Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

Dragage de matériaux alluvionnaires et quelques questions réponses avec le SIVU

28 Avril 2015 , Rédigé par Christian verdon-info & le SIVU Publié dans #St André les Alpes -

Photos André Laugier
Photos André Laugier Photos André Laugier
Photos André Laugier

Photos André Laugier

Le dragage de printemps des matériaux alluvionnaires sur le territoire de Saint André les Alpes. En ce début de mois de mars ce sont les dernières rotations du véhicule des deux entreprises Alpes Sud matériaux et Cozzi qui sont autorisées à faire les prélèvements comme à chaque printemps. Ces prélèvements sont autorisés pour la production annuelle des différents agrégats pour la construction et les divers matériaux pour les travaux publics pour notre secteur géographique. La gestion des lits de rivière et les autorisations de prélèvement restent un domaine sensible qui demande de nombreuses concertations et autorisations. Il est vrai que parfois le citoyen lambda a un peu des difficultés à comprendre toutes ces réglementation de protection , de gestion des crues et de gestion des transports solides sur tout le territoire du Verdon. 

 

Je remercie le SIVU du Verdon   , le Président, François Gérin Jean , le technitien de rivière , Thomas Garnier, et toutes les personnes qui ont participé aux formulations des  différentes réponses, en souhaitant que ces informations soient utiles aux lecteurs.

 

 

Chaque année des prélèvements sont effectués sur la queue de retenue du Verdon en aval du pont de Méouilles pouvez-vous nous indiquer les avantages de ces prélèvements ?

La question qui se pose vraiment pour la gestion de la rivière et quelles sont les solutions utiles pour que la rivière garde son autonomie et que les communes gardent la marge de manœuvre nécessaire pour préserver leur équipement ? En autorisant les prélèvements sur un seul lieu ne soulève-t-on pas des problématiques à d'autres endroits où le niveau de la rivière pourrait augmenter et donc laisser moins de place pour les crues. C'est une question que se pose bon nombre de citoyens quelle est la réponse que nous pouvons apporter de façon simple et réaliste sur ce questionnement ?

Effectivement, des prélèvements peuvent être autorisés sur le secteur de la queue de retenue du lac de Castillon. Ce site a été choisi car c’est une zone de dépôt « forcée » des matériaux,  dûe à la présence du plan d’eau. Ces prélèvements sont très règlementés (l’extraction dans le lit des cours d’eau est de manière générale interdite par la loi sur l’eau) et redéfinis chaque année au cours d’une réunion publique par les différents acteurs concernés (DDT, ONEMA, communes et entreprises). Ces prélèvements sont nécessaires au bon fonctionnement du Verdon, ils évitent l’encombrement massif du lit sur ce secteur par les sédiments (qui ne pourraient en aucun cas traverser le plan d’eau) et les conséquences qui lui seraient liées.  

 

 

Une étude va être programmée dans les mois à venir, quel est le but de cette étude ? On sait qu'une ancienne étude date de 1995 quelles sont les différences entre ces deux études et va-t-on prendre en considération les informations de celle de 1995 ?

Le Plan de Gestion Sédimentaire, porté par le Parc Naturel Régional du Verdon en partenariat avec le Sivu,  doit être lancé dans l’année. Il devra permettre de dresser un constat partagé sur la dynamique du transport solide sur la vallée du Haut Verdon et amener à la définition d’un espace de mobilité fonctionnel du Verdon qui soit accepté par tous.  Pour cela, il faut au préalable déterminer avec précisions les enjeux en fonctions des secteurs de la vallée. Cette étude prendra bien sûr en considération les études préexistantes, notamment celle de 1995. Elle permettra par ailleurs d’acquérir de nouvelles données avec les moyens actuels (relevé LIDAR par exemple). Le financement extérieur (agence de l’eau, région…) est à hauteur de 80%, les 20% de reste à charge étant répartie de manière égale entre le PNRV et le Sivu.  

 

De nombreux changements ont eu lieu, ou vont avoir lieu,dans l'avenir notamment la loi Gemapi. Qu'elles vont être les changements pour le syndicat intercommunal dans son quotidien ?

La GEMAPI (pour Gestion de l’Eau, des Milieux Aquatiques et Protection contre les Inondations) est en fait une nouvelle compétence attribuée aux communes. Elle est créée par la loi MATPAT du 27/01/2014 de Modernisation de l’Action Publique Territoriale et d’Affirmation des Métropoles.

