Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

La page poésie d'Odile ; Par delà ,Jeanne Dortzal

26 Octobre 2015 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Image et poésie

Je ne vous donne que la deuxième moitié de ce poème car il est très long, et je préfère cette partie. Cela est très subjectif, je sais, aussi je vous invite à le lire en entier sur internet. Jeanne Dortzal (Jeanne-Françoise Thomasset) d'origine "pied noir" était à la fois actrice et poétesse, elle a été plusieurs fois mise en musique par Jules Massenet. Ce poème sensuel est un peu dérangeant, à la fois désespéré et passionné, classique dans le thème et moderne dans son style, ses termes il me laisse perplexe. Il est touchant sans être vraiment beau. Bref, cette femme est un paradoxe, sans doute provoqué par les blessures de sa vie.

Par delà

II/Viens, la nuit qui descend s'élargit comme une île,

Rien de nous ne saurait mourir; ferme tes bras

Sur la chambre qui plane et dont l'orbe immobile

Concentre l'infini des cieux qu'on n'atteint pas.

En me donnant à toi de toute ma tristesse,

T'aurais-je donc courbé vers ma gorge, ô bonheur?

Suis-je un rayon brisé de quelque astre en détresse

Pour sentir ruisseler ces larmes dans mon cœur?

Comme tu m'apparais lumineux et profane,

Avec ta chevelure où ma bouche a roulé.

Golfe du souvenir où cinglent des tartanes,

Dans une odeur de miel et de raisin foulé!

Ah! dussé-je engloutir ma force et disparaître

Dans cette houle où mon baiser s'est suspendu,

J'irai, léchant la trace où s'imprime ton être,

Pour te sentir peser sur mon torse étendu.

J'aurai joui de toi jusqu'à sentir mon rêve

Eclater sous ma tempe. A chaque battement,

Projetée au-delà des saisons qu'on soulève,

J'apercevais notre âme et son aile en suspens.

Mais plus battait le soir, plus je croyais entendre,

Dans un chaos de fleurs, de musique et d'encens,

Nos fronts briser cette ombre où nous allons descendre,

Et cette plainte allait toujours s'élargissant.

Etreignons-nous! le temps a besoin de pâture.

En lui jetant nos corps, puissions-nous contempler

Un halo formidable autour d'une ossature,

Et le ciel qui sur nous semble avoir débordé.

Jeanne Dortzal La croix de sable, 1927.

La page poésie d'Odile  ; Par delà ,Jeanne Dortzal

Pour accompagner ce poème de Jeanne Dortzal, voici un tableau de son presque contemporain Alexandre Cabanel (un peu antérieur), peintre français né à Montpellier, et qui est considéré comme l'un des grands peintres académiques du Second Empire, dont il est l'un des artistes les plus appréciés. Cette toile représentant Boniface et Aglaë est empreint de beaucoup de tendresse. Moins passionné que le poème associé mais tout aussi sensuel. Pour la musique j'ai choisi Jules Massenet, of course !! Devinez pourquoi....

L'espace Verdon info a été créé pour le partage d'informations sur les communes, associations... Sur certains billets, des photos , des vidéos, des audio et des textes sont mis en ligne pour plus de convivialité. Cependant si des personnes sont opposées à certaines publications, ou si certaines informations s'avèrent erronées, il suffira de m'en informer en le notifiant directement sur le billet avec le commentaire, ou par mail ; je ferai mon possible pour y remédier , merci de votre compréhension.

Associations , Organisateurs , penser à nous prévenir , nous inviter à l'avance , autrement il reste difficile de partager votre actualité. Pensez aussi à nous fournir vos informations par courriel.

Je vous souhaite bonne visite sur cet espace , le webmaster

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article