Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

La page poésie d'Odile : La Destruction

5 Janvier 2016 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Image et poésie

Ah, Baudelaire ! Mon cher poète de cœur, je l'avais un peu laissé de côté depuis quelque temps... Mais chaque fois que je le retrouve il m'ébahit toujours autant. Pouvant dépeindre l'amour le plus romantique aussi bien que le tableau le plus infâme, il est vraiment le plus Grand ! Je ne sais ce que vous en pensez, mais ce poème me semble vraiment hanté par le démon. On dirait que l'auteur est en proie au délire de l'alcool ou de la drogue: le rythme un peu chaotique, le champ lexical de l'horreur ("Démon, infâmes, haletant, brisé, souillés, Destruction, blessures, sanglants"), les yeux hagards et les hallucinations, le tout créée une atmosphère sulfureuse et étouffante. Le poète est apparemment aux prises avec ses propres démons, et la Destruction dont il parle est certainement l'autodestruction. A noter le singulier singulier de "mon poumon", (synecdoque*) qui représente certainement son intérieur, peut-être même son être intérieur, son âme.

La Destruction

Sans cesse à mes côtés s'agite le Démon;
II nage autour de moi comme un air impalpable;
Je l'avale et le sens qui brûle mon poumon
Et l'emplit d'un désir éternel et coupable.


Parfois il prend, sachant mon grand amour de l'Art,
La forme de la plus séduisante des femmes,
Et, sous de spécieux prétextes de cafard,
Accoutume ma lèvre à des philtres infâmes.

II me conduit ainsi, loin du regard de Dieu,
Haletant et brisé de fatigue, au milieu
Des plaines de l'Ennui, profondes et désertes,

Et jette dans mes yeux pleins de confusion
Des vêtements souillés, des blessures ouvertes,
Et l'appareil sanglant de la Destruction!

Charles Baudelaire (1821- 1867)

*Une synecdoque est une forme particulière de métonymie (employer un mot pour un autre) qui consiste à employer le nom d'une partie pour désigner un tout (ou d'un tout pour désigner une partie)

Pour illustrer ce poème "diabolique" de Baudelaire, je voulais une représentation de démons, en effet, ce sont ses propres démons qui hantent l'auteur. Cependant, les représentations de Lucifer en peinture sont la plupart du temps hideuses. Même si le peintre est talentueux, la toile est généralement peu agréable à regarder, pire que l'Enfer de Dante ! L'illustration des Frères de Limbourg (Paul, Herman et Johan Limburg), nés vers 1380 aux Pays Bas) est plus "soft', elle représente les anges déchus qui tombent en enfer. Ce sont des peintres et enlumineurs néerlandais dont l'oeuvre est riche et lumineuse. Donc, pour ne pas faire peur aux petits-enfants je les ai choisis pour leur douceur (relative dans ce tableau), et leurs couleurs (les bleus surtout) splendides. Je vous invite à admirer leurs miniatures sur Internet. Comme support musical, Mussorgsky et sa "Nuit sur le mont chauve" s'imposent.

L'espace Verdon info a été créé pour le partage d'informations sur les communes, associations... Sur certains billets, des photos , des vidéos, des audio et des textes sont mis en ligne pour plus de convivialité. Cependant si des personnes sont opposées à certaines publications, ou si certaines informations s'avèrent erronées, il suffira de m'en informer en le notifiant directement sur le billet avec le commentaire, ou par mail ; je ferai mon possible pour y remédier , merci de votre compréhension.

Associations , Organisateurs , penser à nous prévenir , nous inviter à l'avance , autrement il reste difficile de partager votre actualité. Pensez aussi à nous fournir vos informations par courriel.

Je vous souhaite bonne visite sur cet espace , le webmaster

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article