Elle est définie par quatre alinéas du code de l’environnement :

- aménagement d’un ou d’une fraction de bassin hydrographique.

-  entretien et aménagement d’un cours d’eau, canal, lac…

- défense contre les inondations et contre la mer.

- protection et restauration des sites, écosystèmes aquatiques et des zones humides ainsi que des formations boisées riveraines (rypisylve).

La création de cette nouvelle compétence obligatoire pour les communes, et son transfert vers les intercommunalités, va effectivement apporter des changements profonds dans l’organisation de la gestion des rivières sur le bassin du Verdon  (pour organiser son financement par exemple..). Cependant, il est trop tôt pour connaitre la voie qui sera choisie pour la gouvernance de l’eau sur le bassin du Verdon, les discutions sont en cours.

 

 

Un technicien de Rivière a été recruté récemment pouvez-vous nous dire quelles sont les grandes lignes de son travail au quotidien et quel avantage apporte ce recrutement ?

Le technicien de rivière est chargé d’assister les élus dans la définition et l’élaboration de la politique de gestion des milieux aquatiques. Il est l’élément moteur de l’animation et de la mise en œuvre de cette politique. Il constitue donc le relais nécessaire entre partenaires institutionnels (DDT04, ONEMA) et financiers (Agence de l’Eau, région..), élus locaux, usagers et riverains. Il peut également occuper des fonctions liées à la conception et à la conduite de travaux sur les milieux aquatiques :

- définition d’un programme global pluriannuel d’entretien de cours d’eau en tenant compte des objectifs écologiques, économiques et d’usage du milieu.

-  mise en œuvre et du suivi de ce programme, de son réajustement périodique en organisant notamment les chantiers et leur suivi ainsi qu'une surveillance régulière.

 

Le Sivu a la gestion d'un large territoire, cela engendre de nombreux déplacements, mais aussi des inconvénients pour les équipes et le travail effectif. Y a-t-il des aménagements prévus qui pourraient résoudre ces inconvénients pour les communes les plus éloignées ?

Effectivement, le secteur d’intervention de l’équipe est vaste, il va des sources au lac St Croix. Pour la commune la plus éloignée (Bauduen), le temps de trajet de 1h30 (soit 3h sur une journée) prend une grosse partie du temps de travail effectif. Une alternative simple serait de travailler plusieurs jours d’affilés et de loger l’équipe sur place, ce qui a un coût aussi. 

 

Le brûlage reste réglementé, cela apporte des inconvénients bien évidents pour le travail de l'équipe. Quelles sont les autres solutions à l'heure actuelle ? Sont-elles plus complexes et plus onéreuses à mettre en place ?

Les alternatives sont le broyage et l’export des rémanents. Ces solutions sont bien sûr plus complexes et onéreuses que le simple brûlage sur site mais répondent à l’évolution de la réglementation dans ce domaine et dans une région très sensible. L’équipe y aura recours autant que possible, sachant que sur certains secteurs très difficiles d’accès il est impossible d’avoir recours à d’autres méthodes que le brûlage.  

 

Le nouveau matériel acheté pour aider l'équipe dans l'exploitation des grumes est-il en relation avec ces réglementations et la mise en place du broyage ?

Effectivement, l’achat du cheval de fer (engin de débardage mécanique) va dans ce sens. Il permet également le débardage de grumes entières beaucoup plus rapidement et plus facilement qu’avec les moyens humains. 

source http://www.materiels-bois-chauffage.com

source http://www.materiels-bois-chauffage.com

L'espace Verdon info a été créé pour le partage d'informations sur les communes, associations... Sur certains billets, des photos , des vidéos, des audio et des textes sont mis en ligne pour plus de convivialité. Cependant si des personnes sont opposées à certaines publications, ou si certaines informations s'avèrent erronées, il suffira de m'en informer en le notifiant directement sur le billet avec le commentaire, ou par mail ; je ferai mon possible pour y remédier , merci de votre compréhension.

Associations , Organisateurs , penser à nous prévenir , nous inviter à l'avance , autrement il reste difficile de partager votre actualité. Pensez aussi à nous fournir vos informations par courriel.

Je vous souhaite bonne visite sur cet espace , le webmaster

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article