Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

La page poésie d'Odile : Prête aux baisers résurrecteurs

1 Mars 2015 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Image et poésie

Bon, et si on rentrait un peu dans l’érotisme, c’est une forme de poésie que nous n’avons pas encore abordée. Celle-ci est très soft, commençons en douceur ! Encore Eluard, bien sûr, incontournable lorsqu’il s’agit de passion…C’est beau ! Un peu moins complexe sur le fond que d’autres poèmes, ici les analogies et les métaphores sont claires ; mais une forme toujours aussi surréaliste : pas de ponctuation, pas de rimes, pas de régularité, mais deux magnifiques alexandrins qui flashent en plein milieu et font mouche :

« Des seins et de ta bouche où chaque langue fond
Et la porte du temps ouverte entre tes jambes »

J’adore aussi la fleur qui « rit et pleure Tout en gardant cette pâleur de perle morte » Une allitération en P qui est une véritable tuerie, elle donne une force à ce vers !!

Ça c’est de la poésie ! C’est Eluard !

 

Prête aux baisers résurrecteurs

Pauvre je ne peux pas vivre dans l’ignorance
Il me faut voir entendre et abuser
T’entendre nue et te voir nue
Pour abuser de tes caresses

Par bonheur ou par malheur
Je connais ton secret par cœur
Toutes les portes de ton empire
Celle des yeux celle des mains
Des seins et de ta bouche où chaque langue fond
Et la porte du temps ouverte entre tes jambes
La fleur des nuits d’été aux lèvres de la foudre
Au seuil du paysage où la fleur rit et pleure
Tout en gardant cette pâleur de perle morte
Tout en donnant ton cœur tout en ouvrant tes jambes

Tu es comme la mer tu berces les étoiles
Tu es le champ d’amour tu lies et tu sépares
Les amants et les fous
Tu es la faim le pain la soif l’ivresse haute

Et le dernier mariage entre rêve et vertu.

Paul Eluard

 

La page poésie d'Odile  :  Prête aux baisers résurrecteurs
La page poésie d'Odile  :  Prête aux baisers résurrecteurs

Quand on pense érotisme on pense (entre autres) Picasso, il a peint beaucoup de toiles érotiques notamment toute une série mettant en scène le Minotaure (dans la Grèce antique, fils d'un taureau et de Pasiphae il dévorait de jeunes vierges au fond du labyrinthe où il avait été enfermé par le roi Minos son époux. Souvenez-vous du fil d'Ariane qui lui a permis d'en sortir). Le Minotaure , homme à tête de taureau, est le symbole de la puissance, de la virilité. Picasso en avait fait son animal emblèmatique. Ajoutons-y, pour rester dans le ton "Les Indes galantes" de Jean-Philippe Rameau (L'Air des sauvages)"

L'espace Verdon info a été créé pour le partage d'informations sur les communes, associations... Sur certains billets, des photos , des vidéos, des audio et des textes sont mis en ligne pour plus de convivialité. Cependant si des personnes sont opposées à certaines publications, ou si certaines informations s'avèrent erronées, il suffira de m'en informer en le notifiant directement sur le billet avec le commentaire, ou par mail ; je ferais mon possible pour y remédier , merci de votre compréhension.

Associations , Organisateurs , penser à nous prévenir , nous inviter à l'avance , autrement il reste difficile de partager votre actualité. Pensez aussi à nous fournir vos informations par courriel.

Je vous souhaite bonne visite sur cet espace , le webmaster

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Michel 02/03/2015 09:42

Cet érotisme est en effet très doux.
Pourtant à l'époque les écritures étaient plus libres que maintenant, triste époque de censure idiote.
Cela m'évoque quelques textes de Guillaume Apollinaire, même hors poèmes. Par exemple il me semble que "Les Onze mille verges" serait un livre dont certains chapitres seraient rayés car compris au premier degré (comme par exemple celui racontant la pédophilie incluant des nourrissons).
De nos jours, de nos jours, tout se sait tout de suite, alors tout est souvent mal compris.

Jean-Michel 04/03/2015 08:20

Et voilà, c'est donc que les bons écrivains réussissent chez vous ce qu'ils cherchaient à démontrer : je vais imiter ce que vous allez prendre comme vrai. :-)
Même principe joliment suivi plus tard par Boris Vian par exemple, prenant un pseudonyme parmi les très nombreux qui lui servirent pour écrire "J'irai cracher sur vos tombes". Ne pas confondre ces hommes subtils avec les écrivains du premier degré qui ne valent pas chipette, tel Gabriel Matzneff.

mouchon 03/03/2015 11:28

Ce n' est pas l' écriture qui guide l'écrivain mais le contraire. Coucher ses instincts les plus bas sur du papier ne grandit pas l'homme. Je ne suis pas pudibond ou religieux mais je vois en l' homme quelque chose qui dépasse simplement l' assouvissement de fantasmes furtifs, une recherche de la grandeur, de la beauté, du dépassement.

Jean-Michel 02/03/2015 11:29

La plus vile en effet, nous sommes bien d'accord.
Mais quel effet cherchait l'auteur sinon de montrer que l'écriture guide nos pensées, nos réactions, nos comportements plus que le sujet du texte lui-même ?
La différence entre pornographie et érotisme n'est pas dans la façon d'écrire les choses mais celle de les ressentir.
L'histoire en elle-même ne vaut rien, ce qui est étonnant c'est la façon de la coucher.

mouchon 02/03/2015 10:45

je trouve moi que les onze mille verges se rapprochent plus de la pornographie la plus vil que de la poésie même érotique qui élèves l homme vers des sphères plus hautes de l âme