Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

La page poésie d'Odile : La femme adultère

7 Janvier 2016 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Image et poésie

Les traductions ne sont pas ma tasse de thé, surtout en poésie, mais je dois reconnaître que celle-ci est particulièrement réussie. Il est déjà très difficile de rendre la même émotion que l'auteur et la richesse du style ne peut que souffrir de la traduction, mais prendre le pari de le faire en rimes relève d'un grand défi. Recherche des allitérations adéquates ("crissait comme soie arrachée": le froissement ne peut être mieux rendu), termes appropriés ("truites, cristaux, sabres"), l'harmonie poétique est respectée (j'aime beaucoup la "pouliche nacrée" !). J'aimerais comprendre l'espagnol pour pouvoir comparer avec l'original de Garcia Lorca et surtout en mesurer la fidélité. (Si quelqu'un veut s'y coller...Merci d'avance)

La femme adultère


Je la pris près de la rivière
Car je la croyais sans mari
Tandis qu'elle était adultère
Ce fut la Saint-Jacques la nuit
Par rendez-vous et compromis
Quand s'éteignirent les lumières
Et s'allumèrent les cri-cri
Au coin des dernières enceintes
Je touchai ses seins endormis
Sa poitrine pour moi s'ouvrit
Comme des branches de jacinthes
Et dans mes oreilles l'empois
De ses jupes amidonnées
Crissait comme soie arrachée
Par douze couteaux à la fois
Les cimes d'arbres sans lumière
Grandissaient au bord du chemin
Et tout un horizon de chiens
Aboyait loin de la rivière
Quand nous avons franchi les ronces
Les épines et les ajoncs
Sous elle son chignon s'enfonce
Et fait un trou dans le limon
Quand ma cravate fût ôtée
Elle retira son jupon
Puis quand j'ôtai mon ceinturon
Quatre corsages d'affilée
Ni le nard ni les escargots
N'eurent jamais la peau si fine
Ni sous la lune les cristaux
N'ont de lueur plus cristalline
Ses cuisses s'enfuyaient sous moi
Comme des truites effrayées
L'une moitié toute embrasée
L'autre moitié pleine de froid
Cette nuit me vit galoper
De ma plus belle chevauchée
Sur une pouliche nacrée
Sans bride et sans étriers
Je suis homme et ne peux redire
Les choses qu'elle me disait
Le clair entendement m'inspire
De me montrer fort circonspect
Sale de baisers et de sable
Du bord de l'eau je la sortis
Les iris balançaient leur sabre
Contre les brises de la nuit
Pour agir en pleine droiture
Comme fait un loyal gitan
Je lui fis don en la quittant
D'un beau grand panier à couture
Mais sans vouloir en être épris
Parce qu'elle était adultère
Et se prétendait sans mari
Quand nous allions vers la rivière

Frederico Garcia Lorca (1898 - 1936 )
(traduction Jean Prévost, Edition Gall
imard)

La page poésie d'Odile : La femme adultère

"James Draper est un peintre britannique de l'époque victorienne (XIXème siècle). Ses nus et ses scènes mythologiques sont agréables à regarder; cette nymphe des eaux est très expressive, lascive, langoureuse dirais-je, elle a l'air de chanter. Serait-ce pour évoquer une sirène ? Sans doute la perfide sirène qui a entraîné Garcia Lorca au bord de la rivière grâce à son chant mélodieux!!

Pour la musique , il m'est immédiatement venu à l'esprit "La Moldau" de Smetana mais je vous l'ai déjà proposé plusieurs fois, alors pour accompagner la page d'aujourd'hui j'ai choisi "Jeux d'eau" de Maurice Ravel, rien de tel que le piano pour évoquer les bords de rivière".

L'espace Verdon info a été créé pour le partage d'informations sur les communes, associations... Sur certains billets, des photos , des vidéos, des audio et des textes sont mis en ligne pour plus de convivialité. Cependant si des personnes sont opposées à certaines publications, ou si certaines informations s'avèrent erronées, il suffira de m'en informer en le notifiant directement sur le billet avec le commentaire, ou par mail ; je ferai mon possible pour y remédier , merci de votre compréhension.

Associations , Organisateurs , penser à nous prévenir , nous inviter à l'avance , autrement il reste difficile de partager votre actualité. Pensez aussi à nous fournir vos informations par courriel.

Je vous souhaite bonne visite sur cet espace , le webmaster

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Adulteres.org 11/01/2016 08:54

Ma démarche est sincère lorsque je laisse un commentaire :)
Merci à vous pour la validation de mon message.
Car souvent, ma signature pose problème.
Alors c'est avec plaisir que j'aime votre poème !
Et que sur ma page Facebook je le partage !

Odile 08/01/2016 16:33

Merci pour ce joli commentaire, ils sont si rares que cela fait chaud au cœur. J'aimerais plus d'échanges, c'est vrai, mais le nombre de lecteurs est important je le sais, c'est tout ce qui compte après tout.

Adulteres.org 08/01/2016 14:48

Magnifique texte !
Avec un vocabulaire riche et recherché, avec du rythme et des rimes fortes ...
Merci pour ce partage rare et apprécié en ce qui me concerne en tout cas :)