Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

La page poésie d'Odile : Nocturne

9 Janvier 2016 , Rédigé par Odile-verdon-info Publié dans #Image et poésie

Je le trouve très dur ce poème, cynique même. Charles Cros n'est pas souvent optimiste mais ici il fait carrément tomber le couperet ! Le contraste est partout: dans la longueur des tirades (un seul vers pour LUI), dans le style (romantique pour la jeune femme, tranchant pour l'homme). Le dernier vers est saccadé, martelé par l'allitération en M, alors que les autres sont fluides: amour aveugle d'un côté, indifférence de l'autre, bref, la réussite est totale: on frémit à la chute ! Même dans le discours de la fille, le contraste est constant, il est saisissant entre chaque premier vers qui parle d'amour et le second qui évoque la mort. A noter comme ici l'expression familière "tuer père et mère" pour obtenir ce qu'on veut, prend tout son sens...Ce texte évoque pour moi une tragédie grecque. Etonnant, magnifique !

Nocturne

Elle

Le rossignol se plaint dans la ramure noire.
Je t'ai donné mon corps, et mon âme, et ma gloire.

Les arbres élancés sont noirs sur le ciel vert.
Vois cette fleur qui meurt dans mon corsage ouvert

Le vent est parfumé ce soir comme de l'ambre.
Tu sais qu'on a trouvé ton poignard dans ma chambre.

Embrasse-moi. La lune a des teintes de sang.
Mon père est mort, dit-on, hier en me maudissant.

Là-haut le rossignol pleure et se désespère.
La cloche qu'on entend, c'est le glas de mon père.

Les parfums de ce soir font ployer mes genoux,
Je suis lasse. Un instant, ami, reposons-nous.

Que je t'aime ! Au château vois-tu cette lumière ?
C'est un cierge allumé près du lit de ma mère.

Ah ! les étoiles !... On dirait un sable d'or.
Ne t'avais-je pas dit que mon père était mort ?

Levons-nous. Allons près du lac. Je suis plus forte.
Ne t'avais-je pas dit que ma mère était morte ?

Entends le bruit de l'eau... C'est comme des chansons,
C'est comme nos baisers, quand nous nous embrassons.

Je ne veux pas savoir d'où tu nous vins, ni même
Savoir quel est ton nom... Que m'importe ? Je t'aime.

Le rossignol se tait au bruit de ce beffroi.
Ma mère me disait que ton cœur était froid.

La lune fait pâlir le cierge à la fenêtre.
Mon père me disait que tu n'étais qu'un traître.

Écoute ce grillon. Vois donc ce vers luisant.
Assez de cloche. Assez de cierge - Allons-nous en.

J'ai pris des diamants autant qu'on voit d'étoiles,
Partons. Sens le bon vent, qui va gonfler nos voiles.

Viens. Qu'est-ce qui retient ta parole et tes pas ?

Lui

Mademoiselle, mais... Je ne vous aime pas.

(Charles Cros)

"Etienne Barthélémy Garnier est un peintre français, à ne pas confondre avec Charles Garnier, l'architecte de l'Opéra de Paris au XIXème siècle. Le peintre lui, est né au XVIIIème siècle, il n'est pas très connu, mais ses toiles d'inspiration classique et de scènes mythologiques n'ont rien à envier aux plus grands. Pour illustrer ce poème en forme de tragédie greque, il me semble qu'une scène de Phèdre était appropriée. (Hippolyte s'enfuit après l'aveu de sa passion par sa belle-mère Phèdre). Pour l'accompagnement musical, je pense que "La Tragique" de Malher peut convenir, bien que je ne la trouve pas suffisamment triste par rapport à Chopin, mais je vous ai déjà proposé Tristesse plusieurs fois."

La page poésie d'Odile : Nocturne

L'espace Verdon info a été créé pour le partage d'informations sur les communes, associations... Sur certains billets, des photos , des vidéos, des audio et des textes sont mis en ligne pour plus de convivialité. Cependant si des personnes sont opposées à certaines publications, ou si certaines informations s'avèrent erronées, il suffira de m'en informer en le notifiant directement sur le billet avec le commentaire, ou par mail ; je ferai mon possible pour y remédier , merci de votre compréhension.

Associations , Organisateurs , penser à nous prévenir , nous inviter à l'avance , autrement il reste difficile de partager votre actualité. Pensez aussi à nous fournir vos informations par courriel.

Je vous souhaite bonne visite sur cet espace , le webmaster

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article