Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

La page poésie d'Odile : Premier amour.

13 Mars 2015 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Image et poésie

Pour être chaste, c'est chaste! Je voulais passer à un peu plus d'érotisme, mais pour l'instant c'est raté. Pourtant j'ai quelques poèmes gratinés sous le coude; les poètes, même les Grands, n'ont pas dédaigné la poésie érotique; mais cela me chiffonne car ils sont plutôt crus; donc me voici encore aujourd'hui en plein romantisme à la Sainte Beuve. Ce surhomme: critique, romancier, mître de conférence, historien, académicien a été malmené par Proust mais s'était lié d'amitié avec Hugo. Bref, un grand parmi les grands. Rapelez- vous le "Un seul être vous manque est tout est dépeuplé", ici nous trouvons: "Un seul être pour moi remplissait la nature". Et le "Ô combien je l'aimais", ne vous rappelle-t-il pas le "Ô temps suspends ton vol?" De plus: rimes riches, alexandrins et césures impeccables. Bien Lamartinien tout ça!

Premier amour.

Printemps, que me veux-tu ? pourquoi ce doux sourire,
Ces fleurs dans tes cheveux et ces boutons naissants ?
Pourquoi dans les bosquets cette voix qui soupire,
Et du soleil d'avril ces rayons caressants ?

Printemps si beau, ta vue attriste ma jeunesse ;
De biens évanouis tu parles à mon coeur ;
Et d'un bonheur prochain ta riante promesse
M'apporte un long regret de mon premier bonheur.

Un seul être pour moi remplissait la nature ;
En ses yeux je puisais la vie et l'avenir ;
Au souffle harmonieux de sa voix calme et pure,
Vers un plus frais matin je croyais rajeunir.

Ô combien je l'aimais ! Et c'était en silence !
De son front virginal arrosé de pudeur,
De sa bouche où nageait tant d'heureuse indolence,
Mon souffle aurait terni l'éclatante candeur.

Par instants j'espérais. Bonne autant qu'ingénue,
Elle me consolait du sort trop inhumain ;
Je l'avais vue un jour rougir à ma venue,
Et sa main par hasard avait touché ma main.


Charles-Augustin Sainte-Beuve.

"John William Waterhouse est un peintre britannique néoclassique et préraphaélite du XIXème, il est célèbre pour ses tableaux de femmes ...qu'elles sont belles et douces ces jeunes femmes en fleurs! Pour accompagner le poème de Sainte Beuve, il nous fallait une ingénue pas une courtisane! Que dites-vous de celle-ci? N'est-elle pas romanesque à souhait? Un vrai bouton de rose. Pourtant ne nous y trompons pas, l'artiste a tout de même souligné les courbes et la pose langoureuse du modèle de façon très érotique. Quant à la musique, je ne peux faire autrement qu'y ajouter du Brahms...pour sa douceur ."

La page poésie d'Odile  : Premier amour.

L'espace Verdon info a été créé pour le partage d'informations sur les communes, associations... Sur certains billets, des photos , des vidéos, des audio et des textes sont mis en ligne pour plus de convivialité. Cependant si des personnes sont opposées à certaines publications, ou si certaines informations s'avèrent erronées, il suffira de m'en informer en le notifiant directement sur le billet avec le commentaire, ou par mail ; je ferai mon possible pour y remédier , merci de votre compréhension.

Associations , Organisateurs , penser à nous prévenir , nous inviter à l'avance , autrement il reste difficile de partager votre actualité. Pensez aussi à nous fournir vos informations par courriel.

Je vous souhaite bonne visite sur cet espace , le webmaster

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Michel 14/03/2015 08:51

Merci pour cette peinture choisie, aimant Waterhouse pour tout ce qu'il a fait. C'est un dessinateur particulièrement doué dans la représentation féminine, ayant toujours choisi d'ailleurs des modèles jeunes. Ophélie ici est très jeune et préfère de plus mourir plutôt que de constater les contraintes adultes qui avilissent forcément les sentiments. Préférer l'égoïsme naturellement enfantin et disparaître au fil de l'eau la fera rester éternellement jeune. Et ça elle le sait !