Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon, Pays A3V

FOSSILES decouvertes de nouveaux reptiles marins ????

5 Août 2015 , Rédigé par Fernant-verdon-info Publié dans #Canton de Barrême

Découverte dans la vallée de l'Asse: nouveaux reptiles marins ..???.

Les Alpes de Haute-Provence sont réputées depuis longtemps pour leurs richesses et leurs diversités en fossiles et plus particulièrement pour ses ammonites et ses reptiles marins. Parmi ces derniers les ichtyosaures sont les plus célèbres. Reptiles adaptés à la vie marine, ils ressemblent à des requins ou à des dauphins sans toute fois leur être apparentés.

Apparus il y a environs 240 millions d'années, ils sont contemporains des dinosaures; abondants et diversifiés au Jurassique ils disparaissent toute fois un peu avant la grande hécatombe de la fin de l'ère secondaire qui a vu disparaître notamment les dinosaures (sauf les oiseaux!) et les ammonites. L’ichtyosaure de la Robine, protégé et valorisé sur place par la Réserve Naturelle géologique de Haute-Provence depuis 1984 n'est plus le seul à être visité par les randonneurs : celui de la Mélaie (près de Chanolles, commune de Prads) l'a rejoint il y a quelques années. De multiples découvertes de restes d’ichtyosaures sur une période de 200 à 100 millions d'années sur le territoire de la Réserve, a suscité l'intérêt des scientifiques. Ainsi Valentin Fischer (Université de Lièges) leur a consacré une partie de ses études.

Ce printemps dans la Vallée de l'Asse, sur la commune de Tartonne, de nouveaux ossements sont découverts...

Et si c'était le squelette fossilisé de l'un de ces animaux que Myette GUIOMAR venait de découvrir dans un coin reculé de nos campagnes ? Myette GUIOMAR est chargée de mission scientifique au sein de l'Unité Réserve Naturelle géologique du Conseil Départemental des Alpes de Haute-Provence.

Dans son mémoire sur Les ichtyosaures du sud-est de la France Valentin Fischer déclare : Myette GUIOMAR ? Son «nez à fossiles» est pratiquement sans équivalent : elle a découvert probablement plus de 90% des spécimens étudiés ici!!!!

C'est au cours de ses pérégrinations à travers des robines, roches sédimentaires connues pour abriter de nombreux fossiles, que Myette découvre «un bout de bois flotté»; les robines étant issues d'anciens dépôts marins, la présence de bois implique qu'après leur transport en mer et après avoir sombré sur le fond ils ont pu être conservés puis fossilisés grâce à des conditions particulières....si le bois a été fossilisé d'autres restes organiques ont pu l'être aussi... De quoi titiller l'attention et la curiosité! La découverte d'un premier os éboulé a immédiatement suivi celle du bois, et à quelques mètres de là dans le talus : 3 vertèbres apparaissaient ainsi que d'autres morceaux d'os répartis sur plus de 3 m de long. La venue les jours suivants de spécialistes, a permis d'émettre les premières hypothèses: dans un premier temps un fossile d'un type de crocodile fût envisagé à partir des vertèbres; en tout cas il ne s'agissait pas d'un ichtyosaure et les chercheurs ont pressenti une découverte "majeure". Le Conseil départemental et les chercheurs ont convenu d'organiser en commun un chantier de fouilles pour faire "parler" le gisement et les os. L'équipe de la Réserve naturelle géologique (Conseil départemental des AHP) avec le soutien de la commune de Tartonne et de bénévoles a réalisé la première partie du chantier : dégagement et fouilles des couches situées au-dessus des os. La récolte d'échantillons et d'ammonites permettra de préciser l'âge et les caractéristiques de l'ancien environnement marin. La fouille s'est poursuivie avec les chercheurs de l'équipe "Paleorhodania" (association regroupant des paléontologues, des sédimentologues des géochimistes...). La découverte de nombreuses ammonites associées aux vertébrés, et la mise au jour de restes fossiles de trois types différents de reptiles marins (crocodile -à confirmer-, Plésiosaure, et ichtyosaure-1 dent-) font de ce gisement un site exceptionnel. L'étude sédimentologique permettra de mieux comprendre l'origine de cette incroyable accumulation ainsi que sa préservation.

Avant la clôture du chantier, la première Vice Présidente du Conseil départemental, Patricia GRANET est venue en personne se rendre compte de l'importance de la découverte, en compagnie de tout un aréopage de spécialistes, de techniciens, d'élus, et d'habitants de la vallée, tous vraiment passionnés par cette découverte.

Les ossements confiés aux chercheurs vont être préparés en laboratoire pour être étudiés, et localement un projet de valorisation de la découverte va être élaboré par les différents partenaires impliqués dans cette aventure.

Cent millions d'années se sont écoulées entre sa disparition et sa découverte, on peut bien patienter quelques trimestres, voire quelques années pour avoir, peut être, la solution de l'énigme exhumée par le nez de Myette ...

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article