Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

St-Julien-du-Verdon se souvient…

13 Juin 2015 , Rédigé par verdon-info Publié dans #ST-Julien-du-Verdon

St-Julien-du-Verdon se souvient…

En ce tragique jour de juin 1944 , un acte de guerre mémorable par son atrocité a marqué le village de St Julien du Verdon. Il est ô combien important de ne pas oublier, de se souvenir de ces moments tragiques en travaillant ensemble harmonieusement dans une cohérence bienfaitrice et de générer des pensées positives et coordinatrices proposant des solutions constructives. En 2015, la commémoration sera décalée au 12 juin pour cause de course cycliste (le Dauphiné Libéré). La pluie ambiante au début des cérémonies a légèrement perturbé le protocole et surtout la marche vers la chapelle où la fanfare des sapeurs-pompiers de Nice n’a pas pu se produire. L’arrêt de la pluie vers les 10h30 a permis à la cérémonie de reprendre son cours avec l’accompagnement musical. Après le dépôt de gerbes au monument aux morts puis au mémorial, ont suivi les discours de Thierry Collomp maire de St-Julien-du-Verdon et de Monsieur le sous-préfet Charbel ABOUD représentant Mme Patricia WILLAERT Préfet des Alpes de Haute-Provence. Les enfants de la commune de St Julien-du-Verdon ont lu deux lettres de prisonniers fusillés  ainsi que le poéme de l'Abbé Isnard 

La cérémonie religieuse s’est déroulée à la chapelle Notre Dame dans le haut du village. En 2012, une plaque commémorative a été apposée sur le mur de cette chapelle rappelant qu’Aimé Magnan et Jacques Adam, les deux survivants ayant échappé au coup de grâce des Allemands, y ont été soignés par l’abbé Isnard et le docteur Dozoul ainsi que par quelques habitants du village. Seul Jacques Adam a survécu quelques heures suffisamment pour pouvoir raconter la tragédie.

Le déroulement de la cérémonie au mémorial reste un moment très émouvant et délicat autant pour les porte- drapeau que pour les militaires. Il n’est pas rare de voir quelques personnes victimes de malaises ; c’est sans doute pour cette raison que la présence des pompiers est souhaitable . Malgré des températures relativement clémentes, plusieurs personnes , dont un militaire et un porte-drapeau,ont été indisposées. Elles ont pu recevoir rapidement les soins nécessaires, tout d’abord par leurs camarades puis par un pompier volontaire intervenu rapidement qui a pu pratiquer les gestes élémentaires leur permettant de retrouver bientôt leurs esprits.

Après cette interruption bien involontaire, le protocole de la cérémonie s’est poursuivi par les diverses dépôts de gerbes au centre du mémorial.

Je vous laisse découvrir les photos  ainsi que le discours de Thierry Collomp 

St-Julien-du-Verdon se souvient…
St-Julien-du-Verdon se souvient…
St-Julien-du-Verdon se souvient…
St-Julien-du-Verdon se souvient…
St-Julien-du-Verdon se souvient…
St-Julien-du-Verdon se souvient…
St-Julien-du-Verdon se souvient…
St-Julien-du-Verdon se souvient…
St-Julien-du-Verdon se souvient…
St-Julien-du-Verdon se souvient…
St-Julien-du-Verdon se souvient…
St-Julien-du-Verdon se souvient…
St-Julien-du-Verdon se souvient…
St-Julien-du-Verdon se souvient…
St-Julien-du-Verdon se souvient…
St-Julien-du-Verdon se souvient…
St-Julien-du-Verdon se souvient…
St-Julien-du-Verdon se souvient…
St-Julien-du-Verdon se souvient…
St-Julien-du-Verdon se souvient…
St-Julien-du-Verdon se souvient…
St-Julien-du-Verdon se souvient…
St-Julien-du-Verdon se souvient…

 

 

CEREMONIE COMMEMORATIVE DES EVENEMENTS DU 11 JUIN 1944

12 JUIN 2015 SAINT JULIEN DU VERDON

 

ALLOCUTION DE M Thierry COLLOMP Maire ST JULIEN DU VERDON

 

C'est un honneur et une grande joie pour le conseil municipal et moi-même de vous accueillir ici, devant ce mémorial.

 

Alors que porté par les ailes du temps, s'éloigne inexorablement un passé glorieux aux contours déjà estompé par l'Oubli, le Village de ST JULIEN DU VERDON  fidèle à lui-même et aux Devoirs de Mémoire auquel il se vous depuis 70 ans nous rappelle une fois encore au souvenir de ces onze jeunes gens dont ce mémorial, porte leur nom.

