dans chacun de mes cils,
Palissade opposée à ses rayons subtils,
Les sept couleurs du prisme, ou le duvet qui flotte
En l'air, comme sur l'onde un vaisseau sans pilote ;
Et lorsque je suis las je me laisse endormir,
Au murmure de l'eau qu'un caillou fait gémir,
Ou j'écoute chanter près de moi la fauvette,
Et là-haut dans l'azur gazouiller l'alouette.

Théophile Gautier
Poésie 1830

*Fare = faire, niente = rien

(italien : ne rien faire)

 La page poésie d'Odile : Far niente

Ces deux paysans fourbus après la moisson sont profondément endormis et n'observent pas les fourmis à travers leurs cils comme le fait Théophile Gautier. Ce n'est pas le même genre de sieste: l'une un sommeil réparateur, l'autre une rêverie paresseuse...mais la lumière et les jaunes d'or de Van Gogh évoquent la même atmosphère de chaleur et de luminosité du mois de juin. Comme cela réchauffe ! On aspire à bien vite retrouver l'été et prendre leur place ! Pour chasser les nuages et l'hiver, accompagnons ce moment de repos et de rêverie dans l'herbe par la "Rêverie" de Claude Debussy.

L'espace Verdon info a été créé pour le partage d'informations sur les communes, associations... Sur certains billets, des photos , des vidéos, des audio et des textes sont mis en ligne pour plus de convivialité. Cependant si des personnes sont opposées à certaines publications, ou si certaines informations s'avèrent erronées, il suffira de m'en informer en le notifiant directement sur le billet avec le commentaire, ou par mail ; je ferai mon possible pour y remédier , merci de votre compréhension.

Associations , Organisateurs , penser à nous prévenir , nous inviter à l'avance , autrement il reste difficile de partager votre actualité. Pensez aussi à nous fournir vos informations par courriel.

Je vous souhaite bonne visite sur cet espace , le webmaster

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article