Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

La page poésie d'Odile : A une passante

17 Janvier 2015 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Image et poésie

J’adore ce poème de Baudelaire (comme c’est bizarre !) qui traduit à merveille l’instant d’un « coup de foudre », celui où l’on se rend compte que la personne en face évoque pour nous quelque chose de plus, on ne sait pas bien quoi, mais on sait que « le courant passe »…Moment magique qui n’arrive pas souvent ou pas du tout ! Pour ma part les rares fois où cela est arrivé tout est passé par les yeux : « Elle a le regard qui tue » dit une chanson connue : qui tue, pas forcément ! Mais qui transperce, qui chamboule ou qui caresse, ça oui !

Ce sonnet est fa-bu-leux, on ne s’en lasse pas ! On ENTEND le vacarme de la rue, on VOIT l’ourlet qui se balance (sentez les quatre temps du vers), On SUBIT en même temps que l’auteur le regard qui foudroie, on RESSENT la fuite en avant du temps, dans la dernière strophe (rythme haché, progression des termes allant d’Ailleurs à Jamais) et cerise sur le gâteau, on VIBRE à l’invocation finale hyper romantique ! Le top de la poésie française! Profitez Messieurs-Dames, c’est du Baudelaire !

A une passante

La rue assourdissante autour de moi hurlait.
Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse,
Une femme passa, d’une main fastueuse
Soulevant, balançant le feston et l’ourlet;

Agile et noble, avec sa jambe de statue.
Moi, je buvais, crispé comme un extravagant,
Dans son œil, ciel livide où germe l’ouragan,
La douceur qui fascine et le plaisir qui tue.

Un éclair… puis la nuit! - Fugitive beauté
Dont le regard m’a fait soudainement renaître,
Ne te verrai-je plus que dans l’éternité?

Ailleurs, bien loin d’ici! Trop tard! Jamais peut-être!
Car j’ignore où tu fuis, tu ne sais où je vais,
O toi que j’eusse aimée, ô toi qui le savais!

Charles Baudelaire

Encore une illustration spontanée: la "passante" de Baudelaire m'a fait penser à cette élégante de James Tissot car il a peint avec grand talent les toilettes féminines et les dames de la haute société en Angleterre (où il a passé une partie de sa vie : il s'appelle en réalité Jacques-Joseph). Comme elle, elle relève le volant de sa robe, comme elle, elle a le regard qui tue, direct et effronté: j'aime beaucoup! Et dans la série "on ne s'en lasse pas" (comme Baudelaire), je vous propose (ou re-propose je crois) le concerto n°1 de Tchaikovsky: un bijou!

Tissot (James)

Tissot (James)

L'espace Verdon info a été créé pour le partage d'informations sur les communes, associations... Sur certains billets, des photos , des vidéos, des audio et des textes sont mis en ligne pour plus de convivialité. Cependant si des personnes sont opposées à certaines publications, ou si certaines informations s'avèrent erronées, il suffira de m'en informer en le notifiant directement sur le billet avec le commentaire, ou par mail ; je ferais mon possible pour y remédier , merci de votre compréhension.

Associations , Organisateurs , penser à nous prévenir , nous inviter à l'avance , autrement il reste difficile de partager votre actualité. Pensez aussi à nous fournir vos informations par courriel.

Je vous souhaite bonne visite sur cet espace , le webmaster

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article