Aujourd'hui, nous voici réunis pour évoquer la douleur, les sacrifices, les drames humains mais aussi la joie et l'espoir.

Au-delà de la population  toujours fidèle et représentative, nous avons l'honneur d’accueillir :

  • Monsieur Charbel ABOUD  Sous-préfet de Castellane   
  • Monsieur Olivier ROBAUT  Conseiller Municipal délégué aux anciens combattants,  représentant Monsieur Christian ESTROSI, Député Maire de Nice Président de la Métropole Nice Côte d’Azur.
  • Madame Alberte VALLEE conseillère Départementale représentant M Gilbert SAUVAN Député,  Président du Conseil Départemental des Alpes de Hautes Provence.
  • Monsieur Philippe ROSSINI Conseiller Départemental représentant M Eric CIOTTI Député, Président du Conseil Départemental des Alpes Maritimes

-          Le Lieutenant-Colonel Jean Pierre THIRION Délégué Militaire  Départemental des Alpes de Hautes Provence.     

           

  • Mesdames et Messieurs les Maires, et Elus.

« Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie.

Un Peuple sans mémoire est un peuple sans avenir. « 

Cette citation  est du maréchal FOCH. Elle me semble résumer parfaitement notre présence ce matin devant ce mémorial pour honorer ceux qui après d'atroces souffrances ont perdu leurs vies.

Commémorer est un acte redoutable. Si la formule peut paraître excessive, son explication est, elle, très pertinente.

Comment en effet rassembler une communauté autour de faits qui remontent loin très loin, trop loin pour certains... Comment ne pas désincarner l’événement en le sortant de son contexte... Comment faire comprendre que les hommes meurent deux fois : la première fois, le jour de leur mort physique, la seconde lorsqu'on ne parle plus d'eux... Comment montrer que nos monuments aux morts, nos mémoriaux ne sont pas de simples témoins muets de notre histoire mais au contraire les socles de la Mémoire collective, les bases solides et ancrées dans le sol de France et des valeurs républicaines qui l'animent.

Dans tous les conflits, c'est en permanence qu'il nous revient d'entretenir cette mémoire. Il nous appartient de faire comprendre aux jeunes générations que tout ce sang versé par ceux dont nous honorons les sacrifices, l'a été pour défendre un idéal que nous devons défendre à notre tour pour que nos enfants, et nos petits enfants puissent vivre libres.

Parce que nous ne venons pas ici avec nostalgie, ressasser vainement le passé, nous venons, avec respect, accomplir notre devoir de mémoire, en souvenir de ceux qui se sont battus pour la France.

De notre émotion et de notre recueillement de ce jour doit naître une formidable envie de vivre. C'est peut-être le paradoxe de notre hommage.

Penser aux générations d'hier, c'est montrer l'importance des générations de demain.

                                                

                                               RECIT    

        

Mesdames, Messieurs c'est dans ce champ que  onze personnes ont perdu la vie, simplement, brutalement en ce mois de juin 1944.

Il y a 71 ans ST JULIEN DU VERDON entrait dans l'histoire, il y entrait comme on entre dans l'enfer, par la porte de l'horreur.

11 jeunes hommes  allaient payer de leur vie ce passage dans la douloureuse histoire de l'humanité.

Le 6 juin 1944, les alliés  débarquement  en Normandie.

Un grand frisson secoua la France, la fièvre monta brusquement dans le cœur des résistants.

A St Julien la matinée est bien avancée, quand un groupe de maquisards spontanément aidé des hommes restant au pays, organise une embuscade sur l’ancienne route de Castellane au lieudit « la cote ».

11 Allemands sont tués, le pays est immédiatement investi, les habitants molestés, le Maire M Jean MARTEL est arrêté, il sera déporté en Allemagne.

La gestapo de Digne décida de faire des représailles en exécutant autant de résistants sur le territoire de ST JULIEN. Mais l'insécurité régnant sur le réseau routier entre Digne et Castellane l'empêchant de mener à bien cette opération répressive, elle demanda à l'antenne de Nice d'y liquider onze détenus résistants.

Le 10 juin dans la soirée, la gestapo a extrait du quartier Allemand de la prison  de Nice 13 Résistants dont 5 anciens élèves du grand lycée de NICE. 4 étaient élèves du Professeur agrégé d'histoire géographie Charles HERMAN   , et les a poussés dans un fourgon cellulaire qui a pris la route des Alpes.

En cours de route la Gestapo a extrait du fourgon APPOLIN et GRAFFINO et les a abattus, le convoi a poursuivi sa route. Il est arrivé vers 5 h du matin le

Le 11 juin  à ST JULIEN DU VERDON. La Gestapo a fait sortir du fourgon les onze autres prisonniers. Elle leur a dit : «  Vous êtes libres » et les a exécutés par rafale de mitraillettes dans ce champ.

Le 11 juin 1944, C'est  un Dimanche, et partout, au lever du jour, s’étale et triomphe le Printemps. En dehors de la rude montagne, le paysage n'est qu'harmonie et dans la fraîcheur de souples vallonnements, de cette vallée du Verdon, noyée de nos jours, une brume légère , s'étant vers le village de Castillon, la journée s'annonce riante, pleine de promesses...

De bonne heure, Emile REYBAUD, le Maréchal-Ferrant, vient s'assurer de la pousse des prés là où nous sommes en bordure de la route : tout est calme, mais des gémissements attirent sont attention : Sans précipitation, il s'avance dans le champ, et alors il comprend ! Il voit et comprend l'horreur ; Ils sont là, mutilés, sacrifiés, morts !... Des enfants pour la plupart, des jeunes gens, portant traces de tortures, mort. Mais en bordure dans la haie de ronces deux survivants se sont trainés et gémissent, demandent à boire...Alors il court, leur parle.

« Ne vous inquiétez pas les gars, je vais chercher du secours, je reviens vite !! »

Et il part à travers champs...

Il rencontre ainsi l'Abbé ISNARD qui revenant de célébrer une messe matinale à Castillon, soupçonne déjà le drame.

Tous deux arrivent au village où c'est la stupeur, Ils galvanisent les gens. Et ainsi organisent courageusement de secourir les blessés de les cacher, de les soustraire aux bourreaux.

Des femmes, quelques hommes s'en vont chercher et ramener les malheureux. On choisit la vieille église, vénérable chapelle un peu à l'écart, noyée dans la verdure, et l'on repart à pousser et tirer cette charrette pour les derniers mètres. Tous les habitants de ST JULIEN un peu valides sont là.

Dans la chapelle où l'on enlève hâtivement les vieux bancs, les prie-Dieu, l'abside Est est choisie pour sa situation. Deux matelas reçoivent les suppliciés : l'Abbé ISNARD organise, réconforte, calme.  Les femmes du village sont au chevet des agonisants : l'Abbé ISNARD s'en va à bicyclette chercher un médecin, et convainc le Docteur DOZOUL d'intervenir, mais l'absence de médicaments et l'état des blessés le rendent bien pessimiste.

L'un des deux blessés Aimé MAGNAN mourra le matin, le seul survivant Jacques ADAM lutte encore, mais mourra le lendemain.

Le récit de leur martyr a été recueilli par le curé ISNARD de la bouche même de Jacques ADAM qui était parfaitement lucide et persuadé qu’il s’en tirerait. » Nous venons de Nice, nous avons été trahis. On nous a dit que  nous étions libres. J’ai fait le mort… »

Les corps des suppliciés sont alors rassemblés au nouveau cimetière  de ST JULIEN aux fins d'identification, de toilette mortuaire, et là encore on peut évoquer le courage des personnes dévoués à cette triste besogne, les Allemands n'ayant pas pour habitude de faciliter toutes identification et tout hommage à leur victimes.

Je pense toujours et souvent au calvaire de :

 

  • Jacques ADAN,    Césaire AUBE,   Georges BALDO ,   Gilbert CAMPAN,   Nonce CASIMIRI,   Roger DEMONCEAUX,   Francis GALLO,   Félix GIORDAN,   Aimé MAGNAN,   Roger MAGNAN ,   Albin BANDINI .

 

Arrêtés, interrogés, brutalisés. J’imagine les longues et douloureuses heures de leur détention, et aux mots qu’ils devaient échanger les uns avec les autres, de soutien, et peut être d’espoir, avant d’être unis pour l’éternité.


N’oublions jamais ce glorieux sacrifice, c’est notre histoire, trop souvent discrète dans certaines évocations, elle s’associe à celles et ceux qui dans de nombreux endroits et pour un trop grand nombre sont tombés pour la même et noble cause : Rendre la France libre.

                          

Puisse leur mort ne jamais s’oublier, et qu’elle demeure dans le cœur de tous l’exemple d’une merveilleuse jeunesse, unie, fraternelle, et capable de répondre au sens infaillible du devoir, jusqu’à donner leur vie pour l’honneur et la liberté.

Pour ces jeunes, dont la vie s’est brutalement arrêtée, pour ceux nombreux qui porteront à jamais les cicatrices de ce conflit et pour l’immense peine des familles éprouvées par le destin tragique.

Qu’ils sachent qu’ici, loin de l’hommage officiel de la Nation, notre village rassemblé pense très sincèrement à eux et à leur famille. Nous leur exprimons notre infinie reconnaissance et notre respect.

Mesdames et Messieurs.  Ces instants sont aussi ceux d’une réflexion sur nous-mêmes, sur cette France indépendante que nous souhaitons rassemblée sur ses grands principes et fidèle à sa vocation universelle.

L'histoire jugera si ce monde de l’après-guerre aura oui ou non été fidèle à leurs espoirs. En 2015, envers et contre tout, je dis qu'il faut nous souvenir de cet espoir et tout faire pour continuer à contribuer, à notre place, à sa réalisation même si la crise nous ronge dans toutes ses dimensions économiques, financières, sociales, sociétales et donc politiques.

 

C'est notre devoir en tant que citoyens et en tant qu'être humain.

Existe-il, en effet, encore en 2015 une tâche plus primordiale, une ambition plus juste, une priorité plus impérieuse que de contribuer à un monde de paix ?

Les années ont passé, les épreuves ont succédé aux épreuves, les événements aux événements, et le monde à changer.

Vous, jeunes d'aujourd'hui, regardez le ce monde avec des yeux de conquérants et façonnez le à votre image.

 

Il est temps maintenant Mesdames, Messieurs, Mes chers concitoyens, Mes Chers amis, de rendre  aux fusillés du 11 juin 1944 L'hommage que nous devons à leur souvenir et à cette occasion, et en leur mémoire, avec respect affection et reconnaissance, comme il a était fait hier au  lycée Masséna de Nice à l'initiative de M le Proviseur en présence des élèves et professeurs du lycée.

 

Avant de conclure, je souhaiterais remercier comme il se doit pour leur présence et leur participation active à cette manifestation :  

  • L’ensemble des autorités civiles, militaires et religieuses.
  • Mmes et Mrs les  Portes Drapeaux.
  • La délégation Militaire du département des Alpes de Haute Provence 
  • Les Sapeurs-Pompiers de St André les Alpes.
  • Les Parents et proches des lycéens et résistants fusillés.
  • M le Président de l’amicale des anciens élèves du lycée Masséna.
  • Mme la Directrice et M le Directeur  des services départementaux de L’office National des Anciens Combattants, et  victimes de guerre des Alpes de Hautes Provence, et des Alpes Maritimes.
  • Mmes et Mrs les représentants des nombreuses associations de combattants, prisonniers, et victimes de guerre.
  • Monsieur Gérard CARRERAS Délégué Général Départemental du souvenir Français.
  • M le Proviseur du  lycée Masséna.
  • M le Principal du collège René Cassin de St André les Alpes ses élèves, et ses professeurs.
  • Les services du protocole de la Ville de Nice.
  • La fanfare des Sapeurs-Pompiers de la Ville de NICE sous les directives de M Romain MUSSEAU
  • La gendarmerie de Castellane sous l'autorité du Commandant BEME.
  • La police Municipale de Castellane.
  • Le Conseil Municipal de St JULIEN, ses habitants, et ses enfants.

 

Et vous tous ici présent aujourd'hui,

Merci de votre attention.

L'espace Verdon info a été créé pour le partage d'informations sur les communes, associations... Sur certains billets, des photos , des vidéos, des audio et des textes sont mis en ligne pour plus de convivialité. Cependant si des personnes sont opposées à certaines publications, ou si certaines informations s'avèrent erronées, il suffira de m'en informer en le notifiant directement sur le billet avec le commentaire, ou par mail ; je ferai mon possible pour y remédier , merci de votre compréhension.

Associations , Organisateurs , penser à nous prévenir , nous inviter à l'avance , autrement il reste difficile de partager votre actualité. Pensez aussi à nous fournir vos informations par courriel.

Je vous souhaite bonne visite sur cet espace , le webmaster

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article